Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 07/01/2018

Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE.

Celle-ci confirme que le débat au sein de la Commission suite à l'audition du médecin, a été « virulent ». La question était de savoir s'il fallait renvoyer le dossier au Parquet et laisser la Justice interpeller le médecin qui a provoqué intentionnellement la mort de sa patiente en souffrance à la demande de la famille, mais sans que la patiente elle-même n'en ait jamais fait la demande. (Plus de détails voir  Bulletin  du 27/12/2017)

Plusieurs membres de la Commission - la majorité semble-t-il - ont jugé opportun de renvoyer le dossier au Parquet. Mais pour ce faire, la loi euthanasie qui fixe aussi le fonctionnement de la Commission (Chapitre V), prévoit qu'il faut que 2/3 des membres soient d'accord, soit 10 membres sur 16, quorum qui n'a pas été atteint, semble-t-il, puisque la Commission n'a pas transmis au Parquet.

Le dossier dont il est question aujourd'hui, aurait dû passer sous silence puisque les membres de la CFCEE sont tenus au secret absolu sur ce qui se dit lors des réunions.

Mais voilà qu'un des membres suppléants de la CCFEE, médecin spécialiste neurologue et qui se dit pro-euthanasie- le Docteur Vanopdenbosch ?- a estimé que cela n'était pas juste, et a remis sa démission à la Chambre, organe duquel dépend la Commission.

Plusieurs questions se posent :

1. Jacqueline Herremans affirme dans un entretien télévisé que la CFCEE s'est penchée sur le cas et a dû, après avoir auditionné le médecin, qualifier l'acte. Et d'affirmer « S'il fallait le qualifier, je devrais utiliser les termes d'homicide volontaire avec préméditation. Bien entendu, quand je cite cette infraction, ce crime, j'ai également dans la tête une petite lumière qui me dit, attention, ce médecin était en face d'une personne qui souffrait »

A en croire Jacqueline Herremans, ce n'est donc pas une euthanasie, puisque la patiente ne l'a pas demandée. Pourquoi dès lors, la Commission serait-elle compétente pour juger qu'un homicide volontaire avec préméditation ne doive pas être renvoyé au Parquet ? Et si la Commission n'est pas compétente, pourquoi les membres devaient-ils voter et décider de ne pas alerter le Parquet ?

2. Pourquoi la Commission hésite-t-elle à renvoyer le dossier au Parquet ?
La presse néerlandophone mentionne que certains membres craignent que de tels dossiers nuisent à l'image de la loi euthanasie belge et puissent même décourager les médecins de pratiquer l'euthanasie parce qu'ils auraient peur d'être poursuivis. Ces arguments politiques prévalent-ils sur le respect de la loi ?

3. Selon Jacqueline Herremans, le médecin « avait le soucis du bien-être du patient » et  « a sans doute été quelque peu dépassé par la situation ».  On ne doute pas que la situation était difficile autour du lit de la patiente, pour elle et pour la famille. Alors pourquoi le médecin n'a-t-il pas fait appel à une équipe de soins palliatifs et à un confrère pour le conseiller ?

4. Si la personne était véritablement en souffrance et en fin de vie, pourquoi n'a-t-il pas pensé à la soulager par une sédation contrôlée palliative au lieu de provoquer sa mort ? Connait-il la différence entre sédation palliative et euthanasie?

5. Comment peut-on encore faire confiance aux membres de la Commission qui se placent au-dessus de la loi et trompent la confiance des citoyens et du législateur, surtout lorsqu'il s'agit d'un acte de mort d'une personne malade et fragilisée ?

6. Combien d'autres cas tels que celui-ci la CFCEE a-t-elle déjà « enterrés » ?  Car depuis 16 ans et pour 12.726 dossiers d'euthanasies, il n'y en a eu qu'un seul qui est encore en cours depuis 3 ans et qui a été renvoyé au Parquet.

7. Et enfin, une dernière question : que va faire le Parquet demain puisque voilà un médecin qui a volontairement fait mourir sa patiente, sans qu'elle  le sache et ne l'ait demandé ?

La Commission d'évaluation devra-t-elle démissionner, les membres ayant voté pour couvrir un meurtre pourraient-ils eux aussi être inquiétés ?

 


Articles similaires

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

- Euthanasie et suicide assisté

À la suite de l'instauration du "Protocole de Groningen", qui permet depuis 2007 à un médecin d'euthanasier un bébé porteur d'un handicap, le comité national de suivi s'étonne du fait que, jusqu'à présent, un seul cas ait été rapporté. En effet, dans ses estimations, le comité avait tablé sur 15 à 20 cas annuels. Comment expliquer cet écart ? Les médecins néerlandais préfèrent-ils taire les cas d'euthanasie de nouveau-nés ?    

Dans son dernier numéro, le Journal of Medical Ethics (2010, n°36...

Lire la suite

Euthanasie vóór orgaandonatie?

Euthanasie vóór orgaandonatie?

- Euthanasie et suicide assisté

Dicky Ringeling (61) liet euthanasie plegen en redde vervolgens zeker vijf mensen met haar organen. Daarmee wordt het onderwerp van euthanasie en orgaandonatie terug op de agenda gezet.  In tegenstelling tot België waar een opt-out systeem van toepassing is voor orgaandonatie (men gaat uit dat je akkoord gaat met orgaandonatie tenzij je een document hebt), geldt in Nederland het opt-in systeem, je moet aangeven dat je  je organen ter beschikking wilt stellen.
"De procedures (euthanasie en or...

Lire la suite

L’enregistrement des sédations palliatives palliera-t-il les euthanasies « camouflées » ?

L’enregistrement des sédations palliatives palliera-t-il les euthanasies « camouflées » ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'UZ Brussel, hôpital universitaire de la VUB, va désormais procéder à l'enregistrement systématique de chaque sédation palliative pratiquée en son sein.
Le fait d'enregistrer les sédations n'est pas une première mondiale, puisque cela se fait déjà au Québec. Leur Loi "concernant les soins de fin de vie", entrée en vigueur le 10 décembre 2015, prévoit que le médecin qui administre une sédation palliative continue doit préalablement obtenir un consentement libre et éclairé du patient ou de son ...

Lire la suite