L’Inde s’apprête à interdire la GPA commerciale

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 14/08/2019

Auteur / Source : Bioedge, AsiaOne

La Chambre Basse du Parlement indien (Lok Sabha) a adopté un projet de loi interdisant la maternité commerciale le 5 août 2019 [la proposition précédente étant restée caduque suite à la dissolution du Parlement]. Ainsi, seule la gestation pour autrui (GPA) « altruiste », c'est-à-dire non rémunérée, serait autorisée selon des critères strictes. En effet, cette dernière concernerait les couples hétérosexuels mariés depuis moins de 5 ans, stériles et infertiles, sans enfant et possédant la citoyenneté indienne. Enfin, seule une femme mariée, parente proche du couple en désir d'enfant, et qui a déjà un enfant pourrait devenir mère porteuse. Le projet de loi doit encore être adopté par la Chambre Haute (la Rajya Sabha).

Cette loi rendrait illégales plus de 3 000 cliniques privées de maternité de substitution qui fonctionnent en Inde aujourd'hui et qui bénéficient du “tourisme procréatif” rendu possible par la légalisation de la GPA en 2002. Il ressort d'un rapport de 2012 des Nations-Unies qu'environ 25 000 enfants naissent chaque année de la GPA en Inde, générant un chiffre d'affaires de 400 millions de dollars dans le pays.

Cette commercialisation de la maternité pose des problèmes éthiques fondamentaux. En effet, le respect de la dignité de la personne s'oppose à toute forme d'instrumentalisation du corps humain au service des désirs d'un autre individu. En “mettant à disposition” leur corps pour porter un enfant « commandé » contre paiement, les mères porteuses subissent une exploitation que favorisent les inégalités économiques et sociales d'un pays. Qu'elle soit rémunérée ou non, la maternité de substitution porte toujours atteinte aux droits et à la dignité de l'enfant, le considérant comme objet de droit de créance (d'échange) et non comme sujet de droits. Sans oublier les conséquences psychologiques pour l'enfant comme pour sa mère-porteuse.

Actuellement en Belgique, la pratique de la GPA est tolérée même si le droit de la filiation freine son développement ; car la mère porteuse est obligée d'abandonner juridiquement l'enfant. L'opération est alors suivie d'une procédure d'adoption plénière par le couple commanditaire.

 

Pour aller plus loin : voir le Dossier de l'IEB « Faut-il légaliser la gestation pour autrui ? »


Articles similaires

Appel international pour interdire la pratique des mères porteuses

Appel international pour interdire la pratique des mères porteuses

- Gestation pour autrui

Le 20 novembre 2014, jour du 25ème anniversaire de l'adoption de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE), une initiative internationale visant à réclamer l'interdiction de la pratique de la maternité de substitution à été lancée par l'Union internationale pour l'abolition de la gestation pour autrui (International Union for the Abolition of Surrogacy). Au travers de la pétition No Maternity Traffic, ce collectif demande au Conseil de l'Europe de s'engager pour l'interd...

Lire la suite

Belgique : interdire le tourisme procréatif et la GPA aux Français

Belgique : interdire le tourisme procréatif et la GPA aux Français

- Gestation pour autrui

En France, le recours aux mères porteuses est interdit et sévèrement puni. Il arrive toutefois que des couples français hétérosexuels ou homosexuels profitent de l'accueil de certains hôpitaux en Belgique, faisant appel aux praticiens belges pour braver l'interdit français et forcer ensuite l'Etat français à reconnaître un enfant né par GPA à l'étranger. On estime que la moitié des GPA réalisées en Belgique a pour commanditaires des Français.
Ce phénomène de contournement de la loi française e...

Lire la suite

Luxembourg : il est urgent de réformer la filiation mais prématuré d’interdire la GPA

Luxembourg : il est urgent de réformer la filiation mais prématuré d’interdire la GPA

- Gestation pour autrui

Au Luxembourg, la Commission Nationale d'Ethique (CNE), vient de rendre son Avis 26, intitulé « PMA, GPA, accouchement anonyme : autant de défis éthiques pour la société ».
Le gouvernement luxembourgeois avait posé à la Commission une question sur l'existence d'un « droit à l'enfant », se demandant s'il était souhaitable de soutenir les personnes dans leur désir d'avoir un enfant par tous les moyens, et ce à n'importe quel prix et sans restriction.
S'exprimant sur la question de la maternité d...

Lire la suite