Royaume-Uni : la British Medical Association plaide pour la décriminalisation totale de l’avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 29/06/2017

Dans tout le Royaume-Uni – à l'exception de l'Irlande du Nord - l'avortement est partiellement dépénalisé depuis 1967. Une femme peut avorter jusqu'à la 24ème semaine de grossesse si le médecin consulté juge que la poursuite de celle-ci causerait plus de dommages à la santé physique ou mentale de la mère ou de ses enfants déjà nés qu'en y mettant fin. Dans des cas très particuliers, l'avortement est permis jusqu'au terme de la grossesse, si la vie de la mère est menacée par exemple.

Mi-juin, le rapport annuel des statistiques sur l'avortement dénombrait 190.409 avortements en 2016. L'introduction progressive du Diagnostic Prénatal Non-Invasif sur le marché a fait augmenter de 46% les avortements d'enfants porteurs de trisomie 21, il y en a eu 706 en 2016.

Face à ce problème de santé publique que représente l'avortement, et malgré ses conséquences négatives pour les femmes, la British Medical Association (BMA), à l'issue de son rassemblement annuel, vient de voter en faveur de la décriminalisation totale de l'avortement. La BMA, un organisme puissant réunissant les deux tiers des médecins britanniques (même si, dans ce dossier, seuls 500 d'entre eux ont été appelés à se prononcer) appelle ainsi le gouvernement à retirer l'avortement du code criminel et à le placer dans le code de la santé afin que cet acte soit considéré comme une procédure médicale classique.

Parallèlement à ce vote potentiellement lourd de conséquences, plus d'un millier de médecins et d'étudiants en médecine ont adressé une lettre ouverte au président de la BMA, le Dr Anthea Mowat, afin d'exprimer leur opposition à la Motion 50. En effet, pour eux, une telle motion entacherait gravement la réputation de la BMA ainsi que celle de toute la profession médicale britannique.

Source :The Telegraph


Articles similaires

France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

France : augmentation du nombre d’avortements en 2013

- Avortement

La Direction de la Recherche, des Etudes, de l'Evaluation et des Statistiques (DREES), organisme affilié au Ministère de la Santé, a rendu son rapport sur les données françaises de 2013 relatives à l'avortement. Elle y relate une hausse de 4,7% du nombre d'avortements par rapport à 2012 après une période de stabilité depuis 2010. La France atteint ainsi un taux record d'avortements avec 229 000 avortements en 2013, soit 15,6 avortements pour mille femmes.
Les analyses statistiques révèlent que...

Lire la suite

31% des Belges ne trouvent pas la législation sur l'avortement justifiée

31% des Belges ne trouvent pas la législation sur l'avortement justifiée

- Avortement

Tous les neufs ans depuis 1981, une étude européenne sur les valeurs permet de recadrer l'évolution des esprits et des comportements. Le volet belge de ce sondage "grandeur nature", financé par la Fondation Roi Baudouin, a été réalisé sous la houlette de Karel Dobbelaere, Liliane Voyé et Koen Abts. Ce sondage aborde les valeurs auxquelles les Belges sont attachés, l'éventuelle méfiance dont peuvent faire l'objet certaines institutions, ainsi que l'évolution dans les domaines moraux ou éthique....

Lire la suite

Luxembourg : avortement absence totale de chiffres

Luxembourg : avortement absence totale de chiffres

- Avortement

Au Luxembourg, personne n'a aucune idée du nombre d'Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) pratiquées, ni du profil des patientes qui y ont recours.
L'avortement a été dépénalisé au Luxembourg par une loi du 15 novembre 1978. Après deux réformes successives en 2012 et 2014, la loi dépénalisant l'avortement avant 12 semaines a ôté toutes les conditions initiales. Aucun motif n'est désormais demandé à la femme qui veut avorter.
De plus, le cadre d'accompagnement de la femme en détresse a é...

Lire la suite