Belgique : en soins intensifs, précipiter la mort sur base d’un consentement présumé ?

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique

Publié le : 02/06/2014

Le Professeur Jean-Louis Vincent, chef de service des soins intensifs au CHU Erasme de Bruxelles, affirme dans plusieurs articles parus dans la presse qu'il y a une demande de certains médecins spécialisés en soins intensifs de pouvoir bénéficier d'une protection juridique pour précipiter la mort des patients qui n'en auraient pas expressément formulé la demande (pas de déclaration anticipée) et qui seraient inconscients, et ce même en l'absence de tout inconfort. Il conviendrait, estime le Prof. Vincent, qu'auparavent, les soignants jugent collégialement qu'il n'y a pas "de perspective de récupération qui fasse sens" La famille serait consultée et pourrait donner son avis.
Ces médecins estiment qu'un élargissement de la loi sur l'euthanasie dans de telles conditions aurait tout son sens.
« Notre pays a besoin d'une loi qui (…) autorise dans ce contexte la possibilité d'administration de médicaments qui raccourcissent la vie dont la qualité est devenue trop médiocre. Sans que la personne concernée ait pu signer un document. Le premier but de la médecine est de restaurer ou maintenir la santé, c'est-à-dire le bien-être de l'individu, pas la vie à tout prix. » (Carte blanche parue dans le journal le Soir du 25 février 2014.)
 


Articles similaires

Les soins palliatifs édictent leurs recommandations pour pratiquer l’euthanasie

Les soins palliatifs édictent leurs recommandations pour pratiquer l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Nouveau Flash Expert pour décrypter les recommandations de la Fédération des soins palliatifs en Flandre : ICI

La Fédération des soins palliatifs en Flandre a publié récemment des recommandations destinées aux aidants confrontés à une demande d'euthanasie d'une personne majeure. En réalité, cette dénommée « directive euthanasie » s'adresse principalement aux médecins et aux infirmiers et leur donne une ligne de conduite à observer depuis la demande jusqu'à l'exécution de l'euthanasie.

On peu...

Lire la suite

Belgique : l’euthanasie pour maladies psychiques en augmentation

Belgique : l’euthanasie pour maladies psychiques en augmentation

- Euthanasie et suicide assisté

Le groupe de recherche End-of-Life Care composé de médecins belges et experts a analysé les données recensées par la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de Belgique concernant l'application de la Loi Euthanasie de 2002 et en a récemment publié son analyse dans BMC Psychiatry.

On y apprend que de 2002 à 2013, 179 euthanasies pour troubles psychiatriques et de démence ont été pratiquées. En 2002, elles représentaient 0.5% du total des euthanasies. La hausse en 2013 est considérable ...

Lire la suite

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un avis par lettre du 28 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement a...

Lire la suite