Euthanasie et psychiatrie : le cas d’un interné belge

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 18/09/2014

Frank Van Den Bleeken, interné en Belgique depuis près de 30 ans est en demande d'euthanasie depuis 3 ans. Il y a quelques jours, la perspective de cette "mort digne" lui a été accordée, suscitant l'émoi en Belgique et bien au-delà de nos frontières. Quand on sait que cet homme ne veut pas mourir, mais ne supporte simplement plus de vivre sans recevoir des soins adaptés à sa situation, cet émoi est amplement justifié.
Mais au-delà de ce cas, hautement symbolique, en ce qu'il évoque forcément une forme de peine de mort sollicitée, n'est-ce pas toute l'application de la loi relative à l'euthanasie qui devrait poser question ?
La Belgique s'est forgée une triste réputation en matière de prise en charge des détenus internés pour motifs psychiatriques, montrant une carence grave dans leur traitement. Avec, à la clé, plusieurs condamnations par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
Quand un interné se suicide dans l'aile psychiatrique d'une prison, où est l'émotion, où est la presse ? Faudrait-il désormais voir l'euthanasie comme une forme de prévention du suicide, comme l'évoquait dans les colonnes du Figaro la présidente de l'ADMD Belgique ? Le fait que 15 internés aient fait une demande d'euthanasie suite à l'accord intervenu il y a quelques jours ne devrait-il pas retentir comme un signal d'alarme ?
Et, abstraction faite du milieu carcéral, ce cas ne devrait-il pas également remettre en question la place de l'euthanasie en psychiatrie ? Trois médecins attestent aujourd'hui de la souffrance psychique inapaisable de Frank Van Den Bleeken, et jugent que cet homme, déclaré par ailleurs irresponsable de ses actes, dispose du discernement nécessaire pour demander la mort. Qu'en sera-t-il quand des chômeurs de longue durée, des personnes surendettées... feront état de souffrances psychiques inapaisables liées à leur situation ?
En réalité, il est à craindre que l'euthanasie soit désormais entrée dans une sorte de logique propre, d'emballement incontrôlable, faisant voler en éclats les "balises strictes" mises en place par le législateur. Il est à espérer que ce même législateur aura le courage d'une sérieuse remise en question.


Articles similaires

Euthanasie des enfants : deuxième audition d'experts

- Euthanasie et suicide assisté

Dans le cadre de l'élargissement de la loi euthanasie aux enfants, les Commissions réunies Justice & Affaires sociales entendront une nouvelle série d'experts ce mercredi 6 mars 2013. Les rapporteurs en sont  toujours Mme Zakia Khattabi et M. Rik Torfs.
Les experts convoqués sont : Mme Catherine Stryckmans, présidente de la commission éthique de l'Association belge des praticiens de l'art infirmier (ACN); M. Herman Nys, hoofd van het Interfacultair Centrum voor Biomedische Ethiek en Recht; pro...

Lire la suite

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

Belgique : plainte suite à une euthanasie pour souffrances psychiques

- Euthanasie et suicide assisté

Lors d'un reportage diffusé dans l'émission flamande Terzake (VRT), un nouveau cas d'euthanasie controversé a fait surface. Il s'agit du cas de Tine Nys, jeune femme de 38 ans, dont l'euthanasie en avril 2010 est remise en cause par ses soeurs.
Il y a cinq ans, et sans suivi psychiatrique depuis 15 ans, Tine Nys a pris contact avec son médecin, et a demandé à être euthanasiée très rapidement, suite à une rupture amoureuse. Elle a alors pris rendez-vous avec trois médecins différents, dont une ...

Lire la suite

Euthanasie des mineurs : prise de position de 16 pédiatres en Flandre

- Euthanasie et suicide assisté

« Sortez de l'ombre l'euthanasie des enfants »

Face à un débat qui se radicalise, une quinzaine de pédiatres (voir liste ci-dessous) publient dans Le Soir numérique « 17 heures » une carte blanche qui demande aux sénateurs d'adopter une loi pour leur permettre d'aider légalement leurs jeunes patients,
« de la manière la plus humaine et responsable possible ». Ils écrivent : « En tant que prestataires de soins, il nous arrive exceptionnellement de devoir assister des mineurs confrontés à une ...

Lire la suite