PMA d’un père décédé : la CEDH refuse de reconnaître un droit à devenir grand-parent

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - France France

Publié le : 11/12/2019

Peut-on revendiquer le droit de disposer du sperme de son fils défunt afin de faire réaliser une procréation médicalement assistée (PMA), et d'ainsi devenir grand-parent ? C'est à cette question qu'a répondu la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) le 12 novembre dernier, dans une affaire portée par Mme Dominique Petithory Lanzmann, femme du réalisateur Claude Lanzmann. Leur fils avait procédé à une congélation de ses gamètes avant son décès survenu en 2017, afin de pouvoir s'assurer une descendance, y compris en cas de mort prématurée.

La PMA post mortem étant interdite en France, Mme Petithory Lanzmann demandait le transfert de ces gamètes en Israël, où tant la PMA post mortem que la gestation pour autrui (GPA) sont autorisées.
Face au refus successif des institutions de santé et juridictions françaises d'autoriser un tel transfert, Mme Petithory Lanzmann porte donc l'affaire devant la CEDH sur base du droit au respect de la vie privée et familiale.

Les juges européens concluent au caractère irrecevable de la requête, à deux égards. Premièrement, le sort réservé aux gamètes est attaché à l'individu dont elles proviennent, et « relève de la catégorie des droits non transférables » (§ 16). Mme Petithory Lanzmann n'a donc aucun droit indirect à disposer de ces gamètes. Par ailleurs, la CEDH insiste sur le fait que le droit au respect de la vie privée et familiale « ne comprend pas le droit de fonder une famille et ne saurait englober […] le droit à une descendance pour des grands-parents » (§ 20).

Cette décision intervient alors qu'est également attendu un arrêt important de la CEDH en matière de PMA post mortem. En l'occurrence, dans cette affaire Dalleau c. France, il s'agira de savoir s'il existe un droit, pour une femme dont le conjoint est décédé, à faire transférer les gamètes de ce dernier afin de procéder à une PMA post mortem.

Ces deux affaires concernent dans chaque cas le droit à transférer des gamètes d'un pays interdisant la PMA post mortem vers un pays qui la tolère. La PMA post mortem est en effet aujourd'hui illégale dans la plupart des pays européens, mais autorisée notamment en Belgique, en Espagne ou ailleurs dans le monde, comme en Chine ou aux Etats-Unis, sous certaines conditions. Une telle pratique a récemment failli faire l'objet d'une légalisation en France, dans le cadre de l'examen de la loi bioéthique – la proposition ayant été rejetée in extremis par l'Assemblée Nationale.

Au coeur de la discussion sur la PMA post mortem, se pose la question de savoir s'il s'avère éthique et opportun de faire volontairement naître un enfant dont le père est décédé. En cela, la PMA post mortem soulève un enjeu similaire à celui relatif à la PMA de femmes célibataires ou de couples de femmes : dans chaque cas, la pratique de la PMA revient à concevoir volontairement des enfants sans père connu – ou vivant.

Pour aller plus loin : Etude – « Le désir d'enfant contrarié par la mort masculine : la procréation post mortem » (Aude Mirkovic)


Articles similaires

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

- Procréation médicalement assistée

Dans un arrêt de Grande Chambre « Parrillo contre Italie », la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a admis ce 27 août 2015 que l'Etat italien refuse à une femme de donner ses embryons issus d'une Fécondation In Vitro (FIV), à la recherche scientifique.
L'affaire concerne une femme italienne, qui dans le cadre d'une Procréation Médicalement Assistée (PMA), conçu avec son compagnon, cinq embryons par FIV en 2002. Son compagnon, père génétique de ces embryons, est décédé en 2003, avant q...

Lire la suite

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

- Procréation médicalement assistée

Une personne divorcée a-t-elle le droit de préserver les embryons congelés du couple, si l'autre partenaire n'en veut plus ?

Aux Etats Unis, lorsque des époux auteurs d'un « projet parental » via fécondation in vitro divorcent, aucune loi ni jurisprudence uniforme ne règle pour l'instant la question du sort des embryons créés puis congelés. Le cas de Mandy et Drake Rooks aborde une nouvelle fois cette problématique sensible.

Le couple, en plein divorce, se bat depuis plusieurs années à propo...

Lire la suite

Fiche Didactique : Bébé"à-trois-parents"

Fiche Didactique : Bébé"à-trois-parents"

- Procréation médicalement assistée

Fiche didactique pour comprendre en 2 pages : ICI

Qu'est-ce que la FIV à 3 parents ?

Comment mener une Réflexion éthique autour de cette question ?

Lire la suite