Embryons chimères singe-homme : jusqu’où peut-on aller ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Modifications génétiques

Actualités - France

Publié le : 28/04/2021

Auteur / Source : IEB ; Le Monde (15/4/2021) ; cruxnow.com (17/4/21)IEB ; Le Monde (15/4/21) ; cruxnow.com (17/4/21)

Introduire des cellules humaines dans des embryons de singes macaques, c'est ce qu'ont fait deux équipes de chercheurs afin de mieux comprendre l'interaction entre les cellules humaines et les cellules animales. 

 

L'équipe française, dont l'étude a été publiée le 12 janvier dans la revue Stem Cell Reports, a cultivé in vitro des embryons de singes auxquels ont été intégrés des cellules humaines. Au bout de trois jours, le nombre de cellules humaines intégrées dans ces embryons avait considérablement réduit. Quant aux chercheurs chinois et américains, ils ont injecté 25 cellules humaines dans 132 embryons de macaques. Seuls 3 embryons vivaient encore au bout de 19 jours, mais avec une quantité assez faible de cellules humaines. Ces résultats ont été publiés le 15 avril dans la revue Cell

 

De part et d'autre, les chercheurs ont utilisé des cellules souches pluripotentes induites, c'est-à-dire des cellules humaines adultes reprogrammées en cellules indifférenciées, capables de s'auto-renouveler et de se différencier en cellules spécialisées. Loin de pouvoir en tirer des résultats révolutionnaires, ces études ont montré que la ‘capacité chimérique' des cellules iPS humaines dans une espèce primate non-humaine (comme les macaques), reste très faible. En effet, les embryons de macaques non chimériques se développaient mieux que ceux qui chez on avait injecté des cellules humaines. 

 

Alors que les résultats espérés sont encore loin d'être atteints, le monde scientifique attend beaucoup de la recherche sur les embryons chimères : mieux comprendre le développement embryonnaire, améliorer les techniques de procréation artificielle, et à terme, parvenir à produire des organes humains dans des animaux, pour répondre au besoin de transplantations.  

 

Ces nouvelles publications ne vont pas sans mises en garde sérieuses sur le plan éthique.  Selon le scientifique Pierre Savatier, il ne faudrait pas que les cellules souches humaines contribuent à former le cerveau de l'animal, ni ses gamètes, ni l'apparence humaine, sans quoi il pourrait y avoir une confusion entre les deux espèces. Un autre risque bien réel est celui de la transmission de maladies virales entre l'homme et l'animal et vice versa.  

 

Mais ce ne sont sans doute pas les seuls critères à prendre en compte : « La proximité entre les espèces (ndlr : humaines et macaques) ainsi que le stade précoce de développement créent une ambiguïté dérangeante », s'inquiète David Albert Jones, directeur du Anscombe Bioethics Centre (Oxford). En effet, quelle garantie a-t-on que les cellules souches humaines ne se spécialiseront pas en cellules cérébrales, en gamètes ou pour donner une apparence humaine au nouvel être ? Jones désapprouve le fait de créer des êtres dont le statut moral est incertain et dont on ne sait pas, par exemple, s'ils accèdent à la dignité humaine (dans quel cas, il serait immoral de les manipuler et de les détruire). 

 

Quant à introduire des cellules animales dans des embryons humains, un consensus scientifique semble encore s'y opposer jusqu'à présent. Certaines lois nationales l'interdisent explicitement. En Belgique, il est interdit « d'implanter des embryons humains chez les animaux ou de créer des chimères ou des êtres hybrides » (art. 5, 1° Loi relative à la recherche sur les embryons in vitro).  


Articles similaires

Etats-Unis : manipulation génétique d’embryons pour le traitement de maladies graves

Etats-Unis : manipulation génétique d’embryons pour le traitement de maladies graves

- Recherche sur les embryons

Un comité d'experts influents de l'Académie américaine a marqué son accord, dans le courant du mois de février pour procéder à la modification de l'ADN de cellules germinales, en vue d'éliminer le risque de maladies héréditaires. Cette pratique reste à ce jour illégale aux Etats-Unis, comme dans de nombreux autres pays, qui ont signé la convention internationale d'Oviedo interdisant explicitement cette pratique.

Aux Etats-Unis, des tests ont pourtant déjà été effectués, mais en modifiant l'AD...

Lire la suite

Enfant né d'une mère porteuse ukrainienne pour deux hommes homosexuels

Enfant né d'une mère porteuse ukrainienne pour deux hommes homosexuels

- Gestation pour autrui

Le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere, a octroyé un passeport au fils adoptif d'un couple homosexuel belge, conçu avec l'aide d'une mère porteuse en Ukraine conformément au jugement rendu par le tribunal de première instance de Bruxelles. Le couple d'homosexuels avait introduit  une demande en vue d'obtenir un passeport et un visa qui permettraient à leur fils adoptif, âgé de deux ans, de venir en Belgique.

L'enfant réside actuellement en Ukraine. « Suite au récent jugement du...

Lire la suite

Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

Royaume-Uni : la Cour Européenne des Droits de l’Homme refuse le droit à l’euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dans un arrêt Nicklinson et Lamb c/ Royaume-Uni, en date du 16 juillet 2015, la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a unanimement rejeté la demande d'euthanasie et du suicide assisté de deux ressortissants britanniques âgés de cinquante ans, conformément à leur législation nationale. En effet, l'article 2 de la loi de 1961 sur le suicide prohibe le suicide assisté, et le droit britannique assimile l'euthanasie volontaire à un meurtre. Cette décision est définitive.
Le premier ressorti...

Lire la suite