France : le Conseil d'Etat confirme la radiation de l’Ordre des médecins de Nicolas Bonnemaison

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - France France

Publié le : 06/01/2015

A la suite du décès suspect de plusieurs patients au centre hospitalier de Bayonne, des poursuites disciplinaires et pénales ont été engagées contre le docteur Nicolas Bonnemaison, soupçonné d'avoir administré à certains de ces patients des substances ayant provoqué leur mort, en particulier un produit contenant du curare, le Norcuron.

Radié par la chambre disciplinaire régionale de l'ordre des médecins d'Aquitaine le 24 janvier 2013 – décision confirmée en appel par la chambre disciplinaire nationale de l'ordre des médecins le 15 avril dernier – et acquitté par la Cour d'assises de Pau le 25 juin, le docteur Bonnemaison a vu son pourvoi en cassation contre la décision de radiation rejeté par le Conseil d'Etat le 30 décembre.

Lors de l'audience publique consacrée à cette affaire le 19 décembre, Rémi Keller, le Rapporteur du Conseil d'Etat avait déclaré entre autres qu'« en aucune circonstance, et quelle que soit la difficulté de sa tâche, le médecin n'a le droit de tuer ». Dans son réquisitoire, le rapporteur avait souligné que la France avait expressément refusé l'euthanasie ou le suicide assisté. Il avait estimé que l'urgentiste aurait pu soulager ses patients avec des sédatifs, comme la loi sur la fin de vie lui en donnait le droit. « Mais ce n'est pas un sédatif que vous avez employé : c'est un poison », avait-il déclaré à Nicolas Bonnemaison.

Suivant les conclusions de son Rapporteur, le Conseil d'Etat a donc confirmé la sanction de radiation prise par l'Ordre des médecins contre Nicolas Bonnemaison, ce qui lui interdit définitivement d'exercer la médecine.

Dans sa décision, le Conseil d'Etat a notamment mentionné que la circonstance que le docteur Bonnemaison aurait, comme il l'affirme, agi dans le but de soulager la souffrance des patients et en concertation avec certaines des familles, n'était pas, au regard de la loi, de nature à enlever leur caractère fautif aux actes commis.

Rappelons que le parquet a fait appel de l'acquittement du docteur Bonnemaison par la Cour d'assises de Pau, et que celui-ci sera rejugé par la Cour d'assises d'Angers à une date encore indéterminée.

Source : Conseil d'Etat


Articles similaires

France : 16 professions en alerte sur la proposition de loi relative à la fin de vie

France : 16 professions en alerte sur la proposition de loi relative à la fin de vie

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que la proposition de loi relative à la fin de vie va très prochainement être débattue en commission mixte paritaire, 16 corps professionnels ont uni leur voix en France afin d'alerter sur les risques que représentent certaines mesures censées apporter de nouveaux droits aux patients et aux personnes en fin de vie.
Dans un communiqué publié ce lundi 11 janvier 2016 par la Société française d'accompagnement et de soins palliatifs, l'ensemble des professionnels de la santé signataires réaf...

Lire la suite

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

33 personnes euthanasiées en 1 an par Ulteam, une équipe de médecins et infirmières

- Euthanasie et suicide assisté

Parmi ces 33 personnes, 5 venaient de l'étranger. Voilà ce que mentionne l'article paru dans De Morgen et reprenant les propos du Prof. Wim Distelmans.  Ulteam euthanasie les personnes dont la « demande n'a pas été assez entendue » par d'autres institutions. De plus, Ulteam estime qu'il est conforme à la loi dépénalisant l'euthanasie en Belgique de pouvoir euthanasier les visiteurs étrangers qui le demandent et qui se déplacent tout spécialement pour y être euthanasiés. Les Pays-Bas quant à eu...

Lire la suite

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

- Euthanasie et suicide assisté

La chambre des mises en accusation de Gand a décidé hier de renvoyer trois médecins devant la Cour d'assises. Elle estime qu'il y a assez d'indices montrant que l'euthanasie de Tine Nys, 38 ans, ne s'est pas faite conformément à la loi. Ils devront répondre d'empoisonnement.

Les deux soeurs de Tine Nys reprochent aux médecins d'avoir pratiqué l'euthanasie en méconnaissant autant les règles de procédure que les conditions essentielles de la loi, notamment celle du caractère incurable de la pat...

Lire la suite