Fin de vie > Euthanasie et suicide assisté

Pays-Bas : euthanasies en hausse / analyse du rapport annuel

Pays-Bas : euthanasies en hausse / analyse du rapport annuel

Le Rapport annuel 2014 des 5 Commissions régionales qui contrôlent la pratique de l'euthanasie aux Pays-Bas, récemment publié, fait état d'une hausse de 10% des cas rapportés par rapport à 2013, année pour laquelle une hausse des cas de 15% avait déjà été rapportée.
Il ressort de la lecture du rapport, que la grande majorité des personnes euthanasiées l'ont été à leur domicile (4309 personnes). 171 autres ont fini leurs jours à l'hôpital et 826 dans d'autres structures (maisons de repos, maisons de soins...) ou chez un membre de leur famille.
4 cas ont été jugés non conformes à la législation par les Commissions régionales.
Les 5302 autres cas déclarés ont donc été considérés comme valides et légaux. Parmi les 5306 cas déclarés du 1er janvier au 31 décembre 2014, la grande majorité (5064 cas) concerne des euthanasies tandis que 242 dossiers concernent des suicides médicalement assistés.
La plupart des médecins qui répondent aux demandes d'euthanasie et provoquent la mort de leurs pat...

Lire la suite 


France : la justice condamne ceux qui "aident" à mourir

France : la justice condamne ceux qui "aident" à mourir

Le samedi 24 octobre 2015, la Cour d'assises d'Angers a condamné en appel le Docteur Nicolas Bonnemaison à 2 ans de prison avec sursis. Le médecin était jugé pour avoir empoisonné sept patients en fin de vie.

Le Docteur Bonnemaison, médecin urgentiste à l'hôpital de Bayonne, avait déjà été radié de l'ordre des médecins  le 14 avril 2014 par le Conseil national de l'ordre des médecins, décision qui a été confirmée par le Conseil d'Etat en raison des manquements déontologiques que constitue l'empoisonnement des sept patients. (Bulletin de l'IEB)
Après avoir été acquitté en première instance par la Cour d'assises de Pau, le Docteur Bonnemaison se voit rappeler l'obligation de ne pas tuer. Néanmoins la mort d'une seule des sept patients a été considérée comme criminelle, ce qui est pointé comme une contradiction de la justice. La confusion est accentuée en ce que le « cas » pour lequel le Docteur Bonnemaison est condamné concerne une patiente qui avait reçu une injection d'Hypnovel, un ...

Lire la suite 


Belgique : le contrôle de la pratique de l’euthanasie de plus en plus ardu

Belgique : le contrôle de la pratique de l’euthanasie de plus en plus ardu

Lundi 19 octobre, le journal Le Soir publiait un article « L'euthanasie en panne de contrôle », exposant la difficulté de la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie en Belgique à renouveler ses membres. Sur 16 membres, et autant de suppléants, il manque 7 professeurs à l'appel. En réalité, les conditions sont très strictes pour être admis dans la Commission de contrôle, alliant parité hommes/femmes, compétences professionnelles, parité philosophique et linguistique.

En outre, face à l'augmentation des cas d'euthanasies (plus de 2000 par an) en Belgique, plusieurs membres se sont retirés de la Commission devant la charge de travail croissante. « On me disait qu'il n'y avait que quelques dizaines de dossiers par mois. Or, aujourd'hui ce sont en moyenne 200 dossiers, dont 80 à 90% en néerlandais, qu'il s'agit de lire et de préparer avant la Commission qui se tient une fois par mois, le jeudi à 17h » déplore Claire Nouwynck, chef de clinique adjointe en oncologie médicale à l'hô...

Lire la suite 


Pays-Bas : nouvelle augmentation de 10% des euthanasies

Pays-Bas : nouvelle augmentation de 10% des euthanasies

Le Rapport 2015 des chiffres de l'euthanasie aux Pays-Bas vient d'être publié. Il révèle qu'en 2014, les Commissions de contrôle ont reçu 5306 déclarations d'euthanasies ou de suicides assistés.

Ceci représente une hausse de 10% par rapport aux chiffres de 2013, qui révélaient déjà eux-mêmes une croissance continue (voir Bulletin IEB).
Dans 4 cas bien particuliers, la Commission de contrôle a estimé que les médecins n'avaient pas respecté le cadre légal.
A noter que 41 personnes ont été euthanasiées sur seule base d'une souffrance psychique.
(Analyse et plus de détails dans un prochain Bulletin de l'IEB)

Lire la suite 


Belgique : suicide en direct et éthique

Belgique : suicide en direct et éthique

On avait déjà le reportage End Credits. Voici aujourd'hui Allow me to die réalisé (curseur 38'35'') par un journaliste d'investigation australien, Brett Mason, nous livrant sa vision de l'euthanasie en Belgique. A l'issue de sa recherche sur le régime le plus libéral au monde en matière d'euthanasie, il a publié le 15 septembre dernier un documentaire dans lequel il suit deux patients en demande d'euthanasie.
Le documentaire interroge sur le bien-fondé d'un régime qui permet l'euthanasie bien au-delà du cadre initialement prévu par la loi et dévoile ainsi le parcours vers « son suicide assisté » d'une personne âgée de 85 ans autonome et faisant ses exercices tous les matins dans une maison de retraite. Simona de Moor souhaite rejoindre sa fille décédée trois mois plus tôt. Elle mourra sans prévenir son autre fille, avec laquelle, depuis 30 ans, elle n'a plus de contact. Le journaliste suit pas à pas les préparatifs de Simona, qui semble indifférente aux réactions de ses compagnons de...

