Deux fois plus de sédations palliatives à domicile aux Pays-Bas depuis 2010

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 03/10/2018

Aux Pays-Bas, le nombre de personnes qui reçoivent une sédation palliative chez eux avant leur décès a augmenté de 50% sur les sept dernières années. La sédation palliative concernait ainsi 34.000 décès en 2017 selon la SPK (Fondation Pharmaceutique Statistiques à La Haye). L'âge moyen du décès pour cette catégorie de personnes était de 76 ans.

Ces chiffres sont basés sur le nombre de personnes à qui une pharmacie publique a délivré du Midalozam et/ou de la Levomepromazine, en vue d'une administration à domicile (la pratique sédative en hôpital et/ou maisons de repos n'est pas comprise dans ces chiffres). Parmi ces personnes, l'étude n'a retenu que celles chez qui la période entre la dernière date de délivrance de ces substances et la dernière date de délivrance d'un autre médicament, n'excédait pas 14 jours. Rien ne permet donc, sur base de ces données, de s'assurer qu'il s'agisse exclusivement de sédations palliatives et non d'euthanasies déguisées.

Il est en effet essentiel de distinguer les deux procédés.

La sédation palliative est une technique médicale ayant pour objectif de diminuer l'état de vigilance d'un patient, en vue, faute d'autres moyens, d'atténuer chez lui la perception d'une souffrance physique jugée insupportable. La sédation, qui peut être plus ou moins profonde et peut aller jusqu'à l'inconscience, est normalement réversible et, dans la mesure du possible, intermittente. Contrairement à l'euthanasie et au suicide assisté, la sédation profonde pratiquée dans les règles de l'art ne vise pas à abréger la vie. Comparable à une anesthésie avant une intervention chirurgicale, elle ne provoque nullement le décès, mais induit la perte de conscience afin de soulager la personne jusqu'à son décès. (Voir Bulletin de l'IEB et Fiche didactique)

Source: Stichting Farmaceutische Kengetallen


Articles similaires

Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.

Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.

- Euthanasie et suicide assisté

Plusieurs éléments intéresants dans, l'étude de Gommaar Truyens « De Complexiteit van het thuis sterven »
Et tout d'abord ce paradoxe : la majorité des patients veulent mourir à la maison (70%), or, la majorité meurent à l'hôpital ou en Maison de Repos et de Soins (MRS) (51% en hôpital, 23% en MRS). De plus, même si le prendre soin à domicile revient beaucoup moins cher à la société, cela coûte plus cher au patient.
L'étude montre également que le lieu de la mort suite à une maladie ou en fin ...

Lire la suite

Pays-Bas : l'euthanasie en forte augmentation  depuis six ans

Pays-Bas : l'euthanasie en forte augmentation depuis six ans

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, selon le rapport publié le 24 septembre, le nombre d'euthanasies et de suicides assistés officiellement déclarés est en constante augmentation dans le pays depuis 2006, avec une hausse de 13% entre 2011 et 2012. La commission chargée du contrôle fait état de 1.923 cas en 2006 et 4.188 cas en 2012, soit environ 3% de tous les décès aux Pays-Bas.
On note une baisse des euthanasies sur les personnes en voie de devenir démentes - on passe de 49 à 42,  alors que certaines association...

Lire la suite

L’enregistrement des sédations palliatives palliera-t-il les euthanasies « camouflées » ?

L’enregistrement des sédations palliatives palliera-t-il les euthanasies « camouflées » ?

- Euthanasie et suicide assisté

L'UZ Brussel, hôpital universitaire de la VUB, va désormais procéder à l'enregistrement systématique de chaque sédation palliative pratiquée en son sein.
Le fait d'enregistrer les sédations n'est pas une première mondiale, puisque cela se fait déjà au Québec. Leur Loi "concernant les soins de fin de vie", entrée en vigueur le 10 décembre 2015, prévoit que le médecin qui administre une sédation palliative continue doit préalablement obtenir un consentement libre et éclairé du patient ou de son ...

Lire la suite