Bilan 2018 du suicide assisté dans l’Oregon (USA)

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 24/04/2019

Auteur / Source : oregon.gov, La revue du praticien

Le rapport 2018 de l'Oregon Health Authority au sujet de l'application du Death with Dignity Act (loi autorisant le suicide assisté) est paru récemment.

Le préambule du rapport informe immédiatement que « deux médecins ont été signalés auprès du Conseil médical de l'Oregon pour non-respect des exigences du Death With Dignity Act », sans préciser cependant ce qui leur est reproché.

Le rapport stipule que 249 personnes ont reçu des ordonnances pour se procurer des doses létales (contre 218 en 2017) et 168 sont décédées par suicide-assisté (contre 143 en 2017). Depuis 1997, année de légalisation du suicide assisté dans l'Oregon, le nombre de décès par suicide assisté a très fortement augmenté (46 en 2006, 85 en 2012). Sur les décès enregistrés en 2018, 79,2% des individus étaient âgés d'au moins 65 ans, 62,5% étaient atteints d'un cancer, et 47,3% avaient au moins un niveau de Bachelor (quatre ans d'études supérieures). Les trois motivations du suicide les plus souvent signalés étaient la perte d'autonomie (91,7%), la diminution de la capacité de participer à des activités qui rendaient la vie agréable (90,5%) et la perte de dignité (66,7%).

Il est à noter de plus que « l'évaluation psychiatrique n'est intervenue que dans 5 cas tant en 2017 qu'en 2016. Une seule consultation psychiatrique est permise, ce qui rend la réalité du diagnostic médical difficile. Des cas de pression de l'entourage, des raisons économiques ont été rapportées, tout comme des complications médicales lors de l'ingestion du produit létal. » (La revue du praticien, Tome 69, Numéro 1, janvier 2019).


Articles similaires

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

Vers le suicide assisté dans les prisons suisses : autodétermination ou désespoir ?

- Euthanasie et suicide assisté

Le Suisse Peter Vogt, condamné à la prison à perpétuité pour de multiples agressions sexuelles, a fait appel en juillet 2018 à Exit, une organisation d'aide au suicide. Interné depuis 25 ans, il souffre de graves troubles psychiques en sus de problèmes au coeur et aux reins. Or, ces maux ne constituent manifestement pas le mobile principal de sa demande de suicide, mais bien le désespoir de rester emprisonné dans de telles circonstances : "C'est naturel de préférer se suicider plutôt que d'êtr...

Lire la suite

Compte à rebours pour un suicide assisté : J-8

Compte à rebours pour un suicide assisté : J-8

- Euthanasie et suicide assisté

Aurélia (ou Sarah, prénom repris dans les médias) mourra le 26 janvier 2018 à 14h, à l'âge de 29 ans, après avoir ingéré la boisson létale prescrite par la « Levenseindekliniek » (LEK, clinique de fin de vie aux Pays-Bas).

 

Des médecins de la LEK ont confirmé son état de « souffrance psychique insupportable et sans issue » le 31 décembre 2017. Aurélia a ensuite dévoilé à la presse néerlandaise son parcours et son choix d'assistance médicale au suicide. Elle estime qu' « après une vie pourri...

Lire la suite

Suisse : la Fédération des Médecins s’oppose au suicide assisté pour « souffrance insupportable »

Suisse : la Fédération des Médecins s’oppose au suicide assisté pour « souffrance insupportable »

- Euthanasie et suicide assisté

La Fédération des Médecins Suisses (FMH) a refusé, ce 25 octobre, d'élargir les critères d'accès au suicide assisté. Les nouvelles directives de l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM), publiées en mai dernier, avaient remplacé le critère de « fin de vie » par celui de « souffrance insupportable due à des symptômes de maladie et/ou à des limitations fonctionnelles ».
La FMH, forte de 40 000 membres, a jugé que le critère de souffrance insupportable n'était pas mesurable et renvoyait à ...

Lire la suite