Italie : 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide »

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/11/2017

Marco Cappato, politicien italien membre du parti des Radicaux italiens, risque 12 ans de prison pour « aide et incitation au suicide ». Il s'est dénoncé d'avoir accompagné en Suisse Fabio Antoniani, alias DJ Fabio, devenu tétraplégique et aveugle après un accident de voiture, afin de l'y aider à mourir le 27 février 2017. Marco Cappato espère par son aveu public remettre en cause le refus de l'Etat italien d'autoriser l'euthanasie.

Cette provocation intervient au moment où la Chambre des députés a adopté un texte de loi relatif aux « Dispositions Anticipées de Traitement » en vertu duquel, toute personne majeure pourrait de manière anticipative, rédiger ou enregistrer par vidéo des directives, exprimant ses volontés relatives à la fin de vie. Cette loi obligerait en outre le médecin à respecter la volonté du patient et l'exempterait par conséquent de toute responsabilité pénale.
Le texte, qui attend encore de recevoir l'aval du Sénat, a fait l'objet de fortes réactions de médecins qui interpelle l'Ordre des médecins, qui s'inquiète de ce qu'un texte obligerait les médecins à obéir à un écrit datant parfois d'il y a plusieurs années et déconnecté de la situation actuelle du patient, plutôt que de les laisser agir selon leurs science et conscience.

Le principe régulateur, selon eux, ne serait plus la confiance en la compétence du praticien, mais une réglementation de type commerciale, dans laquelle le soignant devrait agir selon une liste d'actes thérapeutiques autorisés formellement par le patient. Ce projet de loi, en mettant à sa base le principe d'autodétermination du patient, risque, selon l'Ordre, de profondément altérer l'alliance médecin-patient.
Appel de praticiens à l'Ordre des Médecins (Traduction libre)
 


Articles similaires

Royaume-Uni : rejet du projet de loi sur le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Ce vendredi 11 septembre 2015, la Chambre des communes a rejeté par 330 votes contre 118 un projet de loi relatif au suicide assisté au Royaume-Uni. C'est donc une majorité écrasante qui a émis par ce vote un signal fort confortant la volonté du Premier Ministre David Cameron, de ne pas engager le Royaume-Uni sur une voie risquant de mener à l'euthanasie.
En 1997, un projet de loi similaire avait été rejeté. Le projet de loi proposé par les travaillistes en 2015 visait à favoriser le suicide a...

Lire la suite

Le Parlement italien va examiner une proposition de loi qui dépénalise l’euthanasie

Le Parlement italien va examiner une proposition de loi qui dépénalise l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

La Chambre des députés italienne va examiner un projet de loi visant à dépénaliser l'euthanasie. D'initiative populaire, ce projet intervient au moment où la Cour Constitutionnelle a sommé le Parlement de légiférer sur l'assistance au suicide. (Affaire Cappato)

Le projet de loi affirme que chaque patient majeur, en phase terminale ou non, a le droit de refuser tout traitement et alimentation/hydratation artificielles. Le personnel médical a l'obligation de respecter la volonté du patient à ce...

Lire la suite

Rejet par la Cour européenne des droits de l'homme d’un prétendu droit au « suicide assisté »

Rejet par la Cour européenne des droits de l'homme d’un prétendu droit au « suicide assisté »

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour européenne des droits de l'homme a rejeté le 20 janvier le droit au « suicide assisté » dont l'Etat serait le garant.

Elle se prononçait dans l'affaire Haas contre Suisse (Texte de l'arrêt).

Dans un communiqué du 20 janvier, Grégor Puppinck, directeur du European Centre for Law and Justice (ECLJ), « note avec satisfaction que cette nouvelle décision de la Cour confirme une nouvelle fois qu'il n'est pas possible de se prévaloir de la Convention européenne des droits de l'homme pour re...

Lire la suite