Bilan 2018 du suicide assisté dans l’Oregon (USA)

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 24/04/2019

Auteur / Source : oregon.gov, La revue du praticien

Le rapport 2018 de l'Oregon Health Authority au sujet de l'application du Death with Dignity Act (loi autorisant le suicide assisté) est paru récemment.

Le préambule du rapport informe immédiatement que « deux médecins ont été signalés auprès du Conseil médical de l'Oregon pour non-respect des exigences du Death With Dignity Act », sans préciser cependant ce qui leur est reproché.

Le rapport stipule que 249 personnes ont reçu des ordonnances pour se procurer des doses létales (contre 218 en 2017) et 168 sont décédées par suicide-assisté (contre 143 en 2017). Depuis 1997, année de légalisation du suicide assisté dans l'Oregon, le nombre de décès par suicide assisté a très fortement augmenté (46 en 2006, 85 en 2012). Sur les décès enregistrés en 2018, 79,2% des individus étaient âgés d'au moins 65 ans, 62,5% étaient atteints d'un cancer, et 47,3% avaient au moins un niveau de Bachelor (quatre ans d'études supérieures). Les trois motivations du suicide les plus souvent signalés étaient la perte d'autonomie (91,7%), la diminution de la capacité de participer à des activités qui rendaient la vie agréable (90,5%) et la perte de dignité (66,7%).

Il est à noter de plus que « l'évaluation psychiatrique n'est intervenue que dans 5 cas tant en 2017 qu'en 2016. Une seule consultation psychiatrique est permise, ce qui rend la réalité du diagnostic médical difficile. Des cas de pression de l'entourage, des raisons économiques ont été rapportées, tout comme des complications médicales lors de l'ingestion du produit létal. » (La revue du praticien, Tome 69, Numéro 1, janvier 2019).


Articles similaires

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

Pays-Bas : acquitté en appel après avoir aidé sa mère à se suicider

- Euthanasie et suicide assisté

En 2008, une citoyenne hollandaise de 99 ans, aveugle et fatiguée de vivre, jugeait sa souffrance trop importante et sans espoir d'amélioration. Son médecin traitant ayant refusé de l'euthanasier, elle a décidé de faire appel à son fils. Celui-ci, Albert Heringa, qui n'est pas médecin, a franchi le pas en aidant sa mère à se suicider, en marge des conditions légales fixées par la loi relative à l'euthanasie.
Condamné en 2013 pour suicide assisté sur la personne de sa maman, Albert Heringa est ...

Lire la suite

Association Mondiale des médecins : les médecins africains rejettent euthanasie et suicide assisté

Association Mondiale des médecins : les médecins africains rejettent euthanasie et suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Les représentants des pays-membres africains de l'AMM se sont retrouvés les 2 et 3 février derniers au Nigeria, pour la réunion de la « Région Afrique » de l'Association sur les questions de fin de vie. Le Professeur Mike Ogirima, Président de l'Association médicale du Nigéria (NMA), a appelé à un renforcement des soins palliatifs en Afrique, afin de permettre aux médecins d' « apaiser les souffrances physiques, psychologiques, sociales, spirituelles et émotionnelles » des patients en phase te...

Lire la suite

Ecosse : le Parlement rejette le suicide assisté

Ecosse : le Parlement rejette le suicide assisté

- Euthanasie et suicide assisté

Le suicide assisté fut le dernier combat de la députée indépendante Margo MacDonal. Décédée en avril 2014 de la maladie de Parkinson, elle n'aura pas assisté à l'issue défavorable de sa proposition de loi. Les députés écossais, interpellés par une pétition de 15 000 citoyens, ont rejeté le 27 mai 2015 la proposition de loi en faveur du suicide assisté.
« Le gouvernement estime que la loi actuelle est claire et qu'il n'est pas du ressort de la loi d'aider quelqu'un à se suicider. Le gouvernemen...

Lire la suite