Le nombre des interruptions médicales de grossesse est sous-estimé

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 20/09/2012

C'est ce qui ressort du dernier Rapport de la Commission d'évaluation.

Quels sont les chiffres officiels?
121 interruptions volontaires de grossesse pratiquées au-delà de 12 semaines en raison d'une affection grave du foetus ont été déclarées en 2010 et 97 en 2011.

Pour la première fois, la Commission d'évaluation souligne que l'analyse des données scientifiques disponibles démontre que ce chiffre est très largement sous-estimé et que le nombre réels des IVG pour raisons médicales serait au moins 4 fois plus élevé (de l'ordre de 570 par an).
Selon la Commission, ce sous-enregistrement pourrait trouver son origine dans une méconnaissance de la loi et une surcharge administrative des professionnels de la santé. La loi impose pour une interruption de grossesse pratiquée au-delà de 12 semaines qu'il soit certain que le foetus soit atteint d'une affection grave et incurable au moment du diagnostic. Le rapport mentionne dans un de ses titres un certain nombre d'affections graves ou incurables.


Articles similaires

Pays-Bas : augmentation du nombre d’avortements

Pays-Bas : augmentation du nombre d’avortements

- Avortement

30.803 avortements ont été officiellement déclarés pour l'année 2015. Cela constitue une augmentation de 1.5% par rapport à 2014 (442 avortements supplémentaires) et aussi un changement de tendance à la hausse puisque depuis 2008 le nombre d'avortements déclarés tendaient à se stabiliser.

Ces chiffres publiés par l'inspection pour les soins de santé (Inspectie voor de Gezondheidszorg, IGZ) proviennent des centres d'avortement et des hôpitaux qui signalent que près de 3% des femmes qui ont sub...

Lire la suite

L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

- Avortement

Il y a quelques mois, une étude finlandaise a montré des risques aggravés pour les grossesses survenant après un avortement tardif.

L'étude a porté sur les données du registre des naissances et du registre des avortements finlandais. Le panel était ainsi constitué de 418 690 femmes ayant accouché pour la première fois d'un enfant unique entre 1996 et 2013. La grande majorité d'entre elles (87%) n'avaient pas avorté auparavant. 11.1% de ces femmes avaient déjà subi un avortement précoce (avant...

Lire la suite

Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

- Avortement

Face à une grossesse inattendue, la femme se trouve souvent seule et démunie, et parfois poussée vers la solution de l'avortement. C'est pour rompre ce cercle de la solitude et de la panique qu'une initiative s'est développée depuis 2009 en Flandre : « Een buddy bij de wieg ».
Les familles démunies socialement et vulnérables peuvent faire appel à un bénévole qui les accompagnera tout au long de la grossesse et jusqu'à ce que l'enfant ait un an. Le « buddy » prend contact chaque semaine avec la...

Lire la suite