Courtrai : dédommagements aux parents d'un enfant handicapé

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Grossesse

Actualités

Publié le : 23/12/2011

Un gynécologue  de Vichte près d' Anzegem (Courtrai), devra payer 100.000 euros de dédommagements aux parents d'un enfant handicapé parce qu'il les avait avertis trop tard de l'handicap de leur fille, les empêchant de procéder à un éventuel avortement. "Il faut que l'on clarifie rapidement la question de savoir si un avortement peut être réalisé jusqu'au jour précédant la naissance", réagit l'avocat Thierry Vansweevelt vendredi dans De Morgen. 
Les parents n'avaient été mis au courant qu'après la trentième semaine de grossesse que le foetus serait handicapé alors que le gynécologue aurait déjà pu dire la présence d'un risque élevé d'handicap grâce à un test effectué à la quinzième semaine. Le gynécologue les avait renvoyés vers l'hôpital, où un autre médecin leur avait finalement annoncé que leur fille, aujourd'hui âgée de 9 ans, souffrirait d'une forme grave de spina bifida, une malformation au niveau du dos. La mère en était alors à sa 33ème semaine de grossesse. La fillette se déplace aujourd'hui en chaise roulante, elle est incontinente et souffre d'un retard mental. 

Les parents ont entamé leur combat judiciaire deux ans après la naissance de leur enfant. Ils prétendent que s'ils avaient été avertis de l'handicap dont souffrirait leur fille, ils auraient opté pour l'avortement. Le tribunal de Courtrai avait déjà estimé que le gynécologue avait commis une erreur. La cour d'appel a désormais confirmé ce jugement. Le gynécologue de l'hôpital, qui avait annoncé la nouvelle aux parents, a été acquitté. 
Pour l'avocat Thierry Vansweevelt, il s'agit d'un jugement important. "La loi sur l'avortement ne fait qu'une distinction entre l'avortement avant et après 12 semaines de grossesse. A partir de 12 semaines, l'interruption volontaire de grossesse n'est autorisée que si l'enfant souffre d'une maladie grave et incurable ou si la vie de la mère est en danger. Le loi ne prévoit aucun terme", dit-il. "Le juge a estimé que c'est confus pour tout le monde." 

"Le problème, c'est que chaque hôpital décide seul ce qu'il peut se passer après les 12 semaines", commente la sénatrice et gynécologue Marleen Temmerman (sp.a). "Je souhaite affiner la loi au cours de cette législature".

Dossier de l'IEB : "La naissance handicapée : un préjudice indemnisable ?"


Articles similaires

Enfants nés sans vie : moderniser et humaniser la législation

Enfants nés sans vie : moderniser et humaniser la législation

- Grossesse

Le 3 décembre 2010, Sabine de Béthune a déposé au Sénat une proposition de loi concernant les enfants nés sans vie (5-559/1). Une proposition identique a déjà été déposée au Sénat le 7 mai 2009 (doc. Sénat, nº 4-1318/1 - 2008/2009). En vue de moderniser et humaniser la législation actuelle, l'auteur suggère 3 grandes modifications.

La première consisterait à abaisser la limite légale de viabilité pour la ramener de 180 jours de gestation à 140 jours de manière à rendre les choses conformes au...

Lire la suite

L'enfant mort-né ne pouvait pas être assimilé à un déchet hospitalier

L'enfant mort-né ne pouvait pas être assimilé à un déchet hospitalier

- Grossesse

Monsieur MARIC est un ressortissant croate dont l'épouse donna naissance dans un hôpital public croate, au cours du neuvième mois de sa grossesse, à un enfant mort-né. Monsieur et Madame MARIC laissèrent le soin à l'hôpital de procéder à l'enterrement de l'enfant. Quelques mois plus tard, cherchant à obtenir des informations quant au lieu où reposait la dépouille, Monsieur et Madame MARIC apprirent que celle-ci fut incinérée ensemble avec des « déchets hospitaliers » ; ce par application de la...

Lire la suite

Des femmes enceintes au Parlement européen pour fêter la Convention internationale des droits de l’enfant !

Des femmes enceintes au Parlement européen pour fêter la Convention internationale des droits de l’enfant !

- Grossesse

C'est en présence de la Reine Mathilde que le Parlement européen a organisé ce 20 novembre une conférence pour fêter les 30 ans de la Convention internationale des droits de l'enfant. Plusieurs femmes enceintes se sont jointes à l'assemblée : elles ont voulu porter la voix des enfants à naître, encore incapables de s'exprimer mais dont la vie mérite protection selon cette même Convention.

En effet, la Convention internationale relative aux droits de l'enfant, ratifiée par la Belgique le 20 no...

Lire la suite