Amélie Van Esbeen veut relancer le débat autour de l’euthanasie

 Imprimer

Thématique : Fin de vie / Euthanasie et suicide assisté

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 23/03/2009

23 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen (93 ans) n'est pas atteinte d'une maladie incurable, mais souffre de toutes sortes de petits maux qui rendent sa vie insupportable, dit-elle. Elle souhaite mourir mais, selon la loi, elle ne remplit pas les critères pour demander l'euthanasie. Wim Distelmans, le président de la commission d'évaluation de la loi sur l'euthanasie pense que la législation devrait pouvoir être étendue aux cas de certaines personnes très âgées. En particulier, dans des cas comme celui-ci, les « souffrances insupportables » devraient pouvoir être reconnues, plaide-t-il. 
Le gériatre Lucien De Cock comprend la situation d'Amélie Van Esbeen mais nuance:  « avant que nous proposions l'euthanasie, regardons s'il vous plaît s'il n'y a plus d'autres facteurs susceptibles de rendre cette existence plus supportable. Vieillir est en grande partie une succession de toutes sortes de situations de perte, qui  sont souvent très difficiles à accepter, surtout le fait d'être dépendant des autres. Des états dépressifs apparaissent fréquemment. Avec de légers antidépresseurs, nous pouvons généralement obtenir d'excellentes réponses et offrir ainsi à beaucoup de ces personnes une heureuse fin de vie ».  

25 mars 2009 :
Amélie Van Esbeen a décidé de mettre fin à sa grève de la faim et va recommencer à s'alimenter lentement dès aujourd'hui. La nonagénaire avait entamé une grève de la faim et réclamait une euthanasie. Elle désire à présent récupérer des forces afin de pouvoir reprendre son combat. La dame, âgée de 93 ans, s'était adressée aux médias car elle estimait que sa demande de fin de vie n'était pas entendue. Selon Marc Cosyns médecin aux Cliniques universitaires de Gand, la dame appelle à présent les médias à une période de repos. "La dame et sa famille estiment que l'attention des médias se retournait contre elle et rendait impossible une mort et un deuil sereins. Ils estiment important d'avoir pu faire avancer le débat et s'estiment prêts, après cette période de repos, à continuer à participer à cette discussion sur ce sujet de société", a indiqué le médecin. La patiente désire à présent récupérer assez de force pour pouvoir dans quelques jours reprendre son combat afin d'obtenir le droit de mettre fin à ses jours, sur base de la procédure des droits du patient et de la loi sur l'euthanasie.

Source : Belga


Articles similaires

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

Homicide volontaire avec préméditation : pourquoi la Commission euthanasie n’a-t-elle rien dit ?

- Euthanasie et suicide assisté

Saisissant l'importance du dossier relatif à une mort provoquée déclarée comme euthanasie à la Commission Fédérale de Contrôle et d'Evaluation de l'Euthanasie (CFCEE), les médias francophones réagissent et ont interviewé Jacqueline Herremans, membre de la CFCEE.

Celle-ci confirme que le débat au sein de la Commission suite à l'audition du médecin, a été « virulent ». La question était de savoir s'il fallait renvoyer le dossier au Parquet et laisser la Justice interpeller le médecin qui a prov...

Lire la suite

Tien jaar na de euthanasiewet : slipery slope?

- Euthanasie et suicide assisté

België kreeg tien jaar geleden zijn grensverleggende euthanasiewet. Welke balans valt er te maken? 'Het nieuwe sterven' was de titel van een studiedag die Zorgnet Vlaanderen en de KU Leuven organiseerden op 9 februari.
Dr Marc Desmet heeft het over een 'licht hellend vlak'. "Wat je ziet, is een verschuiving althans in het debat, niet zozeer in de feiten - van euthanasie bij patiënten in de terminale fase naar vormen van hulp bij zelfdoding en euthanasie bij wilsonbekwamen. Volgens de wet g...

Lire la suite

Les demandes d’euthanasie à la “Levenseindekliniek” augmentent chaque année

Les demandes d’euthanasie à la “Levenseindekliniek” augmentent chaque année

- Euthanasie et suicide assisté

En 2017, 2500 personnes ont contacté la clinique de fin de vie aux Pays-Bas (« Levenseindekliniek » - LEK) parce qu'elles souhaitaient se faire euthanasier. Pour rappel, la LEK accueille principalement des patients qui ne trouvent pas d'autre médecin désirant donner suite à leur demande d'euthanasie.

Ceci représente une augmentation de 38 % des demandes par rapport à 2016. La clinique a approuvé la demande de près d'une personne sur 3,  soit 747 personnes.

Parmi celles-ci, 239 personnes (soi...

Lire la suite