Le fœtus pourrait ressentir la douleur dès la 13ème semaine de grossesse

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Grossesse

Actualités

Publié le : 22/01/2020

Une étude scientifique récente montre que le foetus pourrait ressentir la douleur dès le quatrième mois de la grossesse. Mis en avant dans l'article de deux scientifiques publié par le Journal of Medical Ethics, ces résultats viennent ainsi bouleverser l'idée couramment reçue selon laquelle un foetus ne pourrait sentir la douleur qu'à partir de la 24 semaine de gestation, et par conséquent ne souffrirait pas de l'avortement jusqu'à ce stade.
L'un des auteurs est le Professeur Stuart Derbyshire, de l'Université Nationale de Singapour. Spécialisé en médecine psychosomatique, il a notamment travaillé comme consultant pour le Pro-choice forum au Royaume-Uni et le Planned Parenthood (planning familial), deux organisations en faveur de l'avortement. Or, en 2006, ce scientifique écrivait dans le British Medical Journal qu'éviter de parler de la souffrance foetale aux femmes souhaitant recourir à l'avortement « était une politique sensée, basée sur de solides preuves que les foetus ne peuvent pas ressentir la douleur ». Aujourd'hui, avec le médecin américain John Bockmann, il revient sur sa position en soutenant que ne pas tenir compte des derniers résultats indiquant la possibilité d'une souffrance foetale plus précoce, relève de "l'imprudence morale".

Chaque année dans le monde, à peu près 5,6 millions d'avortements (10%) sont pratiqués après 13 semaines (3 mois) de grossesse. Les méthodes utilisées à ce stade impliquent soit le démembrement du foetus et son évacuation par morceaux, soit la provocation de l'accouchement avec ou sans injection létale au préalable. Au deuxième trimestre, le foetus avorté n'est généralement pas anesthésié ni endormi, alors que pour des opérations chirurgicales (thérapeutiques) sur un foetus du même âge, les médecins prennent systématiquement cette précaution.

Jusqu'à présent, la plupart des études affirmait que la perception de la douleur dépendait du cortex cérébral et des liaisons entre le cortex et le thalamus, qui ne deviennent fonctionnelles qu'après 24 semaines de gestation. De nouveaux résultats ont démontré que l'épreuve de la douleur n'était pas nécessairement liée au fonctionnement du cortex : "Même si on considère le cortex nécessaire à l'expérience de la douleur, il y a maintenant assez de preuve que les projections thalamiques (ndlr: informations sensitives) dans la sous-plaque, qui surviennent autour des 12 semaines de gestation, sont fonctionnelles et équivalents aux projections thalamocorticales qui apparaissent autour des 24 semaines de gestation". Il est donc scientifiquement probable que le foetus perçoive la douleur dès sa 13ème semaine de gestation.

Les auteurs sont d'avis que même si le foetus ne vit pas d'expérience consciente de la douleur, il pourrait la percevoir de façon « immédiate » ou « pure ». Tous deux sont conscients de l'importance de ces résultats du point de vue éthique par rapport aux techniques d'avortement, et préconisent à tout le moins qu'en cas d'avortement après 12 semaines de grossesse, l'équipe médicale et la femme enceinte soient encouragées à considérer l'anesthésie du foetus.

Malgré la divergence d'opinion des deux scientifiques sur la pratique de l'avortement, ceux-ci ont osé se prononcer ensemble sur un sujet que l'on sait sensible. La capacité de réactivité du foetus dès le 4ème mois de grossesse n'est pas sans faire penser à l'attachement mère-enfant et aux mémoires précoces in utero, de plus en plus étudiées par les psychiatres et psychologues, comme Anne Schaub-Thomas dans son livre « Un cri secret d'enfant ».


Articles similaires

Des grossesses à terme mais plus tardives

Des grossesses à terme mais plus tardives

- Grossesse

En 2010, 54.880 enfants ont vu le jour du côté francophone.
Les femmes francophones en Belgique mettent au monde leurs enfants de plus en plus tard. Une sur deux (52 %) a plus de 30 ans. En 1994, c'était une sur trois (35 %). Les causes sont multiples : entrée tardive dans la vie professionnelle, choix de vie, problèmes de fertilité.
La majorité de ces mères (90 %) mènent leur grossesse à terme (entre la 38e et la 42e semaine). Elles accouchent « naturellement » (70 %) ; recourent à des produi...

Lire la suite

GROSSESSE – NAISSANCE

- Grossesse

o    Choisir librement comment vivre sa grossesse : un collectif et une interpellation politique
o    Les sages-femmes montent au créneau
o    Meemoeders hoeven eigen kinderen niet meer te adopteren
o    Belgique: la fin des échographies non médicales ?
o    Une modification dans la profession de sages-femmes : elles peuvent aujourd'hui prescrire des contraceptifs
o    Enfants autistes : comment améliorer leur qualité de vie et celle de leur famille ?
o    Etude de l'ONE : des mamans toujours ...

Lire la suite

Test de paternité durant la grossesse en Belgique

Test de paternité durant la grossesse en Belgique

- Grossesse

Une prise de sang chez la maman suffit. En effet, « La procédure du test consiste à analyser l'ADN foetal libre circulant  isolé du plasma du sang de la mère avec les échantillons d'ADN de la mère et du père présumé. Comme ces marqueurs changent d'une personne à l'autre, l'analyse d'un tel nombre de marqueurs permet d'obtenir une empreinte génétique individuelle. A l'aide d'un logiciel de bioinformatique, nous comparons ces empreintes pour confirmer ou infirmer la paternité. » indique le commu...

Lire la suite