Lire la suite 


Royaume-Uni : l’Association des Médecins Britanniques opposée à toute forme de suicide assisté

Royaume-Uni : l’Association des Médecins Britanniques opposée à toute forme de suicide assisté

Lors de sa dernière assemblée générale, la « British Medical Association » a rendu un avis sur le suicide assisté. Elle y indique sa ferme opposition à toute forme de suicide assisté, réaffirmant le bien-fondé de l'actuel régime juridique. De plus, la BMA encourage les établissements à mettre en place des structures de soins palliatifs adaptées et accessibles à tous et qui permettent de répondre à la souffrance des personnes en leur assurant une mort dans des conditions dignes.
La BMA est une association professionnelle et un syndicat officiel au Royaume-Uni. Son avis peut être considéré comme représentatif de la majorité des médecins britanniques, qui  se positionnent clairement contre le suicide assisté et l'euthanasie, volontaire ou non.
Pour ces médecins, la légalisation de telles pratiques irait à l'encontre de l'éthique médicale et mettrait en péril les personnes les plus vulnérables. En outre, une telle décision mettrait à mal l'obligation de ne pas tuer et risquerait d'entraî...

Lire la suite 


Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

Belgique : euthanasie pour souffrance psychique : mobilisation

Un collectif de 38 personnalités belges, dont la plupart sont psychiatres ou membres du corps médical, ont publié une carte blanche afin de manifester leur vive inquiétude face au nombre croissant de cas d'euthanasie de personnes souffrant de troubles psychiques (entre 50 et 60 cas pour les seules années 2013 et 2014). Cette carte blanche a été publiée par les journaux Le Soir et Het Laatste Nieuws. 

Partant du cas très médiatisé de Laura, 24 ans, autorisée à être euthanasiée pour dépression chronique, ces professionnels remettent en cause la légitimité des euthanasies pour souffrance psychique au regard de la loi de dépénalisation de l'euthanasie. Ils expliquent que la loi conditionne l'accès à l'euthanasie aux cas de souffrances qui ne peuvent être apaisées et dans le cas d'affections incurables. Or,  « le caractère inapaisable de la souffrance mentale ne peut être constaté car il n'y a pas de paramètres mesurables - ni prélèvement de tissu, ni élément du comportement - qui pourra...

Lire la suite 


Royaume-Uni : rejet du projet de loi sur le suicide assisté

Royaume-Uni : rejet du projet de loi sur le suicide assisté

Ce vendredi 11 septembre 2015, la Chambre des communes a rejeté par 330 votes contre 118 un projet de loi relatif au suicide assisté au Royaume-Uni. C'est donc une majorité écrasante qui a émis par ce vote un signal fort confortant la volonté du Premier Ministre David Cameron, de ne pas engager le Royaume-Uni sur une voie risquant de mener à l'euthanasie.
En 1997, un projet de loi similaire avait été rejeté. Le projet de loi proposé par les travaillistes en 2015 visait à favoriser le suicide assisté des personnes dites en « phase terminale », n'ayant plus que six mois à vivre. Dans cette situation, il s'agissait de procurer aux personnes souhaitant mettre fin à leurs jours, un produit létal pour qu'elles provoquent leur propre mort.
Une telle mesure a été fortement décriée par de nombreux citoyens qui se sont mobilisés devant le Parlement, dont nombre de personnes handicapées, afin de manifester leur opposition à ce projet de loi.
Source : BBC

Lire la suite 


Québec : la résistance des médecins à l’aide médicale à mourir

Québec : la résistance des médecins à l’aide médicale à mourir

Au Québec, de nombreux médecins se sont élevés contre le vote d'une loi autorisant l'aide médicale à mourir.
Alors que la mise en application de cette loi, votée en juin 2014, est prévue pour le mois de décembre, les 29 maisons de soins palliatifs du Québec, s'appuyant sur le droit de retrait prévu par la loi, ont déclaré qu'elles refuseraient d'offrir l'aide médicale à mourir, provoquant la colère du Ministre de la Santé.

« L'euthanasie n'est pas un soin et encore moins un soin palliatif. Ça ne fait pas partie de notre mandat », a ainsi déclaré le Dr Michel L'Heureux, directeur général de la maison Michel-Sarrazin de Québec.

L'aide médicale à mourir consiste en l'administration de médicaments ou de substances par un médecin à une personne en fin de vie, à la demande de celle-ci, dans le but d'entraîner son décès.

La vive réaction des médecins canadiens, rappelle que l'euthanasie est loin de faire consensus, et heurte la plupart de ceux qui ont choisi cette profession pour soigner...

Lire la suite 


Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

Dans un arrêt Nicklinson et Lamb c/ Royaume-Uni, en date du 16 juillet 2015, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a unanimement rejeté la demande d'euthanasie et du suicide assisté de deux ressortissants britanniques âgés de cinquante ans, conformément à leur législation nationale. En effet, l'article 2 de la loi de 1961 sur le suicide prohibe le suicide assisté, et le droit britannique assimile l'euthanasie volontaire à un meurtre. Cette décision est définitive.
Le premier ressortissant Mr. Nicklinson, désormais décédé, était atteint du locked-in syndrome. C'est sa femme, Mme. Nicklinson, qui réclamait pour lui son euthanasie au nom de l'article 8 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme relatif au respect de la vie privée et familiale.
Mr. Lamb était quant à lui paralysé et demandait à ce qu'une tierce personne lui administre une injection létale.
Ces deux demandes ont été jugées incompatibles avec la Convention Européenne des Droits de l'Homme, dans la continui...

Lire la suite