Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

Publié le : Thématique : Début de vie / Avortement Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Les plannings familiaux ont connu pendant le confinement une forte baisse de fréquentation et une chute des demandes d'avortement. Parallèlement, au Royaume-Uni, les ventes de pilules dites “du lendemain” ont chuté de 50% entre mars et avril 2020. Même si depuis le déconfinement, les demandes d'avortement sont reparties à la hausse en Belgique, on ne constate pas d'augmentation dans les demandes d'avortement tardif.

On se souvient pourtant de la façon dont la Fédération laïque des centres de planning familial (FLCPF) interprétait fin avril, cette “baisse d'activité” au sein de ses plannings. Karim Majoros, directeur de la FLCPF assurait alors que beaucoup de femmes, pendant le confinement, n'osaient pas demander l'avortement en raison de la pression sociale exercée par les autres membres du foyer. Les plannings s'attendaient donc à un accroissement des grossesses non désirées, qui donnerait lieu à une explosion de demandes d'avortement, dont des demandes au-delà de 12 semaines de grossesse.

Avec le recul, le Docteur Roynet du planning de Rochefort explique aujourd'hui la diminution des avortements par le fait que, pendant le confinement, “les activités festives ont été annulées, les rencontres ont été rendues très difficiles, pour les jeunes et pour les relations extraconjugales, or c'est aussi dans ces situations là que surviennent les grossesses accidentelles”. En d'autres mots, les rapports sexuels sans lendemain et donc les grossesses non désirées sont devenues plus rares pendant le confinement. En guise de comparaison, le médecin explique que “le phénomène pour la diminution des demandes est exactement le même que pour les accidents de la route : plus de circulation, plus d'accident”. Elle rappelle enfin qu'il n'y a eu aucune interruption dans la délivrance des contraceptifs, contrairement à ce que certains pouvaient craindre ou dénoncer. En outre, à Rochefort, on ne constate pas d'augmentation des demandes d'avortements tardifs.

Quant aux femmes qui ont subi un avortement pendant le confinement, le planning de Rochefort a mis en place certains "arrangements" afin de leur éviter autant que possible les déplacements. Dans le cas des avortements chirurgicaux, le planning leur a proposé de ne venir au centre que le jour de l'intervention. On peut en déduire, soit que l'entretien psycho-social préalable requis au moins 6 jour avant l'avortement a été ignoré, soit que celui-ci a eu lieu par téléphone. Concernant les avortements médicamenteux, ils ont davantage eu lieu à domicile et non au centre de planning. En pratique, ces femmes ont donc avorté chez elles, sans la présence physique d'un professionnel de la santé.

 

Sources : vivreici.be, plus.lesoir.be, genethique.org


Articles similaires

Inde : les avortements sur base du sexe restent légion

Inde : les avortements sur base du sexe restent légion

- Avortement

6,8 millions : tel est le déficit probable de naissances de filles en Inde, pour la période 2017-2030. En cause : la pratique massive des avortements des foetus de sexe féminin.

 

Dès 1970, on observe en Inde un déséquilibre en ce qui concerne le ratio garçons-filles à la naissance, dû au phénomène des avortements sélectifs sur base du sexe. Selon une étude publiée le 19 août dernier dans la revue scientifique PLOS One, ce déficit se poursuivra dans la décennie à venir, pour atteindre 6,8 mi...

Lire la suite

Le nombre d’avortements chez les adolescentes en constante augmentation

Le nombre d’avortements chez les adolescentes en constante augmentation

- Avortement

Selon Chantal Kortmann, médecin membre de la Commission d'évaluation de la loi sur l'avortement, le nombre d'avortements  subis par des adolescentes est en constante augmentation. En 2007, il y avait 107 avortements chez des jeunes entre 10 et 14 ans tandis que ce chiffre s'élevait à 2601 pour des jeunes entre 15 et 19 ans, ce qui correspond à la moitié des presque 6000 grossesses recensées chez des adolescentes.
Alors qu'une des priorités de la loi sur l'avortement était de diminuer le nombre...

Lire la suite

Pologne : l'interdiction des avortements eugéniques remise en question

Pologne : l'interdiction des avortements eugéniques remise en question

- Avortement

Depuis la décision rendue le 22 octobre dernier par le Tribunal constitutionnel, la législation polonaise en matière d'avortement suscite de nombreuses prises de position.

Comme nous l'évoquions dans un bulletin précédent, le Tribunal conclut dans son arrêt à l'inconstitutionnalité de l'autorisation de l'avortement fondé sur une malformation grave ou une maladie mortelle chez l'enfant à naître. Selon les juges constitutionnels, autoriser de tels avortement revient à violer le droit fondamenta...

Lire la suite