Québec : la pilule abortive n’est pas une pilule comme une autre

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 26/03/2018

La pilule abortive, qui n'est pas à confondre avec la contraception orale d'urgence, permet de provoquer l'interruption d'une grossesse jusqu'à 9 semaines de grossesse (jusqu'au 63e jour). Elle est depuis peu disponible au Québec, sur simple prescription médicale.

Le Collège des médecins du Québec a publié en décembre 2017 des directives cliniques pour encadrer ce type d'avortement médical et les procédures qui y sont associées. Il réitère aujourd'hui l'importance pour tout médecin d'en tenir compte.

L'avortement par pilule abortive est un avortement qui doit lui aussi être suivi par des gynécologues et obstétriciens formés en la matière. Une formation théorique et pratique couvrant l'ensemble des procédures d'interruptions de grossesse est requise, afin que le médecin soit à même de juger avec certitude que le type d'avortement qu'il prescrit à sa patiente est le mieux adapté. Le processus nécessite également une évaluation médicale complète, un soutien psychologique et un suivi appropriés.

Le Collège insiste donc que tous les médecins ne sont pas aptes à ordonner des avortements par pilule abortive, puisqu'il ne s'agit pas simplement de prescrire cette pilule.

En Belgique, la pilule abortive peut être prise jusqu'à 7 semaines de grossesse. Comme au Québec, elle ne se vend pas en pharmacie, mais est uniquement délivrée aux médecins habilités à pratiquer des avortements. Les médecins sont tenus d'en justifier chaque utilisation, et d'en garder une trace dans le dossier médical de la patiente.

 Sources : CMG.org


Articles similaires

Pays-Bas : la pilule abortive en vente chez le pharmacien ?

Pays-Bas : la pilule abortive en vente chez le pharmacien ?

- Avortement

Un produit reconnu officiellement comme abortif pourrait bientôt être disponible en pharmacie aux Pays-Bas, sur simple présentation d'une prescription d'un médecin généraliste.
Le Sunmedabon est une combinaison de mifépristone et de misoprostol assemblés dans un même conditionnement, et dont l'action conjuguée est depuis longtemps utilisée pour les avortements médicamenteux.
Le Sunmedabon a été développé par une firme indienne, Sunpharma, à la demande de l'Organisation Mondiale de la Santé (OM...

Lire la suite

Dépénalisation totale de l’avortement : comment légiférer sans approfondir le vécu des femmes ?

Dépénalisation totale de l’avortement : comment légiférer sans approfondir le vécu des femmes ?

- Avortement

Cela fait 6 ans que la pratique de l'avortement en Belgique n'est plus évaluée. Aucun chiffre n'a été publié depuis 2012. (Voir les derniers chiffres). Or, la loi de 1990 dépénalisant l'avortement à titre exceptionnel et à certaines conditions,  avait pourtant donné à une commission nationale la mission expresse de rendre un rapport au Parlement tous les deux ans.  Aucun rapport n'a vu le jour depuis 2012. Si les données nécessaires à l'évaluation existent, elles n'ont plus été traitées depuis...

Lire la suite

Yara a obtenu que son bébé avorté soit reconnu comme une personne

Yara a obtenu que son bébé avorté soit reconnu comme une personne

- Avortement

C'est une première aux Pays-Bas : un bébé avorté a été reconnu comme une personne en application de la loi néerlandaise. Le 22 avril dernier, l'émission Nieuw Licht a diffusé le témoignage de Yara, une jeune femme ayant avorté après 14 semaines de grossesses, et qui a obtenu l'enregistrement de son bébé dans le registre de la population.

Yara est le nom d'emprunt de la jeune femme, qui a préféré garder l'anonymat car selon elle, l'avortement est encore trop tabou. Elle confie au journaliste s...

Lire la suite