Association Mondiale des médecins : les médecins africains rejettent euthanasie et suicide assisté

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités

Publié le : 13/02/2018

Les représentants des pays-membres africains de l'AMM se sont retrouvés les 2 et 3 février derniers au Nigeria, pour la réunion de la « Région Afrique » de l'Association sur les questions de fin de vie. Le Professeur Mike Ogirima, Président de l'Association médicale du Nigéria (NMA), a appelé à un renforcement des soins palliatifs en Afrique, afin de permettre aux médecins d' « apaiser les souffrances physiques, psychologiques, sociales, spirituelles et émotionnelles » des patients en phase terminale.

Seuls quelques pays en Afrique bénéficient en effet de lois et de recommandations médicales en matière de soins palliatifs pour l'instant.

Il s'est également fait la voix des médecins de la Région d'Afrique, pour condamner l'euthanasie et le suicide assisté. Il décrit ces pratiques comme contraires aux lois nationales des pays d'Afrique, à l'éthique de l'AMM et au serment d'Hippocrate, qui fait promettre à tout médecin « de ne pas user de ses connaissances médicales pour violer les droits et libertés de l'homme, même sous la menace », ajoute-t-il.

Otmar Kloiber, Secrétaire-Général de l'AMM a plaidé quant à lui pour que les gouvernements concernés libèrent les ressources nécessaires à la mise en place de soins palliatifs décents, reconnaissant le manque de fonds comme principal obstacle. Il a également proposé la création d'une « couverture soins de santé » à portée mondiale, afin d'assurer à tous, notamment en Afrique, une assurance de soins palliatifs de bonne qualité.

Pour rappel, cette réunion fait suite à la réunion régionale européenne de l'AMM à Rome les 16 et 17 novembre 2017. A cette réunion-là, les médecins représentants des Pays-Bas et du Canada, avaient plaidé pour que l'AMM revoie sa position sur l'euthanasie et le suicide assisté, afin de les considérer comme des actes éthiquement neutres, et ne s'opposant pas aux soins palliatifs.

 Source : WMA et nan.ng



Articles similaires

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

Malaise par rapport à certains médecins français qui euthanasient leurs patients en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un avis par lettre du 28 octobre, le Comité consultatif de Bioéthique de Belgique s'est montré divisé sur la question de savoir si un médecin établi à l'étranger mais autorisé à exercer sur le sol belge, peut venir en Belgique avec son patient qui demande l'euthanasie, « et le faire admettre dans un centre de court séjour belge ou dans une maison de repos et de soins belge afin de l'y euthanasier ».

Le cas soumis au Comité était celui d'un médecin français qui se rendait régulièrement a...

Lire la suite

Elargir le cadre légal de la loi dépénalisant l’euthanasie

Elargir le cadre légal de la loi dépénalisant l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Faut-il élargir la loi dépénalisant l'euthanasie ? Un article du 17 novembre 2012 dans le journal Le Soir titre : « Une loi qui pourrait évoluer ».

Outre la répétition des mêmes propositions de loi (voir précédents Bulletins de l'IEB), on perçoit l'agacement voire les menaces de certains face au professionnalisme de certains médecins et institutions qui se refusent à pratiquer l'euthanasie « à la demande », sans même qu'un accompagnement palliatif ne lui soit d'abord proposé. « Si ces hôpitau...

Lire la suite

Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

Le médecin appelé pour le deuxième avis euthanasie gagnera 160 euros

- Euthanasie et suicide assisté

Le thérapeute consulté pour le deuxième avis en matière d'euthanasie peut désormais facturer 160 euros. L'INAMI a donné son autorisation pour une convention avec le consortium des asbl Leif (LevensEindeInformatieForum) et  EOL (End Of Life doctors). Le budget annuel prévu s'élève à 199.700 euros pour rémunérer le deuxième avis en matière d'euthanasie.
Le consortium "LEIF -EOL", qui a travaillé à cette convention et en est le seul candidat, devra mettre en place un comité médical où seront impl...

Lire la suite