Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - France

Publié le : 11/12/2019

Auteur / Source : CEDH

Peut-on revendiquer le droit de disposer du sperme de son fils défunt afin de faire réaliser une procréation médicalement assistée (PMA), et d'ainsi devenir grand-parent ? C'est à cette question qu'a répondu la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) le 12 novembre dernier, dans une affaire portée par Mme Dominique Petithory Lanzmann, femme du réalisateur Claude Lanzmann. Leur fils avait procédé à une congélation de ses gamètes avant son décès survenu en 2017, afin de pouvoir s'assurer une descendance, y compris en cas de mort prématurée.

La PMA post mortem étant interdite en France, Mme Petithory Lanzmann demandait le transfert de ces gamètes en Israël, où tant la PMA post mortem que la gestation pour autrui (GPA) sont autorisées.

Face au refus successif des institutions de santé et juridictions françaises d'autoriser un tel transfert, Mme Petithory Lanzmann porte donc l'affaire devant la CEDH sur base du droit au respect de la vie privée et familiale.

Les juges européens concluent au caractère irrecevable de la requête, à deux égards. Premièrement, le sort réservé aux gamètes est attaché à l'individu dont elles proviennent, et « relève de la catégorie des droits non transférables » (§ 16). Mme Petithory Lanzmann n'a donc aucun droit indirect à disposer de ces gamètes. Par ailleurs, la CEDH insiste sur le fait que le droit au respect de la vie privée et familiale « ne comprend pas le droit de fonder une famille et ne saurait englober […] le droit à une descendance pour des grands-parents » (§ 20).


Articles similaires

Royaume-Uni : troc douteux d’ovocytes contre une FIV gratuite

Royaume-Uni : troc douteux d’ovocytes contre une FIV gratuite

- Procréation médicalement assistée

Au Royaume-Uni, une enquête sous couverture du Daily Mail dénonce certaines pratiques déviantes dans des cliniques spécialisées en fécondation in vitro (FIV). Dès la publication de l'enquête, le Human Fertility and Embryology Authority (HFEA), organisme de surveillance de la profession, a annoncé qu'il lançait ses propres investigations auprès des cliniques concernées et, le cas échéant, prendrait des mesures.

Exprimant leur incapacité à financer un cycle de procréation médicalement assistée,...

Lire la suite

Don de sperme : vendre la masculinité à défaut de rémunérer

Don de sperme : vendre la masculinité à défaut de rémunérer

- Procréation médicalement assistée

« Besoin d'hommes généreux pour un job important » « Avez-vous ce qu'il faut pour devenir un héros ?» : ainsi s'intitulent des affiches publicitaires australiennes qui recrutent des donneurs de sperme.  Là où la loi interdit de rémunérer le don de gamètes, les banques de sperme développent des stratégies de marketing basées sur deux archétypes de la masculinité : le « soldat » servant son pays et le « héros » sauvant la dame en détresse. En lieu et place d'argent, ils offrent une identité. C'e...

Lire la suite

Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

- Procréation médicalement assistée

Les gynécologues s'inquiètent des plans de réduction de coûts du gouvernement. Celui-ci envisage de ne plus rembourser qu'un seul frottis pour les femmes tous les 3 ans plutôt que tous les 2 ans comme c'est le cas actuellement.
C'est pourquoi, la Belgian Society of Reproductive Medicine a pris une initiative louable qui pourrait rapporter 4 millions d'euros en accord avec les gynécologues. Ils proposent en effet d'aller chercher l'argent nécessaire aux économies dans certaines sous-sp...

Lire la suite