CEDH : le petit Charlie Gard doit-il être débranché contre la volonté de ses parents ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 15/06/2017

La Cour européenne des droits de l'Homme à fait droit à la demande des parents du petit Charlie Gard, âgé de 10 mois et sévèrement atteint d'une affection mitochondriale, d'adopter des mesures provisoires pour préserver la vie de leur enfant et a enjoint à l'hôpital de fournir à Charlie « le traitement et les soins infirmiers indiqués afin de veiller à ce qu'il souffre le moins possible et à ce qu'il conserve toute sa dignité dans la logique, dans la mesure du possible, de son maintien en vie, jusqu'au mardi 19 juin 2017 à minuit », en attendant la décision finale des juges de la Cour de Strasbourg.

La High Court britannique, suivie par la Court of Appeal avait, en effet, validé l'arrêt des traitements ordonné par le personnel soignant, pour laisser Charlie « mourir dans la dignité », son état n'ayant, selon les médecins, aucune chance d'amélioration. De fait, à ce jour, Charlie ne peut ni voir, ni entendre, ni pleurer, ni avaler, ni respirer de manière autonome. Toutefois, ses parents ne désespèrent pas et souhaitent se rendre aux Etats-Unis pour explorer d'autres pistes. Mais ils se sont vu notifier une décision formelle des médecins d'interdire la sortie du territoire de l'enfant qui selon eux devra être débranché des appareils qui le maintiennent en vie. Le Dossier est même allé jusqu'à la Cour Suprême.

Désormais, la décision est entre les mains des juges de la Cour européenne de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales. Une chambre composée de sept juges examine en ce moment-même l'affaire.


Articles similaires

La Coopérative « Dernière volonté » fait sa première victime

La Coopérative « Dernière volonté » fait sa première victime

- Euthanasie et suicide assisté

Aux Pays-Bas, le Ministère Public a déclaré ouvrir une enquête à l'encontre de la Coopérative « Dernière volonté » (« Laatste Wil » - CLW).

Pour rappel, cette coopérative d'achat néerlandaise a comme objectif d'offrir à ses membres la possibilité d'acheter une poudre qui permet de se suicider de manière absolument autonome.

Cette poudre, que la CLW nomme « Moyen X » pour ne pas dévoiler son nom, a fait sa première victime le 22 février dernier. La jeune-fille de 19 ans, Ximena, s'est suicidé...

Lire la suite

Le Parquet de Bruxelles classe sans suite les plaintes contre Wim Distelmans

Le Parquet de Bruxelles classe sans suite les plaintes contre Wim Distelmans

- Euthanasie et suicide assisté

Le parquet de Bruxelles a classé sans suites deux plaintes qui visaient le docteur Wim Distelmans, le président néerlandophone de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. Les deux plaignants ont chacun perdu leur mère dépressive à la suite d'une euthanasie pratiquée par le Dr Distelmans, et ils estiment que la loi n'a pas été respectée par celui-ci.

Tom Mortier a déposé sa plainte fin 2014. Sa mère souffrait de dépression chronique, ce qui n'est pas une maladie incu...

Lire la suite

Euthanasie des patients qui ne sont pas en phase terminale : les psychiatres américains sont contre

Euthanasie des patients qui ne sont pas en phase terminale : les psychiatres américains sont contre

- Euthanasie et suicide assisté

L'Association Américaine de Psychiatrie (AAP) vient d'émettre un avis tranché quant à la pratique de l'euthanasie pour des patients qui ne sont pas en phase terminale. Rejoignant ainsi l'avis de l'Association Médicale américaine, la déclaration affirme qu'« un psychiatre ne devrait prescrire ou envisager aucune intervention dont le but est de causer la mort chez un patient qui n'est pas en phase terminale ».

Cette déclaration a d'autant plus de poids que l'AAP demeure aujourd'hui la plus impo...

Lire la suite