Belgique : en soins intensifs, précipiter la mort sur base d’un consentement présumé ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 02/06/2014

Le Professeur Jean-Louis Vincent, chef de service des soins intensifs au CHU Erasme de Bruxelles, affirme dans plusieurs articles parus dans la presse qu'il y a une demande de certains médecins spécialisés en soins intensifs de pouvoir bénéficier d'une protection juridique pour précipiter la mort des patients qui n'en auraient pas expressément formulé la demande (pas de déclaration anticipée) et qui seraient inconscients, et ce même en l'absence de tout inconfort. Il conviendrait, estime le Prof. Vincent, qu'auparavent, les soignants jugent collégialement qu'il n'y a pas "de perspective de récupération qui fasse sens" La famille serait consultée et pourrait donner son avis.
Ces médecins estiment qu'un élargissement de la loi sur l'euthanasie dans de telles conditions aurait tout son sens.
« Notre pays a besoin d'une loi qui (…) autorise dans ce contexte la possibilité d'administration de médicaments qui raccourcissent la vie dont la qualité est devenue trop médiocre. Sans que la personne concernée ait pu signer un document. Le premier but de la médecine est de restaurer ou maintenir la santé, c'est-à-dire le bien-être de l'individu, pas la vie à tout prix. » (Carte blanche parue dans le journal le Soir du 25 février 2014.)
 


Articles similaires

Où en est-on dans le débat euthanasie en Belgique?

Où en est-on dans le débat euthanasie en Belgique?

- Euthanasie et suicide assisté

Les groupes socialistes et libéraux, dont des représentants avaient présenté la semaine dernière à la presse des propositions en vue d'étendre l'actuelle loi autorisant l'euthanasie, ont essuyé une volée de bois vert en Commission du Sénat.
Le cdH et le CD&V s'en sont pris à leurs partenaires de majorité alors que la N-VA et les Verts ont appelé la majorité à mettre de l'ordre dans ses rangs pour la bonne tenue du débat parlementaire. Le co-président MR de la Commission Alain Courtois a indiqu...

Lire la suite

Belgique : euthanasié à 17 ans

Belgique : euthanasié à 17 ans

- Euthanasie et suicide assisté

Pour la première fois, suite à l'extension de la loi relative à l'euthanasie aux mineurs, un jeune a été euthanasié en Belgique. Il a dû exprimer sa volonté en ce sens, obtenir l'accord de ses parents, être jugé capable de discernement quant à la portée de ce geste et surtout être atteint d'une maladie incurable provoquant des souffrances inapaisables. De plus, son décès devait être prévisible à brève échéance. Telles sont les conditions inscrites dans la loi évoquée. Loi qui n'avait pas manqu...

Lire la suite

Euthanasie Belgique : synthèse du dernier rapport de la CFCEE

Euthanasie Belgique : synthèse du dernier rapport de la CFCEE

- Euthanasie et suicide assisté

Note de Synthèse du huitième Rapport de la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE) aux Chambres Législatives - (Années 2016 et 2017)

La loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie prévoit que la Commission fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE), dresse tous les deux ans un rapport à l'intention du législateur. Le huitième rapport vient d'être publié et couvre les années 2016-2017. La Commission est chargée de vérifier, sur base de documents...

Lire la suite