Don de sperme : vendre la masculinité à défaut de rémunérer

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 26/06/2019

« Besoin d'hommes généreux pour un job important » « Avez-vous ce qu'il faut pour devenir un héros ?» : ainsi s'intitulent des affiches publicitaires australiennes qui recrutent des donneurs de sperme.  Là où la loi interdit de rémunérer le don de gamètes, les banques de sperme développent des stratégies de marketing basées sur deux archétypes de la masculinité : le « soldat » servant son pays et le « héros » sauvant la dame en détresse. En lieu et place d'argent, ils offrent une identité. C'est ce que fait ressortir une récente étude publiée le 16 mai 2019 dans la revue Marketing Theory.

Les donneurs de sperme ne sont toujours pas rémunérés comme aux Etats-Unis, où ils perçoivent jusqu'à 1,500 dollars par mois.  Il n'empêche que l'industrie du don de sperme s'évalue à plus de 3.5 billions de dollars et que l'on peut s'attendre à sa croissance dans les prochaines années. En effet, l'acceptation grandissante des relations de même sexe et l'augmentation de la demande pour les traitements de fertilité contribuent à hausser la demande de sperme en vue de procréations médicalement assistées.

En Belgique, la loi dispose que le don de gamètes est gratuit, même si une indemnité de compensation des frais de quelques dizaines d'euros peut être versée aux donneurs. Une loi de 2008 relative au matériel corporel humain interdit explicitement la publicité pour l'exécution de tels prélèvements. Restent les sites internet des différents hôpitaux qui procèdent au prélèvement de gamètes.

Un des freins au don de sperme réside dans le processus de son obtention : les donneurs sont priés de se masturber dans une pièce prévue à cette fin au sein de l'hôpital ou de la banque de sperme. Voir par ex. le site du Centre Hospitalier Interrégional Edith Cavell (CHIREC) ou du CHU de Liège.

Comment les donneurs de gamètes perçoivent-ils l'engendrement d'enfants qui résultera de leur démarche ? Pour certains, ils y voient l'occasion de laisser une « empreinte » sur terre. Les uns ne se sentent pas concernés par les enfants qui naîtront grâce à eux, mais il arrive que d'autres finissent par réclamer des droits en tant que père : ce fut le cas récemment en Australie, où « la justice a reconnu l'autorité parentale à un homme qui avait accepté de donner son sperme en 2006 à une amie homosexuelle » tout en jouant un rôle dans l'éducation de son enfant biologique.

Peut-on dire que le don de gamètes se limite à offrir une partie de son corps, au même titre que les autres dons d'organes et de tissus ?


Articles similaires

Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

- Procréation médicalement assistée

Peut-on revendiquer le droit de disposer du sperme de son fils défunt afin de faire réaliser une procréation médicalement assistée (PMA), et d'ainsi devenir grand-parent ? C'est à cette question qu'a répondu la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) le 12 novembre dernier, dans une affaire portée par Mme Dominique Petithory Lanzmann, femme du réalisateur Claude Lanzmann. Leur fils avait procédé à une congélation de ses gamètes avant son décès survenu en 2017, afin de pouvoir s'assurer un...

Lire la suite

Pénurie de sperme en Belgique: les importations danoises à la rescousse

Pénurie de sperme en Belgique: les importations danoises à la rescousse

- Don de gamètes

Confrontées à une hausse des demandes de procréation médicalement assistée, les banques de sperme belges sont en pénurie, peut-on lire dans le journal L'Echo. Le problème est sérieux et les centres de procréation médicalement assistée (PMA) sont "inquiets".
En plus des hétérosexuels confrontés à l'infertilité, un nombre croissant de femmes seules et de lesbiennes sont candidates. Et le cadre légal belge très libéral en matière de PMA suscite la visite dans les centres belges de personnes venan...

Lire la suite

C'est à 18 heures, ce vendredi 11 octobre : présentation du livre "Euthanasie, l'envers du décor"

C'est à 18 heures, ce vendredi 11 octobre : présentation du livre "Euthanasie, l'envers du décor"

- Euthanasie et suicide assisté

« C'est un ouvrage qui me redonne la force de combattre au côté des malades."  C.N., infirmière en oncologie.

« J'y allais d'abord avec des pieds de plomb parce que j'avais pleins de préjugés. (...) et puis, rien qu'en lisant la préface, j'ai compris que je me trompais et que j'allais peut-être devoir un peu ouvrir mon esprit. Je suis très heureuse de me rendre compte à quel point il y a beaucoup de sensibilité dans la façon dont vous avez abordé la question de la fin de vie et de l'euthanasi...

Lire la suite