Plus de 9.000.000 d’euros pour financer la contraception des jeunes

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 26/06/2013

C'est par l'AR du 21 mai 2013 et paru au Moniteur le 20 juin 2013, que le projet pilote réglementant le remboursement des contraceptifs pour les jeunes femmes de moins de 21 ans, a été prolongé pour 2012. Une enveloppe de 9.313.000 euros avait été prévue dans cette optique, soit 300.000 euros de plus que pour 2011.
L'intervention ne concerne pas seulement la pilule, mais également les patchs, les stérilets, les implants, etc. La liste des contraceptifs visés est en principe actualisée tous les 6 mois. Le financement expérimental des contraceptifs pour jeunes femmes existe depuis 2004, et a été prolongé annuellement depuis, dans l'attente d'un cadre définitif. C'est donc une fois encore la voie qui a été suivie aujourd'hui, étant donné qu'aucune solution structurelle n'a encore été dégagée. Le Gouvernement estime que ces mesures permettent aux jeunes d'avoir un meilleur accès aux moyens contraceptifs, et ainsi de limiter le nombre de grossesses non-planifiées.
De nombreuses études montrent toutefois que les politiques facilitant la contraception chez les jeunes ne réduisent absolument pas le nombre d'avortements mais au contraire sont perçues chez les jeunes comme un incitant aux relations sexuelles.

 


Articles similaires

Belgique : plus de 10 millions d’euros consacrés par an par l’INAMI pour les moyens contraceptifs

Belgique : plus de 10 millions d’euros consacrés par an par l’INAMI pour les moyens contraceptifs

- Contraception

En 2014, 570.000 femmes belges prenaient la pilule contraceptive. Ce nombre est en diminution car les femmes abandonnent progressivement la pilule oestro-progestative au profit d'autres moyens, comme le stérilet hormonal ou en cuivre. C'est ce qui ressort d'une réponse parlementaire de Maggie De Block à Yoleen Van Camp. De plus, le nombre de femmes ayant utilisé la pilule du lendemain a été multiplié par 10 de 2010 à 2014.

Parmi les femmes qui arrêtent la pilule, nombreuses sont celles qui re...

Lire la suite

Le CPAS d’Alost incitera-t-il systématiquement ses candidats à la contraception ?

Le CPAS d’Alost incitera-t-il systématiquement ses candidats à la contraception ?

- Contraception

La mesure a fait couler de l'encre ces derniers jours en Flandre : le CPAS d'Alost a décidé de suggérer d'office la prise de contraceptifs aux candidats pour le revenu d'intégration. « Nous devons oser dire aux gens qu'ils doivent prendre temporairement des contraceptifs », a annoncé Sarah Smeyers (NV-A), présidente du CPAS d'Alost. De plus, le CPAS remboursera la contraception si besoin.

Entre obligation, encouragement et possibilité, le degré d'application de la mesure reste ambigu. Sarah ...

Lire la suite

L’offre illimitée de contraception d’urgence, sans effets pervers ?

L’offre illimitée de contraception d’urgence, sans effets pervers ?

- Contraception

Alors que la grande majorité des médicaments connaît d'importantes restrictions lorsqu'ils sont commercialisés en vue d'éviter toute consommation inappropriée ou abusive, une exception existe : les "médicaments" de contraception d'urgence (MCU), qui peuvent aussi se révéler être abortifs.

En plus d'être anonyme, la distribution de MCU est gratuite pour les mineures depuis l'an 2000 en France. Elle est disponible sur demande en pharmacie et infirmerie d'école.

En Belgique, elle est en vente l...

Lire la suite