Belgique : enquête sur la contraception

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 27/04/2017

Une enquête sur la contraception a récemment été réalisée en Belgique par Solidaris, sur des individus âgés de 14 à 55 ans. Certains résultats interpellent. Tout d'abord, tandis que la popularité de l'implant, du patch et du stérilet augmente, on observe une remise en cause de certains moyens contraceptifs tels que la pilule ou le préservatif masculin. Alors que 96% des femmes (9% de plus qu'en 2010) disent prendre la pilule, on perçoit aujourd'hui une baisse de la satisfaction par rapport à ce moyen contraceptif. Les femmes disent subir des « effets secondaires » et parlent d'effets « nocifs pour la santé ». Les effets secondaires de la contraception effraient désormais 61,1% des personnes y ayant recours, ce qui représente une augmentation de 24% par rapport à 2010. 

D'autre part, le rapport montre que 65% des grossesses non-planifiées sont survenues alors que la femme prenait la pilule. En parallèle, on observe une recrudescence du recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).
Faut-il voir un lien entre le manque d'efficacité de la contraception et le recours à l'IVG ? Le rapport de 2012 de la Commission nationale d'évaluation de la loi du 3 avril 1990 relative à l'interruption de grossesse allait déjà dans ce sens. Il révélait ainsi que 30,80% des femmes recourant à une IVG prenaient la pilule dans le mois précédent leur grossesse et que, par ailleurs, il y avait dans 14,89% des cas utilisation du préservatif. Cependant, un article du journal Moustique*, en donne une autre interprétation : cette augmentation des IVG serait plutôt liée à la peur que suscitent les risques de la contraception sur la santé. Isabelle Govaerts, une gynécologue, s'en inquiète : « L'IVG n'est pas un moyen de contraception et c'est un acte traumatisant ». Il y a donc, selon elle, un effort à fournir de la part du personnel médical pour « contrecarrer cet emballement » de la population.

L'étude montre aussi qu'actuellement, 89,4% des jeunes de 17 à 20 ans sont sous contraception.

Source(s) : Solidaris

* G. De Bock, Dossier « Les Belges et la contraception : La pilule en question » dans Moustique du 19 avril 2017.


Articles similaires

Les stérilisations des femmes et des hommes en Belgique.

Les stérilisations des femmes et des hommes en Belgique.

- Contraception

Sur base des chiffres de l'INAMI, plus de 5.700 femmes se sont fait stériliser  en 2008. Chez les hommes, ce chiffre s'élève à 8.086. Le Professeur Patrick Emonts, chef de clinique au CHU de Liège, souligne pour sa part que " La ligature des trompes est loin d'être une petite opération. On se rend compte qu'elle peut aussi avoir un impact psychologique important sur la patiente. La femme peut se sentir mutilée dans son intimité, ce qui engendre parfois des troubles tant dans sa sexualité que d...

Lire la suite

Pays-Bas : imposer la contraception aux femmes jugées incompétentes

Pays-Bas : imposer la contraception aux femmes jugées incompétentes

- Contraception

L'échevin à l'Education, à la Jeunesse et aux Soins, de la ville de Rotterdam, Hugo de Jonge, du parti démocrate-chrétien CDA, a fait une proposition conseil communal afin d'imposer la contraception à certaines femmes. La mesure concernerait entre dix et vingt femmes par an, des femmes aux problèmes psychiatriques ou de dépendance, mentalement déficientes, sans abri ou qui travaillent dans la prostitution. Elles seraient ainsi jugées inaptes à avoir un enfant. 
Hugo de Jonge entend ainsi régle...

Lire la suite

Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

- Contraception

Un courrier DHPC (Direct Health Care Professionnal Communications), diffusé sous l'autorité de l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé), a récemment été envoyé aux professionnels de la santé afin de les informer de risques potentiels liés à l'utilisation du lévonorgestrel (Norlevo) ainsi que des recommandations pour limiter ces risques.

Mieux connu sous le nom de « Pilule du lendemain », le Levonorgestrel (LNG) fabriqué par la firme Mithra à Liège (Postinor) et par S...

Lire la suite