Pour les soignants, une formation à l’accompagnement du deuil périnatal

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Grossesse

Actualités - Belgique

Publié le : 13/04/2021

Auteur / Source : C. du Bus (IEB)

La perte d'un enfant autour de sa naissance peut s'avérer d'autant plus difficile à traverser pour les parents que le deuil périnatal est encore peu reconnu dans notre société. Et pour cause : les parents sont parfois les seuls à avoir vu l'enfant ou senti sa présence, voire la mère uniquement lorsque l'enfant décède durant la grossesse. Ainsi, il peut arriver que les soignants ou les proches n'accordent pas toute la place nécessaire à ce deuil très particulier.

Les professionnels de la santé se trouvent parfois démunis lorsqu'ils doivent annoncer une pathologie grave ou le décès du bébé. Leurs gestes et mots ont pourtant toute leur importance dans l'accueil de la souffrance des parents. Consciente de leurs besoins, la thérapeute Hélène Gérin a mis sur pied une nouvelle formation pour les soignants qui accompagnent les parents dont le bébé décède : sages-femmes, infirmiers-ères, gynécologues, échographistes, pédiatres, thérapeutes, doulas etc. La formation se déroule sous forme de 8 modules menés par Hélène Gérin et 4 interviews d'acteurs de terrain, que les participants peuvent suivre à leur rythme. Elle leur propose des repères par rapport au deuil périnatal (le vécu des parents, leurs besoins), des bonnes pratiques et des outils concrets (que dire/ne pas dire et que faire, avec quels gestes), des pistes de réflexion personnelle. Pour Hélène Gérin, cette formation est le complément naturel de son dernier livre « Dans ces moments-là » (Ed. Bookelis, 2019), destiné à accompagner les parents et leurs proches dans la perte d'un bébé. Les nombreuses rencontres qu'elle a pu faire en écrivant ce livre lui ont fait voir combien l'attitude des soignants dans ces moments douloureux pouvait aider les parents ou au contraire les enfoncer dans leur tristesse.

De telles initiatives autour du deuil périnatal sont certainement à mettre en valeur et contribuent à lever le tabou autour de la perte d'un bébé, que celle-ci survienne par fausse couche, pendant ou encore après la naissance. Savoir écouter, accueillir la souffrance, peser l'importance que revêtait l'enfant et le projet qui l'accompagnait, est une voie de guérison pour les parents. La reconnaissance de cette « présence perdue », c'est aussi ce que vise la nouvelle loi belge qui permet aux parents d'enregistrer une déclaration d'enfant né sans vie à partir de la moitié de la grossesse (Voir à ce propos le Bulletin de l'IEB).

Mentionnons par ailleurs, toujours dans l'idée de faire une place au bébé décédé et au deuil de ses parents, l'émergence progressive des soins palliatifs néonataux. Après de multiples rencontres avec des soignants belges, l'association française SPAMA (Soins Palliatifs et Accompagnement en Maternité) possède désormais une antenne bruxelloise qui propose des groupes d'entraide, des suivis téléphoniques ou présentiels, et qui sensibilise les soignants aux bienfaits des soins palliatifs pour les tout-petits et leur famille.


Articles similaires

Nouvelle initiative dans l’accompagnement des femmes enceintes

Nouvelle initiative dans l’accompagnement des femmes enceintes

- Grossesse

Accompagner les femmes enceintes, tel est l'objet du rapport du Centre Fédéral d'Expertise des Soins de Santé (KCE) publié en 2019. Le KCE part du constat que le système belge des soins prénataux est très varié et peut s'avérer compliqué pour les parents qui attendent un enfant. S'inspirant alors de certains pays étrangers (comme la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni), il propose d'intégrer en Belgique un parcours de soins prénataux qui s'adapterait à chaque femme enceinte et qui lui ...

Lire la suite

Un subside de 30.000  euros à l'ADMD pour une formation à l’euthanasie.

Un subside de 30.000 euros à l'ADMD pour une formation à l’euthanasie.

- Euthanasie et suicide assisté

La Région wallonne voulant encourager la communication sur l'euthanasie, donne de plus en plus la possibilité à l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD) de se faire entendre dans les réseaux palliatifs. De plus, Laurette Onkelinx a pu annoncer, à la conférence de presse du 8 juin dernier, portant sur le Forum Fédéral « Life End Information Forum », l'attribution à l'ADMD d'un budget de 30.000 euros finançant un cycle de formation destiné aux médecins généralistes pour les q...

Lire la suite

France : les soignants s’opposent à la sédation explicitement létale

France : les soignants s’opposent à la sédation explicitement létale

- Euthanasie et suicide assisté

Le Conseil économique, social et environnemental français (CESE) a rendu le 9 avril dernier un avis sur la fin de vie et les soins palliatifs (Voir notre Bulletin ). Dans ce texte, baptisé « Fin de vie : la France a l'heure des choix », le Conseil émet des recommandations pour améliorer l'application des lois actuellement en vigueur et se prononce par ailleurs en faveur d'un droit pour tout patient à « une sédation profonde explicitement létale ». Pierre-Antoine Gailly, rapporteur de l'avis, a...

Lire la suite