GPA : La guerre en Ukraine comme révélateur

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 21/04/2022

Auteur / Source : Institut Européen de Bioéthique

Depuis le début du conflit avec la Russie, en Ukraine les mères porteuses se trouvent face à leur conscience à devoir laisser le bébé à quelques soignants, en raison de l'absence des parents demandeurs, ou le prendre en charge malgré la précarité dans laquelle elles se trouvent. S'ajoute à cela la guerre, qui les positionne dans des situations extrêmement vulnérables. Il est devenu très compliqué pour les parents d'autres nationalités de venir chercher l'enfant qui porte leurs gênes. Ceci pose des problèmes quant à la citoyenneté de l'enfant, et au tuteur légal, puisque la loi ukrainienne requiert la présence physique des parents demandeurs pour reconnaitre leur nationalité.

L'Ukraine est un des seuls pays à autoriser des couples étrangers à recourir à la GPA. Ainsi, des parents de tous les continents font appel aux mères porteuses (estimées environ à 500 actuellement) du pays, souvent en situation de précarité, et qui choisissent d'assumer la grossesse pour un autre couple pour la somme de 15000$.

Depuis que la guerre a éclaté, les soignants auprès de ces bébés font soit le choix de rester auprès d'eux, soit essayent de se déplacer avec un ou deux bébés dans l'Ouest du pays pour davantage de sécurité. Une des mères porteuses enceinte, se voit obligée de rester en Ukraine, malgré la volonté des parents demandeurs de GPA qu'elle voyage vers l'Ouest de l'Europe. Elle est contrainte de rester aux vues des conséquences juridiques qu'entrainerait la naissance de l'enfant issu de GPA dans un pays interdisant cette pratique pour des raisons évidentes. D'autres mères encore sont abandonnées sous les bombes quelques minutes après avoir accouché. BioTexCom, célèbre agence de GPA en Ukraine, se concentre uniquement sur la sureté des bébés, sans égard aux mamans qui les ont portés pendant toute la grossesse.

La situation de ces enfants et mères vient relever certaines conséquences lourdes et éthiques de la GPA, notamment : la marchandisation du bébé, la chosification de la femme, le trafic humain et l'atteinte à la dignité humaine de la mère porteuse et de l'enfant.
A un âge d'une vulnérabilité extrême, où la dépendance à l'autre est la plus importante au cours d'une vie, l'enfant nait sans aucun parent pour assurer sa prise en charge. Nous savons de surcroit que lorsque les parents peuvent assez rapidement adopter l'enfant, la GPA a aussi des répercussions psychologiques pour l'enfant et pour la mère gestatrice. En effet, les études montrent que pendant une grossesse, une mère et son enfant créent des liens intimes. Avec la GPA, l'enfant, et la mère qui l'a porté pendant neuf mois, vivent un traumatisme de séparation et d'abandon. La guerre ne vient qu'aggraver cette souffrance pour les deux, puisque les mères porteuses se trouvent déjà en situation de détresse liée au conflit politique.


Articles similaires

L’Inde s’apprête à interdire la GPA commerciale

L’Inde s’apprête à interdire la GPA commerciale

- Gestation pour autrui

La Chambre Basse du Parlement indien (Lok Sabha) a adopté un projet de loi interdisant la maternité commerciale le 5 août 2019 . Ainsi, seule la gestation pour autrui (GPA) « altruiste », c'est-à-dire non rémunérée, serait autorisée selon des critères stricts. En effet, cette dernière concernerait les couples hétérosexuels mariés depuis moins de 5 ans, stériles et infertiles, sans enfant et possédant la citoyenneté indienne. Enfin, seule une femme mariée, parente proche du couple en désir d'en...

Lire la suite

Portugal : autorisation de la GPA comme remède à l’infertilité et élargissement de l'accès à la PMA

Portugal : autorisation de la GPA comme remède à l’infertilité et élargissement de l'accès à la PMA

- Gestation pour autrui

Le vendredi 13 mai 2016, le Parlement portugais a voté l'autorisation des mères porteuses à titre gratuit pour les femmes frappées d'infertilité liée à une absence ou à une lésion de l'utérus « qui empêche de façon définitive et absolue la grossesse. »

La pratique des mères porteuses, également appelée Gestation Pour Autrui (GPA) consiste pour une femme à porter un enfant et à le céder à un couple tiers (le couple commanditaire) à sa naissance (Fiche Didactique IEB). Mettant un voile sur la r...

Lire la suite

Encadrer pour mieux contrôler ? Les chrétiens-démocrates flamands ouverts à la GPA non-commerciale

Encadrer pour mieux contrôler ? Les chrétiens-démocrates flamands ouverts à la GPA non-commerciale

- Gestation pour autrui

Au sein du Parlement fédéral belge, le climat se montre de plus en plus favorable à la légalisation de la gestation pour autrui (GPA) non-commerciale. Le parti chrétien-démocrate flamand (CD&V), qui s'était jusqu'alors limité à vouloir interdire la GPA commerciale, a annoncé au début de la semaine être ouvert à un encadrement de la pratique des mères porteuses moyennant certaines conditions. Il rejoint en cela l'appel de la gauche flamande (Vooruit) en septembre dernier, qui souhaite faire ava...

Lire la suite