Contre la pilule abortive en vente libre

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 27/05/2011

La gynécologue et sénatrice Marleen Temmerman (sp.a) indique que si l'utilisation de la méthode médicamenteuse est une alternative "sûre" (sic) dans les premières semaines de grossesse, elle n'est pas du tout favorable à ce que les pilules abortives soient disponibles en vente libre afin de favoriser un temps de réflexion, et d'éviter les complications médicales et surtout psychologiques que l'avortement peut engendrer. "Il est important que les femmes soient accompagnées et informées sur ce qui les attend", précise-t-elle.
Pour rappel, lors d'un avortement médicamenteux, un comprimé destiné à stopper la gestation est donné à la femme. 36 à 48 heures après, la femme se rend dans un centre ou un hôpital où des prostaglandines lui sont administrées afin de provoquer des contractions et expulser le foetus mort. Ces contractions peuvent être parfois très douloureuses et s'accompagner d'effets secondaires comme de fortes nausées.
A noter que le dernier rapport de la Commission nationale d'évaluation de la loi relative à l'interruption volontaire de grossesse faisait état d'une augmentation des avortements médicamenteux (2.871 cas annuels en 2008 à 3.236 cas en 2009, soit à 17,15 % du nombre total d'avortements).


Articles similaires

Pilule Diane-35

Pilule Diane-35

- Contraception

La pilule contre l'acné Diane-35 de Bayer, utilisée aussi en tant que contraceptif, a été impliquée dans 27 morts aux Pays-Bas selon le Centre de Pharmacovigilance de Lareb. La plupart des victimes avaient moins de 30 ans, et la majorité d'entre elles ont succombé à des embolies pulmonaires ou des thromboses provoquées par des caillots sanguins dans les poumons, le coeur ou le cerveau.
Dès 2001 les autorités britanniques avaient mis en garde contre le risque de thrombose veineuse profonde ; en...

Lire la suite

Fatiguée de prendre la pilule

Fatiguée de prendre la pilule

- Contraception

« Je n'aime pas l'idée de prendre des hormones pendant 40 ans, puis d'en prendre encore à la ménopause. Ce n'est pas naturel ». (...) Ce qui fait fuir surtout les femmes, ce sont les risques de cancer et d'accident circulatoire.

Les contraceptifs oraux augmentent en effet le risque de cancer du sein mais aussi du col utérin et du foie, avec une incidence qui augmente avec la durée de la prise. Ils diminuent par contre le risque de cancer de l'endomètre et de l'ovaire. (...) Quant aux acciden...

Lire la suite

Europe : la pilule du « surlendemain » en vente libre et sans prescription

Europe : la pilule du « surlendemain » en vente libre et sans prescription

- Contraception

Suivant une décision d'exécution de la Commission européenne du 7 janvier, qui sera appliquée dans les Etats-membres courant 2015, la pilule du « surlendemain » (acétate d'ulipristal) sera bientôt libre de prescription en Europe. Elle y est déjà commercialisée depuis 2009 en tant qu'EllaOne©.
Appelé indûment « contraceptif d'urgence », ce produit potentiellement abortif se distingue par sa durée d'efficacité : EllaOne agit durant cinq jours, soit la durée de vie des spermatozoïdes, contre troi...

Lire la suite