Difficultés psychologiques pour les proches présents lors d'un suicide assisté / euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Suisse

Publié le : 19/06/2019

Auteur / Source : European Psychiatry

Une étude menée en Suisse en décembre 2007 sur 85 parents et amis qui ont été témoins d'un suicide assisté, a révélé une prévalence plus élevée d'état de stress post-traumatique (ESPT) et de deuil compliqué que suite à un décès naturel. La Suisse est l'un des rares pays où le suicide assisté est autorisé. Il est généralement défini comme la prescription ou la fourniture de substances létales dans le but explicite de permettre au patient de se suicider. Malgré le fait que le sujet soit l'objet de débats houleux, il existe très peu de recherches à propos de l'impact d'un suicide assisté sur les proches du suicidé. L'étude fut menée en coopération avec Exit Deutsche Schweiz, une association qui organise le suicide assisté. Les familles ont étés contactées par l'organisation.

Le traumatisme que laisse un suicide assisté chez les proches du suicidé est différent de celui que peut provoquer une mort naturelle ou un suicide normal. Bien que le suicide assisté permette souvent de faire ses adieux et de rendre le moment de la mort plus prévisible, les images de la mort peuvent causer des symptômes de stress chez les proches. Selon l'étude, 13% des endeuillés montraient des symptômes d'état de stress post-traumatique total, 6,5% se trouvaient en ESPT partiel, 4,9% étaient confrontés à un deuil complexe, 6% à de l'anxiété, et 16% à la dépression. 22% des participants présentaient des problèmes de santé physique. Les participants montraient une prévalence plus élevée de dépression.

Cette étude montre donc que le décès non naturel d'un être cher peut avoir un impact sur la santé mentale et physique de ses proches, dû au traumatisme qui s'en suit. De telles constatations appellent à davantage d'accompagnement psychologique pour ces personnes, mais remettent également en question le caractère individuel et autonome d'une fin de vie "choisie".


Articles similaires

Pas besoin d’élargir la loi dépénalisant l’euthanasie estime un défenseur de celle-ci.

Pas besoin d’élargir la loi dépénalisant l’euthanasie estime un défenseur de celle-ci.

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une longue interview parue dans le Journal du médecin du 17 février 2012, le Dr Lossignol, coordinateur du forum francophone EOL (End Of Life) et chef du service des soins supportifs à l'Institut Bordet, membre de l'ADMD (Association du droit de mourir dans la dignité) exprime ses réticences quant au bien-fondé d'un élargissement de la loi votée en 2002.
Le Dr Lossignol estime qu'il faut d'abord s'assurer que le monde médical connaît bien le cadre légal actuel, ce qui n'est pas encore le ...

Lire la suite

Clinique de la fin de vie ou clinique de l’euthanasie ?

Clinique de la fin de vie ou clinique de l’euthanasie ?

- Euthanasie et suicide assisté

Les déclarations à propos d'une clinique de l'euthanasie du Dr Distelmans ont provoqué, en janvier 2011, un tollé général. (Bulletin de l'IEB) On croyait le dossier enterré. Or voici que l'UZ Brussel (VUB) met sur pieds avec l'Academisch Medisch Centrum Wemmel une initiative pour  "encadrer" les patients terminaux ou incurables.
L'objectif de celle-ci serait d'instaurer une "consultation de seconde ligne"  (médecins et infirmières formés à la pratique de l'euthanasie) pour les patients souffra...

Lire la suite

Belgique : 24.360 nouvelles déclarations d'euthanasie enregistrées en 2014

Belgique : 24.360 nouvelles déclarations d'euthanasie enregistrées en 2014

- Euthanasie et suicide assisté

Selon les chiffres du SPF Santé publique, le nombre de déclarations anticipées d'euthanasie enregistrées dans les administrations communales sur l'ensemble du territoire en 2014 s'élève à 24.360. C'est 3.946 de plus qu'un an auparavant, où 20.414 déclarations de ce genre avaient été déposées.
A noter que le taux de révision de ces déclarations est en progression (pour modifier par exemple la personne de confiance à laquelle le corps médical peut s'adresser le moment venu). 2.872 personnes ont ...

Lire la suite