Italie : le Conseil de l’Europe met la pression sur les médecins qui refusent l'avortement

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Italie Italie

Publié le : 20/04/2016

Saisi par la Confédération générale italienne du travail (CGIL), le plus gros syndicat italien en termes de membres, le Conseil de l'Europe a déclaré que « les médecins italiens non objecteurs de conscience (NDLR: ceux qui acceptent de faire des avortements) sont victimes sur leur lieu de travail ».
Partant du principe que l'avortement serait devenu un droit, le Conseil rebondit sur les plaintes du syndicat qui dénonce l'impossibilité d'appliquer la loi sur l'avortement, du fait, dit-il, d'un trop grand nombre de médecins objecteurs de conscience. Ces médecins se plaignent  du fait qu'ils doivent faire face à une surcharge de travail puisque devant assurer les avortements de confrères qui s'en abstiennent (plus de 80% des médecins dans certaines régions italiennes). Ils se disent aussi victimes de discrimination en terme d'évolution de carrière.

Or il apparaît que le refus de nombreux médecins est indépendant de toute conviction religieuse, et s'appuie sur d'autres motifs bien réels : pratiquer des avortements n'est pas porteur pour un médecin. C'est au contraire un acte déconsidéré, qui fait fuir les patients, y compris les femmes qui ont avorté, puisque par la suite elles ne reviennent pas revoir ce médecin qui leur rappelle un épisode douloureux de leur vie. 

Loin de se demander quelles sont les causes d'un tel malaise parmi les médecins italiens, le Conseil de l'Europe invite l'Italie à mieux « garantir la pleine application de la loi » sur son territoire.
Une réponse a toutefois été publiée dans le BMJ sous le titre :  It is not true that in Italy it is “harder to get abortion as number of pro-choice doctors falls”. Chiffres à l'appui...

Source : Le quotidien du médecin ; The Guardian - Décision du Conseil de l'Europe


Articles similaires

Italie : quand l'objection de conscience se généralise

- Clauses de conscience

En Italie, un nombre croissant de gynécologues et de personnel paramédical refusent de pratiquer des interruptions volontaires de grossesse. Selon l'Institut national des statistiques (Istat), cela concernerait 80% des gynécologues italiens et 50% des anesthésistes et infirmiers. A Naples, par exemple, "un seul service hospitalier est encore ouvert et en Sicile, le taux d'abstention des spécialistes frôle la barre des 80,6%".
Cette généralisation de l'objection de conscience, pourtant le fait ...

Lire la suite

Le Parlement Européen désavoue l’objection de conscience des professionnels de la santé.

Le Parlement Européen désavoue l’objection de conscience des professionnels de la santé.

- Clauses de conscience

Le rapport Ernest Urtasun sur « L'égalité entre les femmes et les hommes dans l'Union européenne » a été adopté mardi 14 mars 2017 par le Parlement Européen malgré un paragraphe 47 comportant une entrave évidente à l'objection de conscience.

En appelant « les Etats membres à faire en sorte que les clauses d'objection de conscience n'empêchent pas les patients d'accéder à des soins médicaux licites », y compris la contraception et l'avortement mentionnés dans les paragraphes 46 et 48, le Parle...

Lire la suite

Québec : pas de liberté éthique pour l’hôpital face à un avortement tardif

Québec : pas de liberté éthique pour l’hôpital face à un avortement tardif

- Clauses de conscience

Suivie depuis le début de sa grossesse au Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) de Montréal, une maman enceinte de 6 mois (27 semaines) a reçu le diagnostic que le bébé serait porteur de plusieurs anomalies.

Demandant à ce qu'il soit mis fin à sa grossesse (avortement tardif), la maman et son conjoint ont attendu la décision du Comité d'éthique de l'hôpital à qui il revient de se prononcer dans de tels cas où l'enfant est viable. Pour diverses raisons qui font partie du dossier médical ...

Lire la suite