Embryon en 3D pour mieux détecter les anomalies avant réimplantation

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 07/11/2014

Une nouvelle technique d'analyse s'appuyant sur l'imagerie assistée par ordinateur est à l'étude par des chercheurs du CHRU de Montpellier et de l'INSERM. Cette technique, visant à modéliser et imprimer en 3D un embryon permettrait aux médecins de détecter dans les moindres détails d'éventuels caractères morphologiques pouvant gêner l'implantation de l'embryon conçu in vitro. L'on pourrait ainsi sélectionner, avant de les réimplanter, les embryons les plus qualifiés.
Le taux d'échec des FIV (fécondations in vitro) reste en effet actuellement très élevé (77%) : dans 85% des cas, on constate un échec de l'implantation des embryons conçus in vitro. Pour le Dr. Hamamah, « cette approche non invasive permettra de doubler le taux de réussite de la FIV dans le respect total de l'éthique ».
Le Dr. Hamanah omet évidemment de parler de la sélection des embryons qui sera opérée avant la réimplantation, et de la destruction de ceux qui seront considérés comme non conformes.

Source: Journal du Médecin


Articles similaires

Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

- Procréation médicalement assistée

Aux Etats-Unis, un débat de fond se poursuit sur l'éventuelle destruction, au-delà d'un certain délai, des embryons congelés obtenus par fécondation in vitro (FIV) et qui ne font plus l'objet d'un projet parental. Actuellement, il existe une réelle incertitude juridique quant au devenir de ces embryons surnuméraires dépourvus de projet parental puisque la loi américaine, contrairement à la loi belge, ne mentionne pas le délai au delà duquel ils peuvent être détruits.
Dans une déclaration publi...

Lire la suite

Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

- Procréation médicalement assistée

Le mercredi 10 juin 2015, une équipe médicale de l'hôpital bruxellois Erasme, dirigée par le Dr. Isabelle Demeestere, a annoncé à la communauté scientifique un exploit médical. Grâce à une greffe de tissus ovariens cryopréservés, elle a permis à une jeune femme de 27 ans d'accoucher de son premier enfant en novembre 2014.
Cette femme, atteinte depuis son enfance d'une drépanocytose, avait subi à 5 ans de lourds traitements risquant de provoquer sa stérilité. En prévention, les médecins avaient...

Lire la suite

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

- Procréation médicalement assistée

« Adopter » un embryon surnuméraire issu de la PMA, voilà ce que propose l'Institut Marquès en Espagne. Clinique spécialisée dans la PMA (procréation médicalement assistée), elle la propose aux couples hétérosexuels, homosexuels, et même aux femmes célibataires, utilisant les embryons « en trop », dits « surnuméraires » que d'autres couples ne veulent plus.

Ces embryons « surnuméraires », sont issus de la congélation et sont dans l'attente de leur destination finale décidée par les parents bi...

Lire la suite