Euthanasie simultanée d’un couple

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 12/04/2011

Un couple âgé du Brabant flamand (Meerbeek) a demandé et obtenu, en début de semaine, une double euthanasie. L'homme, âgé de 83 ans, souffrait d'un cancer en phase terminale. Son épouse, âgée de 78 ans, souffrait de divers maux liés à son âge, sous une forme assez aiguë. Il ne semblait pas envisageable pour elle de continuer de vivre sans son partenaire. Le médecin qui a pratiqué l'euthanasie s'inscrit donc en dehors du cadre légal puisque cette femme ne se trouvait pas en fin de vie.

Y a-t-il derrière cette dérive une tentative de faire évoluer le cadre de la loi lorsqu'on voit que les deux époux ont tenu à donner une réelle publicité à leur geste ? Et aussi que les médecins qui encouragent l'élargissement du cadre de l'euthanasie, notamment le professeur Wim Distelmans, président de la commission de contrôle belge de l'euthanasie, se sont empressés de faire savoir que, selon eux, la femme avait droit à l'euthanasie et qu'il n'est pas nécessaire d'être en phase terminale pour obtenir ce droit : le seul motif de souffrances insupportables suffit. « Elle souffrait d'une forme avancée d'arthrite rhumatoïde qui lui donnait des douleurs infernales. Son autonomie était également en baisse. »

Un autre médecin favorable à l'euthanasie, Marc Cosyns, de l'université de Gand, abonde en ce sens. « Si son mari devait mourir, elle n'aurait pas pu vivre de manière indépendante. Elle aurait pu rejoindre une maison de soins, mais elle ne le voulait pas. »
Ces médecins ajoutent que beaucoup de suicides en Belgique sont le fait de personnes ayant perdu leur partenaire. « Il me semble que le choix du suicide est principalement lié au fait que les gens n'obtiennent pas l'euthanasie ou qu'ils n'ont pas l'occasion d'en faire la demande », affirme le Dr Distelmans.

Ne s'oriente-t-on pas de plus en plus, en Belgique comme aux Pays-Bas, vers la reconnaissance de la dégradation progressive de la qualité de vie comme une justification de l'euthanasie ?

Texte de la Loi relative à l'euthanasie


Articles similaires

Premières auditions fixées sur l’euthanasie des mineurs

Premières auditions fixées sur l’euthanasie des mineurs

- Euthanasie et suicide assisté

Les Commissions réunies des Affaires sociales et de la Justice du Sénat ont arrêté une première liste d'auditions d'experts dans le cadre de leurs travaux sur l'extension de la loi dépénalisant l'euthanasie, à partir du 20 février.
Herman Nys (professeur de droit médical à la KUL), Dominique Biarent (chef de service à l'hôpital des enfants Reine Fabiola), Masendu Kalenga (chef du service de néonatalogie du CHR de Namur), Chris Van Geet (professeur à la faculté de médecine de la KUL), Joris Ver...

Lire la suite

La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

La médiatisation excessive de l'euthanasie camoufle les véritables enjeux de la fin de vie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un article paru le 25 avril 2017 dans le Medical Journal of Australia, le bioéthicien américain Ezekiel Emanuel exhorte à se concentrer sur l'amélioration de la prise en charge de la douleur des patients plutôt que de voiler la réalité de la fin de vie avec des idées erronées sur l'euthanasie et le suicide assisté.

Selon lui, l'euthanasie et le suicide assisté sont des pratiques marginales. L'euthanasie ne résout pas le problème auquel une majorité des patients en fin de vie sont confron...

Lire la suite

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

Délarations anticipées et euthanasies : faut-il un meilleur contrôle ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'article 4 de la loi du du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie permet à toute personne adulte de rédiger de manière anticipée une déclaration, pour l'éventualité où elle se trouverait dans un état ne lui permettant plus de manifester clairement sa volonté, par exemple lors d'un coma irréversible. 
Depuis septembre 2008, plus de 40.000 Belges ont fait enregistrer une déclaration anticipée auprès de leur commune. D'autres citoyens semblent avoir été euthanasiés sur base de cette déclaration ant...

Lire la suite