Belgique : une « boîte à bébé » en région Bruxelloise

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Grossesse

Actualités

Publié le : 19/01/2017

L'installation d'une « boîte à bébé » est prévue à Evere avant la fin du mois de janvier. C'est la deuxième du genre installée en Belgique depuis celle d'Anvers en 2009, qui a déjà recueilli neufs bébés. En Suisse, ce dispositif existe depuis 2001 et a accueilli une vingtaine de nourrissons.

S'il est vrai qu'une telle solution est particulièrement difficile pour la maman, elle reste néanmoins une alternative à l'avortement lorsqu'une femme se trouve en situation de détresse face à une grossesse non désirée. (cf. Bulletin IEB )

Pourquoi Bruxelles ? Selon l'Association Corvia, spécialisée dans l'assistance des personnes sans-abris, il faut permettre aux femmes qui ne peuvent s'occuper de leur bébé de l'abandonner de manière anonyme afin qu'il soit pris en charge par une structure adaptée.

Seule la police doit encore signer le protocole, celui-ci décrivant précisément les démarches à suivre lorsqu'un bébé est déposé dans le réceptacle prévu à cet effet. L'enfant est d'abord examiné par un médecin, avant d'être envoyé à l'hôpital (s'il nécessite des soins particuliers) ou en pouponnière avant d'être confié à l'adoption.

Le dispositif ne fait pas l'unanimité. Bernard de Vos, délégué général de la Communauté Française aux droits de l'enfant estime que « C'est une pratique moyenâgeuse. Cette réapparition pallie en réalité le fait que chez nous en Belgique, il n'y a pas moyen d'accoucher dans la discrétion. Je dis bien dans la discrétion, et pas sous x – c'est-à-dire sans apparaître sur le certificat de naissance de l'enfant, mais avec la possibilité pour l'enfant, à ses 18 ans, d'avoir accès aux secrets de ses origines. Ce qui est terriblement important en matière de fondation de l'individu ». Il constate également que bien souvent, ce sont « des hommes qui déposent les enfants dans ces boîtes à bébés. Ou alors des proches. Mais rarement les mères elles-mêmes. Et donc on peut s'interroger quant à leur consentement à abandonner réellement leur enfant. »

Bernard de Vos conclut qu'il est essentiel et urgent d'accompagner les mamans pendant leur grossesse et après l'accouchement.
Source :  La Libre

Accouchement sous « X » : Fiche Didactique IEB    Dossier de l'IEB : Le droit de savoir d'où je viens : problématique de l'accouchement sous X 


Articles similaires

Belgique : l’action de wrongful life déclarée recevable et fondée

Belgique : l’action de wrongful life déclarée recevable et fondée

- Grossesse

La Revue Générale des Assurances et des Responsabilités vient de publier un important arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles du 21 septembre 2010 (R.G.A.R., 2010, n° 14675) dans une affaire relative à un enfant né handicapé à la suite d'un diagnostic anténatal erroné. 
Les parents peuvent-ils intenter, au nom de leur enfant, une action en réparation du préjudice subi par lui à titre personnel ?
La Cour d'appel de Bruxelles répond positivement à cette question extrêmement délicate. Après avoir r...

Lire la suite

Trop de césariennes en Belgique

Trop de césariennes en Belgique

- Grossesse

Dans une question écrite, Monsieur Bert Anciaux a interrogé Madame Onkelinx, ministre des Affaire sociales et de la santé publique, sur le nombre élevé de césariennes pratiquées en Belgique. Il s'est appuyé sur un rapport de l'Agence Intermutualiste qui mentionne qu'entre 2008 et 2010, 19,8% des accouchements ont été pratiqués par césarienne alors que l'Organisation mondiale de la Santé conseille un plafond de 15%. Il s'inquiétait également des différences de pratique frappantes (de 60%) entre...

Lire la suite

Test de paternité durant la grossesse en Belgique

Test de paternité durant la grossesse en Belgique

- Grossesse

Une prise de sang chez la maman suffit. En effet, « La procédure du test consiste à analyser l'ADN foetal libre circulant  isolé du plasma du sang de la mère avec les échantillons d'ADN de la mère et du père présumé. Comme ces marqueurs changent d'une personne à l'autre, l'analyse d'un tel nombre de marqueurs permet d'obtenir une empreinte génétique individuelle. A l'aide d'un logiciel de bioinformatique, nous comparons ces empreintes pour confirmer ou infirmer la paternité. » indique le commu...

Lire la suite