Canada – Explosion des donneurs d’organes post-euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Canada Canada

Publié le : 16/01/2020

Auteur / Source : BioEdge, The Journal of Heart and Lung Transplantation, Journal of Medical Ethics

Alors que l'euthanasie n'y est dépénalisée que depuis 2016, le Canada a connu, en l'espace de quelques années, une énorme croissance du nombre de donneurs d'organes, du fait des dons d'organe réalisés après euthanasie.

Une telle corrélation entre euthanasie et don d'organes s'explique notamment par la politique proactive menée par l'Ontario en la matière. Cet Etat canadien est ainsi le premier au monde à imposer aux médecins le fait de mentionner la possibilité du don d'organes aux personnes ayant choisi l'euthanasie.
Dans la plupart des pays ayant dépénalisé l'euthanasie, la possibilité du don d'organes n'est en principe discutée qu'à l'initiative du patient lui-même, et, en tout cas, n'est pas obligatoirement mentionnée au patient concerné par l'euthanasie.
Par ailleurs, le don d'organe n'étant possible que dans un cadre hospitalier, celui-ci implique que la personne subissant l'euthanasie ne puisse mourir à domicile.
La promotion active du don d'organes dans le cadre de l'euthanasie soulève en réalité de multiples risques.
Parmi ceux-ci, d'aucuns pointent le danger consistant à envoyer aux personnes suicidaires ou handicapées le message selon lequel leur mort, à travers le don d'organes, aurait plus de valeur que leur vie vécue.

Plus largement, c'est la dimension utilitariste d'une telle démarche qui pose véritablement question. Loin de s'arrêter à la seule promotion active du don d'organes post-euthanasie, certains médecins militent désormais pour que le prélèvement d'organe soit effectué sur le patient vivant, placé sous anesthésie générale (voy. l'article du Journal of Heart and Lung Transplantation) ou déjà en état végétatif chronique (cfr. Journal of Medical Ethics & Bulletin IEB).
La mort serait dans ce cas provoquée – et l'euthanasie réalisée – à travers le prélèvement d'organes.


Articles similaires

Euthanasie STOP : de burger wil een stem in het debat

Euthanasie STOP : de burger wil een stem in het debat

- Euthanasie et suicide assisté

Laat van u horen in het debat rond euthanasie !

Dat is de oproep van de nieuwe website Euthanasie STOP, een initiatief van universiteitsprofessoren, artsen, verpleegkundigen en juristen uit het hele land en met uiteenlopende levensbeschouwingen.

Euthanasie is in België legaal sinds mei 2002. De euthanasiewet geeft meerderjarige of geëmancipeerd minderjarige patiënten het recht om een verzoek om euthanasie te formuleren, terwijl artsen toelating krijgen om dat verzoek onder bepaalde vo...

Lire la suite

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

- Euthanasie et suicide assisté

Un collectif de 38 personnalités belges, dont la plupart sont psychiatres ou membres du corps médical, ont publié une carte blanche afin de manifester leur vive inquiétude face au nombre croissant de cas d'euthanasie de personnes souffrant de troubles psychiques (entre 50 et 60 cas pour les seules années 2013 et 2014). Cette carte blanche a été publiée par les journaux Le Soir et Het Laatste Nieuws. 

Partant du cas très médiatisé de Laura, 24 ans, autorisée à être euthanasiée pour dépression ...

Lire la suite

Canada – Bilan un an après l’entrée en vigueur de l’aide médicale à mourir.

Canada – Bilan un an après l’entrée en vigueur de l’aide médicale à mourir.

- Euthanasie et suicide assisté

Questionnée par le Huffington Post, Mélanie Vachon, professeur de psychologie et membre du Centre de recherche et d'intervention sur le suicide et l'euthanasie de l'Université du Québec à Montréal affirme que les chiffres de l'euthanasie montrent l'échec de la loi.
Le dernier rapport sur l'aide médicale à mourir au Canada paru en octobre 2017 le confirme : il fait état qu'en un an, (juin 2016 - juin 2017), 2149 décès sont attribuables à "l'aide médicale à mourir" dont 803 les 6 premiers mois e...

Lire la suite