Derrière le procès Tine Nys, le procès de l’euthanasie pour souffrance psychique

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 22/01/2020

Auteur / Source : L. Vanbellingen

Le procès d'assises qui s'est ouvert ce 17 janvier au Palais de justice de Gand met aux prises trois médecins avec l'accusation de non-respect de la loi belge sur l'euthanasie.

L'attention importante que suscite cette affaire s'explique non seulement par le caractère inédit d'un tel procès pour euthanasie en Belgique, mais aussi – sinon surtout – par le fait qu'est ici jugée la pratique d'une euthanasie basée sur l'existence d'une souffrance psychique.

Pour rappel, l'acte d'euthanasie n'est dépénalisé en Belgique qu'à la condition que le patient concerné se trouve dans une « situation médicale sans issue », et fasse état d'une « souffrance constante et insupportable qui ne peut être apaisée et qui résulte d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable ».

Le débat judiciaire actuel se concentre en particulier sur le caractère inapaisable de la souffrance psychique vécue par Tine Nys.

Ce débat judiciaire, mais aussi médiatique et politique, n'est en réalité que le prolongement direct de l'incertitude scientifique plus globale sur la question.

Du point de vue médical, aucun consensus n'existe en effet aujourd'hui pour considérer qu'une souffrance psychique puisse être considérée avec certitude comme inapaisable dans un cas précis.

Deux éléments expliquent cette incertitude fondamentale. En premier lieu, comme le reconnaît par ailleurs dans une étude le Dr. Godelieve Thienpont – psychiatre ayant donné son accord à l'euthanasie de Tine Nys –, l'évaluation du caractère incurable et inapaisable de la souffrance psychique est éminemment subjective, et donc hautement fragile.

Deuxièmement, le propre de nombre de pathologies psychiques – telles que la dépression – consiste précisément en l'incapacité du patient à envisager tout rétablissement à court ou long terme.

A la lumière de ces deux éléments, se dessine en réalité l'impossibilité fondamentale d'encadrer légalement la pratique de l'euthanasie pour souffrance psychique.

En témoignent d'ailleurs les divergences existant entre praticiens sur cette matière (voy. l'opinion signée en 2018 par de nombreux médecins belges), y compris parmi ceux favorables à l'euthanasie pour souffrance psychique.

L'on rappellera à cet égard la manière dont le Dr. Wim Distelmans, Président de la Commission de contrôle en matière d'euthanasie, avait désavoué le Dr. Thienpont, eu égard à la manière inappropriée – voire illégale – dont celle-ci traitait les demandes d'euthanasie pour souffrance psychique (voy. Flash Expert IEB 14/12/2017).

Enfin, dans ce débat émerge aussi la question de la cohérence entre les politiques de prévention du suicide et l'autorisation de l'euthanasie pour souffrance psychique. Comment, en effet, ne pas pointer une certaine contradiction entre ces deux messages adressés simultanément par la société à la personne en souffrance psychique ?

Pour aller plus loin :

Dossier IEB - Euthanasie pour souffrance psychique : synthèse de l'Avis 73 du CCBB
Flash expert IEB – Belgique : vers un débat sur l'euthanasie des malades psychiatriques ?


Articles similaires

Euthanasie voor minderjarigen   in België

Euthanasie voor minderjarigen in België

- Euthanasie et suicide assisté

NIEUW ! DOSSIER in het Nederlands !

Een jaar geleden werd de wet "tot wijziging van de wet van 28 mei 2002 betreffende de euthanasie, teneinde de euthanasie voor minderjarigen mogelijk te maken" uitgevaardigd. België werd daarmee het eerste en enige land ter wereld waar euthanasie voor minderjarigen zonder enige leeftijdsvoorwaarde is toegestaan.
Sommigen waren bijzonder trots op de goedkeuring van het wetsontwerp. Zij roemden de "pioniersrol" die België speelde door een wettelijk kader te s...

Lire la suite

Médiatisation et militance autour d’une demande d’euthanasie

Médiatisation et militance autour d’une demande d’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Atteinte d'une maladie invalidante, la maladie de Charcot, une Française de 59 ans, Anne Bert, a depuis un an organisé son euthanasie en Belgique. Très médiatisée, en promettant sa mort juste avant la sortie de son livre, il est apparu très vite que Madame Bert voulait en faire un combat politique, militant pour que son pays, la France, change sa loi sur la fin de vie, l'euthanasie y étant illégale. Parcourant plateaux de télévision et de radio afin de promouvoir son ouvrage, elle a donc deman...

Lire la suite

« Pacte de mort » et euthanasie de deux jumeaux de 45 ans

« Pacte de mort » et euthanasie de deux jumeaux de 45 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Eddy et Marc Verbessem, de vrais jumeaux (monozygotes), étaient nés sourds. Inséparables et restés célibataires, ils ont toujours vécu sous le même toit. Ils ont été euthanasiés ensemble, à leur demande, le 14 décembre dernier à l'UZ Brussel (Clinique universitaire) de Jette. Ils avaient 45 ans.

Leur demande d'euthanasie trouve son origine dans le diagnostic d'un glaucome, une maladie dégénérative du nerf optique qui peut conduire à la cécité. D'après nos informations (difficiles à vérifier),...

Lire la suite