Italie : le Comité national de bioéthique a rendu son avis sur le suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Italie Italie

Publié le : 07/08/2019

Le Comité national de bioéthique d'Italie a livré ses réflexions sur la question de la légalisation du suicide assisté. Enième intervention dans le débat qui agite l'Italie depuis un an (voir Bulletin de l'IEB), son avis aura certainement du poids dans les discussions parlementaires des prochains mois.

Au sein du Comité, les positions divergent : 11 membres s'opposent à une éventuelle autorisation, même sous conditions, du suicide assisté. Leurs motifs sont autant éthiques que juridiques. 13 autres membres se sont exprimés en faveur de la légalisation du suicide assisté et ont énuméré les conditions qu'ils verraient dans la loi. Enfin, 2 autres membres conseillent de ne pas franchir le pas de la légalisation étant donné le risque bien connu de la « pente glissante », qui mènerait à une situation où le respect des conditions pour obtenir le suicide assisté deviendrait incontrôlable.

Parmi les trois membres qui ont déposé une opinion dissidente à l'avis, en tout ou partie, le Prof. D'Agostino a regretté que le Comité se cantonne à un texte descriptif des faits et points de vue (doxographique) sans adopter une position véritablement éthique.

Le Comité est néanmoins parvenu à établir des recommandations partagées par tous ses membres : il rappelle que le sujet en question est éminemment délicat du fait qu'il touche à la conscience humaine, et qu'il nécessite une étude approfondie et sans précipitation ; selon l'avis, il primordial de d'abord fournir des soins adéquats aux personnes souffrant de maladies incurables (rendre plus homogène l'accès aux soins palliatifs) ; les citoyens doivent aussi recevoir toutes les informations nécessaires sur l'accès aux soins palliatifs.

L'avis met également en garde contre les raisons économiques qui pourraient motiver l'autorisation du suicide assisté : « Dans une société caractérisée par un vieillissement constant et progressif de la population et la nécessité de limiter les coûts des soins de santé, la légalisation du suicide médicalement assisté, qui serait initialement envisagée pour quelques cas douloureux et exceptionnels aujourd'hui, pourrait pousser la société à entrevoir des avantages économiques possibles face à la disparition des soins qui seraient fournis, et qui sont pourtant indispensables pour garantir une existence digne aux personnes concernées. »

Il invite à prendre en considération les conditions de souffrance, d'angoisse, de dépendance et parfois de dépression ou de confusion qui prévalent chez les personnes désirant mourir, pour éviter qu' « au nom d'une volonté du patient supposée autonome et informée, on ouvre la porte à l'abandon des personnes considérées comme «marginales», non productives, dépendantes et coûteuses, alors qu'elles ont justement besoin d'un soutien solidaire. »


Articles similaires

Rejet par la Cour européenne des droits de l'homme d’un prétendu droit au « suicide assisté »

Rejet par la Cour européenne des droits de l'homme d’un prétendu droit au « suicide assisté »

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté le 20 janvier le droit au « suicide assisté » dont l'Etat serait le garant.

Elle se prononçait dans l'affaire Haas contre Suisse (Texte de l'arrêt).

Dans un communiqué du 20 janvier, Grégor Puppinck, directeur du European Centre for Law and Justice (ECLJ), « note avec satisfaction que cette nouvelle décision de la Cour confirme une nouvelle fois qu'il n'est pas possible de se prévaloir de la Convention européenne des droits de l'homme pour re...

Lire la suite

Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

Afrique du Sud : R. Stransham-Ford meurt naturellement avant qu’un juge autorise le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le suicide assisté est illégal en Afrique du Sud et, selon la loi, le médecin qui aiderait quelqu'un à se suicider pourrait être condamné à 14 ans de prison ferme.
S'inscrivant en faux contre cette loi, un tribunal de Pretoria a récemment autorisé un avocat de 65 ans, Robin Stransham-Ford, à demander au médecin de l'aider à se suicider, garantissant que celui-ci ne serait pas poursuivi. En effet, le juge Hans Fabricius a estimé qu'un médecin pouvait « mettre fin à sa vie, soit par administrati...

Lire la suite

Difficultés psychologiques pour les proches présents lors d'un suicide assisté / euthanasie

Difficultés psychologiques pour les proches présents lors d'un suicide assisté / euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Une étude menée en Suisse en décembre 2007 sur 85 parents et amis qui ont été témoins d'un suicide assisté, a révélé une prévalence plus élevée d'état de stress post-traumatique (ESPT) et de deuil compliqué que suite à un décès naturel. La Suisse est l'un des rares pays où le suicide assisté est autorisé. Il est généralement défini comme la prescription ou la fourniture de substances létales dans le but explicite de permettre au patient de se suicider. Malgré le fait que le sujet soit l'objet ...

Lire la suite