Le Mississippi interdit l’avortement sur base du sexe, de la race ou d’une anomalie génétique

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Etats-Unis

Publié le : 29/07/2020

Auteur / Source : T. de Ligny (IEB) ; guttmacher.org ; abcnews.go.com ;

Alors que plusieurs pays se posent la question de la légitimité de l'avortement sur base d'anomalies génétiques chez l'enfant à naître, le Mississippi a pris un virage important avec une loi votée le 17 mai 2020 et intitulée Life Equality Act. Entrée en vigueur dans cet État américain depuis le 1er juillet, la loi interdit de réaliser un avortement sur base du sexe de l'enfant, d'une anomalie génétique ou de son origine raciale. Un médecin qui effectue un avortement pour l'un de ces motifs est désormais passible d'un à dix ans de prison.

 

Cette loi n'est pas la première démarche du Mississippi pour limiter les avortements sur son territoire. En 2018, une loi avait été votée pour réduire le délai légal pour l'avortement de 20 à 15 semaines de grossesse. Or, la Cour Suprême de Justice des Etats-Unis avait invalidé la loi au nom du droit à l'avortement jusqu'au seuil de viabilité du foetus, tel que consacré par l'arrêt Planned Parenthood v. Casey. Le 1er juillet 2019, une autre loi connue sous le nom de Heartbeat Bill” devait entrer en vigueur et interdire l'avortement dès la détection du battement du coeur de l'enfant, soit à partir de la 6ème semaine de gestation. La Cour Suprême a de nouveau interdit l'application de cette loi pour sa non-conformité à la Constitution américaine. Cette même Cour ne s'est cependant pas encore manifestée quant au Life Equality Act. Pour cette troisième tentative, le Mississippi s'est appuyé sur l'arrêt Box v. Planned Parenthood of Indiana and Kentucky, dans lequel la Cour Suprême n'a pas remis en question l'interdiction des avortements sélectifs par la loi de l'Indiana.

 

Cette loi est un engagement de taille du Mississippi en faveur de la vie à naître, dans un contexte où d'autres Etats (notamment celui de New-York) élargissent les délais et les raisons pour recourir à l'avortement. La réalité des avortements sélectifs laisse en effet perplexe. En Belgique, 95,5% des foetus diagnostiqués porteurs d'une trisomie 21 sont avortés. En Islande ce chiffre frôle les 100%. En Inde, les filles constituent la cible principale de l'avortement, à tel point qu'une campagne “N'avortez plus vos filles” a été mise en place pour rétablir l'équilibre homme/femme dans le pays. Ne pas intervenir pour empêcher de telles discriminations ferait non seulement peser sur les personnes concernées le sentiment qu'elles sont un poids pour la société, mais laisserait aussi se propager l'idée que leurs vies ont moins de valeur aux yeux de l'opinion publique. Ne faire naître que les enfants répondant à une norme génétique, de sexe ou de race, revient en réalité à pratiquer une certaine forme d'eugénisme (voir le dossier de l'IEB sur l'eugénisme). Avec le Missouri, le Mississippi est pour le moment le seul Etat américain osant dénoncer ce problème et prendre des mesures en conséquence.


Articles similaires

Extension de l'avortement à 4 mois et demi : l’adoption de la proposition de loi s’éloigne à nouveau

Extension de l'avortement à 4 mois et demi : l’adoption de la proposition de loi s’éloigne à nouveau

- Avortement



Alors qu'un vote définitif était annoncé depuis plusieurs jours à la Chambre, la proposition de loi concernant l'extension de l'avortement a fait finalement l'objet d'une nouvelle demande d'avis au Conseil d'Etat.

Plusieurs amendements complémentaires ont en effet été déposés par le cdH, le CD&V et la N-VA, au sujet desquels 55 députés ont sollicité l'avis du Conseil d'Etat.

Ces amendements ont notamment trait à l'absence de toute sanction prévue dans le texte actuel, en cas de non-respect...

Lire la suite

Brésil : vers une décriminalisation de l’avortement ?

Brésil : vers une décriminalisation de l’avortement ?

- Avortement

Le mardi 29 novembre, la Cour suprême du Brésil a pris la décision de lever les sanctions infligées à cinq employés d'une clinique de Rio de Janeiro qui avaient procédé à un avortement clandestin en 2013. Le motif invoqué par la Cour suprême est que pratiquer un avortement avant trois mois de grossesse ne pouvait être considéré comme un crime.

 

Au Brésil, depuis 1984, l'avortement est pourtant inscrit dans le code pénal comme « un crime contre la vie humaine ». L'IVG (interruption volontai...

Lire la suite

Avis du Conseil d’Etat sur la proposition de loi avortement : où est le “juste équilibre”?

Avis du Conseil d’Etat sur la proposition de loi avortement : où est le “juste équilibre”?

- Avortement

Le 28 février dernier, le Conseil d'Etat a rendu son avis sur la proposition de loi visant à assouplir les conditions dans lesquelles peut être pratiqué l'avortement. Alors que l'avis se cantonne - comme le Conseil d'Etat y est tenu - à un contrôle de conformité juridique du texte avec la Constitution, les auteurs de la proposition de loi s'en sont vite servi pour appuyer le bien-fondé, tant éthique que sociétal, de leur projet. C'est oublier que les véritables enjeux de cette réforme sont ava...

Lire la suite