Belgique : les médecins ont euthanasié 2 enfants et un adolescent

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 06/09/2018

Agés de 9, 11 et 17 ans, ils ont été euthanasiés entre janvier 2016 et décembre 2017.

C'est ce que révèle le huitième rapport de la Commission fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie , couvrant la période 2016-2017. L'adolescent de dix-sept ans était atteint de la dystrophie musculaire de Duchenne, et le petit garçon de neuf ans avait une d'une tumeur au cerveau. Quant à l'enfant de 11 ans, il était atteint de fibrose kystique.

C'est en juillet 2014 que le gouvernement a voté l'élargissement de la loi dépénalisant l'euthanasie aux patients mineurs, sans aucune limite d'âge, dans des conditions bien spécifiques, et notamment que le moment de la mort soit prévisible et à brève échéance.

Sans avoir eu accès au dossier médical de l'enfant de 11 ans atteint de fibrose kystique, on se pose la question de savoir s'il était vraiment en toute fin de vie, comme l'exige la loi ?

En effet, la Fondation de la fibrose kystique explique que « l'espérance de vie médiane pour les nouveaux cas de fibrose aux États-Unis est maintenant de 43 ans ». L'association précise que « les traitements modernes permettent à de nombreux patients de jouir d'une qualité de vie élevée jusque dans la trentaine ou même au-delà. »

La Commission a pourtant donné son aval pour ces 3 cas très douloureux et précise : « Ces derniers (NDLR. ces mineurs d'âge) souffraient à chaque fois d'affections incurables et particulièrement graves allant entraîner leur décès à brève échéance. »

Lorsqu'un enfant demande l'euthanasie, la loi précise qu'il doit le faire par écrit, et des psychiatres sont en charge de vérifier que le jeune est en mesure de prendre cette décision et « n'est pas influencé par un tiers ». Ses parents peuvent empêcher que l'enfant présente sa demande d'euthanasie. Mais comment ne pas s'interroger : « Qu'est-ce qui, exactement, a convaincu les médecins que les cas de ces enfants étaient désespérés, que leurs décès étaient imminents - et que les enfants comprenaient pleinement non seulement l'euthanasie mais aussi les options de traitement qui auraient pu atténuer leur état ? »

Willem Lemmens, Professeur de philosophie moderne et d'éthique à l'université d'Anvers regrette que ces questions ne soient plus abordées par la presse belge. Dans une interview, il a dénoncé l'installation d'un processus de normalisation de l'euthanasie en Belgique : « Les gens considèrent l'euthanasie comme une solution pour les maladies comme le cancer en stade terminal ou les maladies d'origine neurologique (...) Et il y a des débats pour savoir si la loi doit être élargie aux personnes atteintes de démence ou aux personnes âgées qui ne sont pas en phase terminale mais qui en ont juste assez de vivre ».

 Sources :  Généthique et John Burger (27/08/2018) Child euthanasia has claimed the lives of three in Belgium


Articles similaires

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

Australie et Nouvelle Zélande rejet de la dépénalisation de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Le Parlement de la Tasmanie (Etat d'Australie) vient  de rejeter le projet de loi qui visait à dépénaliser l'euthanasie dans cet Etat. Il était proposé que les malades en phase terminale puissent mettre fin à leur vie 10 jours après avoir réitéré pour la troisième fois une demande d'euthanasie à leur médecin. Dans le Territoire du Nord, autre Etat d'Australie, l'euthanasie avait été dépénalisée, pour la première fois dans le monde, en 1995. Neuf mois après l'entrée en vigueur de cette loi, le ...

Lire la suite

Belgique : produits euthanasiants et contrôle des officines

Belgique : produits euthanasiants et contrôle des officines

- Euthanasie et suicide assisté

Pour pratiquer une euthanasie au domicile du patient, le médecin qui provoquera sa mort doit normalement se rendre en personne en officine pour se procurer les substances létales.
Posant la question du contrôle des produits en question et de la responsabilité du gouvernement à ce sujet, la députée Catherine Fonck a interpellé la ministre des Affaires sociales et de la Santé à ce sujet. Maggie De Block en sa réponse du 22 juin 2015, a rappelé « qu'aucun arrêté royal n'avait encore été pris (NDL...

Lire la suite

L'Association Médicale Mondiale maintient sa condamnation de l'euthanasie

L'Association Médicale Mondiale maintient sa condamnation de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Depuis près de deux ans, l'Association médicale canadienne (AMC) et la Société royale néerlandaise pour la promotion de la médecine (KNMG)  faisaient pression sur les membres de l'Association Médicale Mondiale (AMM) pour que celle-ci change sa position par rapport à l'euthanasie et au suicide assisté.

L'AMM, qui représente plus de 113 associations de médecins au niveau mondial, s'est toujours opposée à la pratique de l'euthanasie, ce qui irritait les associations néerlandaise et canadienne. C...

Lire la suite