Royaume-Uni : la clause de conscience remise en question par le Conseil Général des Pharmaciens

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 16/03/2017

Doit-on obliger un pharmacien à délivrer un médicament quand bien même il jugerait l'effet de ce dernier contraire à ce que lui indique sa conscience ? Le General Pharmaceutical Council s'est penché sur la question mi-février et a statué en faveur d'un « duty to dispense ». Soit l'obligation de délivrer toute prescription médicale quelles que soient les convictions personnelles du professionnel de santé.

Le Conseil demande à ce que soit assuré un « soin centré sur la personne », plaçant au premier plan les intérêts du client qui ne pourra se voir opposer la liberté de conscience de l'apothicaire. Il sous-entend dès lors que la clause de conscience peut être un obstacle à une prestation de qualité pour le patient. Cependant, plus d'un pharmacien affirme qu'un professionnel agissant en conscience est plus à même d'offrir le meilleur soin possible pour son patient que celui qui agirait sous la contrainte.

Jusqu'à maintenant, un pharmacien ne souhaitant pas dispenser un traitement pour des raisons éthiques était tenu de réorienter son patient vers un confrère, ce qui en soi pose déjà problème.

A ce jour, tous les professionnels de santé au Royaume-Uni, sont protégés par une clause de conscience et il est prévu la possibilité de refuser de concourir à un avortement. Cependant, aucune clause de conscience n'est spécifiée concernant les contraceptifs potentiellement abortifs tels que le stérilet ou la pilule du lendemain.

Un jugement de la Cour Suprême a récemment réduit la portée de l'Abortion Act de 1967, admettant une possible exclusion des pharmaciens qui pourraient désormais être sommés de délivrer les substances pour des avortements médicamenteux.

Le Conseil Général des Pharmaciens prépare la mise en place d'un droit universel d'accès aux médicaments et traitements légalement prescrits pour les patients. Les pharmaciens, y compris stagiaires, subiraient par conséquent des pressions sans précédent : soit ils se soumettent, soit ils risquent des procédures judiciaires voire la perte de leur emploi.

Aujourd'hui, la réalité semble pourtant bien loin de telles préoccupations. On ne recense que très peu de plaintes de clients qui se sont vus refuser l'accès à des prescriptions médicales. Les mesures prises par le Conseil apparaissent donc disproportionnées, négligeant la liberté de conscience des pharmaciens pourtant essentielle dans une démocratie.

Source : General Pharmaceutical council


Articles similaires

OBJECTION DE CONSCIENCE

- Clauses de conscience



 

 

 

 

 

 

o    Norvège : objection de conscience refusée à un médecin

o    France : rejet de la clause de conscience pour les pharmaciens

o    Clause de conscience pour les professionnels de la santé

Lire la suite

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

Canada : une proposition de loi pour protéger la liberté de conscience des soignants

- Clauses de conscience

Un député canadien a déposé une proposition de loi pour protéger les soignants qui font appel à l'objection de conscience en matière d'euthanasie et d'aide médicale au suicide.

La proposition de David Anderson aurait pour effet de pénaliser quiconque qui intimiderait un professionnel de la santé (médecin, infirmier, pharmacien ou autre) et le pousserait à participer directement ou indirectement à un suicide médicalement assisté ou à une euthanasie. Les mêmes sanctions puniraient la personne ...

Lire la suite

Clause de conscience adoptée pour la recherche sur l'embryon (France)

Clause de conscience adoptée pour la recherche sur l'embryon (France)

- Clauses de conscience

En France, la commission parlementaire spéciale sur la bioéthique a adopté une « clause de conscience » pour les soignants et les chercheurs amenés à « travailler » sur les embryons humains et les cellules souches embryonnaires humaines. De plus, la commission maintient le principe d'interdiction de recherche sur les cellules souches avec toutefois un ensemble de dérogations. 
« Aucun chercheur, aucun ingénieur, technicien ou auxiliaire de recherche quel qu'il soit, aucun médecin ou auxiliaire...

Lire la suite