Des erreurs dans les tests de dépistage prénatal entraînent des avortements injustifiés

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 13/10/2011

Le 13 octobre 2011, la revue Ultrasound in Obstetrics and Gynecology* a publié la synthèse d'études, réalisées par des chercheurs britanniques, sur les trop nombreuses erreurs de diagnostics prénatals (DPN) qui conduisent à des interruptions de grossesse (IVG). Ce constat alarmant fait suite à 4 études, menées par des chercheurs de l'Imperial College London, du Queen Charlottes and Chelsea Hospital et de la Leuven University (Belgique), sur l'utilisation de l'échographie en début de grossesse. Lors de ce premier examen, la mesure de l'embryon, qui ne fait que 5-6 mm à peine, sert à déterminer la viabilité de la grossesse ou le risque de fausse-couche. Les obstétriciens se fient au diamètre moyen du sac gestationnel quand l'embryon lui-même ne peut être vu et à la longueur de l'embryon, si aucun battement de coeur n'est détecté.
Si les directives varient et si les critères qui permettent de détecter une grossesse dite "à risque" diffèrent d'un pays à l'autre, les chercheurs ont estimé qu'il pourrait y avoir près de 400 erreurs de diagnostic chaque année, rien qu'au Royaume-Uni.

Ils ont donc cherché à établir des "valeurs limites universelles utilisables en toute confiance pour détecter une grossesse à risque". En "assouplissant légèrement" les critères déterminant la non viabilité d'une grossesse, les chercheurs observent qu' "il n'y a plus aucun cas d'une grossesse viable diagnostiquée comme non viable". Afin d'éviter ces erreurs trop nombreuses, ils suggèrent l'application de ces nouveaux critères apparemment plus fiables et recommandent de renouveler l'échographie pour les cas "limites". 

*Ultrasound in Obstetrics and Gynecology, “Gestational sac and embryonic growth are not useful as criteria to define miscarriage: a multicenter observational studyY. Abdallah,A. Daemen,S. Guha,S. Syed,O. Naji,A. Pexsters,E. Kirk,C. Stalder,D. Gould,S. Ahmed,C. Bottomley,D. Timmerman,T. Bourne 13/10/11

 A lire :  "Diagnostic prénatal : quelle finalité ?"

 

 

 

 


Articles similaires

Fiche Didactique n°2 : le diagnostique prénatal

- Diagnostics prénataux

"Un sujet éthique vous intéresse? ou plusieurs? Mais vous n'avez pas le temps de vous documenter ? Nous avons pour vous la solution: les fiches didactiques de l'IEB!
 
Un sujet = une fiche - Des définitions, des chiffres, des idées clés, une réflexion éthique, en seulement une feuille.
  
Faites-les connaître autour de vous: professeurs, étudiants, ...

 

 

 

Voici la deuxième fiche didactique: "Le diagnostique prénatal"  ICI:

Lire la suite

De verpletterende verantwoordelijkheid van prenatale tests

De verpletterende verantwoordelijkheid van prenatale tests

- Diagnostics prénataux

Opinie van Ellen Van Stichel en Sindy Helsen, stafmedewerkers Fara:
"Het aanbod van prenatale testen vraagt om een goede counseling om de keuzevrijheid van toekomstige ouders te optimaliseren. We willen waarschuwen voor de mogelijke invloed van de maatschappelijke perceptie van de niet-invasieve prenatale test (NIPT) op dit keuzeproces. Deze test wordt voorgesteld als een diagnostische test, die vanzelfsprekend leidt tot een zwangerschapsafbreking. Onze ervaring is ten eerste dat de NIPT...

Lire la suite

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

- Diagnostics prénataux

Cour Européenne des Droits de l'Homme - Affaire A.K. c. Lettonie - Arrêt du 14 juin 2014

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down - ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » - ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.
Madame A.K. es...

Lire la suite