François et Anne demandent à être euthanasiés ensemble

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 20/06/2014

François (89 ans) et Anne (86 ans) demandent à être euthanasiés ensemble. Non, ils ne souffrent pas. Oui, ils ont différents maux dus à la vieillesse. « Ma femme et moi sommes vieux. De jour en jour notre santé se détériore et notre qualité de vie diminue. Il n'y aura plus d'amélioration possible. » Et François de s'exclamer : « Nous avons eu une belle vie, donnez-nous une belle mort. Car en fait, à notre âge, qu'est-ce que la vie peut encore nous offrir ?»
En fait, François et Anne expliquent au journaliste de Humo, qu'ils avaient tout préparé pour se suicider ensemble. Mais après en avoir parlé à leurs enfants, ceux-ci ont trouvé qu'il convenait de faire cela de façon plus « élégante ».
Un centre francophone pratiquant l'euthanasie aurait refusé de provoquer leurs morts simultanées (« Une euthanasie, d'accord, mais deux en même temps, c'est plus difficile »). Aussi, leur fils Jean-Paul a pris contact avec le LEIF centrum et Ulteam qui ont sans problème pris le dossier en main. Différentes attestations sont encore attendues,  et puis… enfin leur désir de mourir vite et ensemble sera réalisé.
François et Anne mentionnent plusieurs raisons qui soutiennent leur décision : on pourrait dire que leur vie est « complète », qu'ils ne veulent pas coûter à la société, qu'il n'y a plus d'argent pour la pension des vieux alors que les jeunes n'ont pas de travail, … Différents aspects économiques et occasions d'épargner par leur mort sur les deniers publics sont évoqués.

Leur fils Jean-Paul affirme que le fait pour ses parents partent ensemble est mieux pour tout le monde : François et Anne et aussi leurs enfants. Car si l'un des deux restait après la mort du premier, les enfants devront s'occuper de celui qui lui survit, et « pour moi c'est pratiquement impossible de venir tous les jours pour m'occuper soit de papa, soit de maman ». Les parents admettent que « cela aide énormément que leurs enfants les comprennent. » Leurs enfants les aident. « Un départ rapide…en bonne santé. »
L'article de Humo n'est pas signé. On ne dit pas comment le journaliste a été mis au courant du choix de mort de ce couple d'octogénaires ni s'ils vivent toujours.

Euthanasie: samen uit, samen thuis


Articles similaires

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

Belgique : plus de 2000 euthanasies déclarées en 2015

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une interview donnée à la presse et publiée par RTBF.be et DH.be, le Professeur Wim Distelmans, président de la Commission de contrôle de l'euthanasie en Belgique donne en avant-première, en son nom propre et sans que le Rapport officiel ne soit encore disponible, quelques éléments sur la situation de l'euthanasie en Belgique pour 2014 et 2015.
On y apprend en particulier que le nombre d'euthanasies déclarées est en constante augmentation et a passé la barre des 2000 cas en 2015 (1924 cas...

Lire la suite

Plaintes de citoyens à propos d’euthanasies suspectes

Plaintes de citoyens à propos d’euthanasies suspectes

- Euthanasie et suicide assisté

A l'heure où se pose la question du véritable contrôle exercé sur la pratique de l'euthanasie en Belgique, Elke Sleurs, sénatrice NV-A, a osé lever un coin du voile . Dans une question parlementaire, elle s'inquiète du fait que l''on dispose de peu d'informations sur d'éventuelles plaintes de citoyens auprès du ministère public et sur des enquêtes concernant des décès suspects. Elle adresse plusieurs questions en ce sens à la Ministre de la Justice et notamment : "combien de fois (par an), de ...

Lire la suite

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

Pays-Bas : trop peu d’euthanasies de nouveau-nés ?

- Euthanasie et suicide assisté

À la suite de l'instauration du "Protocole de Groningen", qui permet depuis 2007 à un médecin d'euthanasier un bébé porteur d'un handicap, le comité national de suivi s'étonne du fait que, jusqu'à présent, un seul cas ait été rapporté. En effet, dans ses estimations, le comité avait tablé sur 15 à 20 cas annuels. Comment expliquer cet écart ? Les médecins néerlandais préfèrent-ils taire les cas d'euthanasie de nouveau-nés ?    

Dans son dernier numéro, le Journal of Medical Ethics (2010, n°36...

Lire la suite