Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - France France

Publié le : 11/12/2019

Auteur / Source : CEDH

Peut-on revendiquer le droit de disposer du sperme de son fils défunt afin de faire réaliser une procréation médicalement assistée (PMA), et d'ainsi devenir grand-parent ? C'est à cette question qu'a répondu la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) le 12 novembre dernier, dans une affaire portée par Mme Dominique Petithory Lanzmann, femme du réalisateur Claude Lanzmann. Leur fils avait procédé à une congélation de ses gamètes avant son décès survenu en 2017, afin de pouvoir s'assurer une descendance, y compris en cas de mort prématurée.

La PMA post mortem étant interdite en France, Mme Petithory Lanzmann demandait le transfert de ces gamètes en Israël, où tant la PMA post mortem que la gestation pour autrui (GPA) sont autorisées.

Face au refus successif des institutions de santé et juridictions françaises d'autoriser un tel transfert, Mme Petithory Lanzmann porte donc l'affaire devant la CEDH sur base du droit au respect de la vie privée et familiale.

Les juges européens concluent au caractère irrecevable de la requête, à deux égards. Premièrement, le sort réservé aux gamètes est attaché à l'individu dont elles proviennent, et « relève de la catégorie des droits non transférables » (§ 16). Mme Petithory Lanzmann n'a donc aucun droit indirect à disposer de ces gamètes. Par ailleurs, la CEDH insiste sur le fait que le droit au respect de la vie privée et familiale « ne comprend pas le droit de fonder une famille et ne saurait englober […] le droit à une descendance pour des grands-parents » (§ 20).


Articles similaires

France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

France : bébés Thalys et adoption : l’avis de la Cour de cassation

- Procréation médicalement assistée

Contrairement à ce qui se pratique en Belgique de façon régulière, la loi française interdit la procréation médicalement assistée ainsi que l'adoption aux couples de femmes de même sexe. C'est ainsi que de nombreuses femmes viennent se faire inséminer en Belgique pour contourner la loi de leur pays.
En mai dernier, à la suite de l'adoption du projet de loi sur le mariage pour les personnes de même sexe, le Conseil constitutionnel avait estimé que le fait de se rendre à l'étranger afin de recou...

Lire la suite

Don de sperme : vendre la masculinité à défaut de rémunérer

Don de sperme : vendre la masculinité à défaut de rémunérer

- Procréation médicalement assistée

« Besoin d'hommes généreux pour un job important » « Avez-vous ce qu'il faut pour devenir un héros ?» : ainsi s'intitulent des affiches publicitaires australiennes qui recrutent des donneurs de sperme.  Là où la loi interdit de rémunérer le don de gamètes, les banques de sperme développent des stratégies de marketing basées sur deux archétypes de la masculinité : le « soldat » servant son pays et le « héros » sauvant la dame en détresse. En lieu et place d'argent, ils offrent une identité. C'e...

Lire la suite

France : 2018, l’année de la PMA pour toutes

France : 2018, l’année de la PMA pour toutes

- Procréation médicalement assistée

Lors des élections présidentielles française de 2017, Emmanuel Macron avait déclaré être favorable pour l'extension de la loi sur la Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour les femmes seules et les couples de femmes. Ainsi, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a rendu en juin 2017, un avis favorable concernant la question. Avis majoritaire mais non unanime puisqu'un quart des membres du comité s'étaient déclarés opposés à tout élargissement. Mais ce 12 septembre 2017, la secrét...

Lire la suite