L’avortement tardif est dangereux pour les enfants issus de grossesses ultérieures

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 19/03/2020

Auteur / Source : IEB; KC S, Gissler M, Klemetti R.

Il y a quelques mois, une étude finlandaise a montré des risques aggravés pour les grossesses survenant après un avortement tardif.

L'étude a porté sur les données du registre des naissances et du registre des avortements finlandais. Le panel était ainsi constitué de 418 690 femmes ayant accouché pour la première fois d'un enfant unique entre 1996 et 2013. La grande majorité d'entre elles (87%) n'avaient pas avorté auparavant. 11.1% de ces femmes avaient déjà subi un avortement précoce (avant 12 semaines) et 1.8% avait subi un avortement tardif (à partir de 12 semaines).

Tout d'abord, comparées aux femmes n'ayant subi aucun avortement, les grossesses suivant un avortement précoce comportent plus de risques que l'enfant ait un poids faible à la naissance (< 2500g). Les grossesses suivant un avortement tardif comportent encore davantage de risques de naissance extrêmement prématurée (avant 28 semaines de grossesse) ou très prématurée (avant 32 semaines), et de poids à la naissance faible ou très faible (<1500g).

Comparé aux femmes ayant subi un avortement précoce, les grossesses suivant un avortement tardif sont également plus risquées. Il existe 2,3 fois plus de risques d'un accouchement extrêmement prématuré. Après plusieurs avortements tardifs, les risques augmentent encore, comparés aux grossesses après plusieurs avortements précoces : les risques de naissance extrêmement prématurée sont multipliés par 4,1, et ceux d'un poids très faible à la naissance sont 2,6 fois plus élevés.

De même, lorsque l'on compare les avortements médicaux tardifs aux avortements médicaux précoces, l'avortement tardif induit plus de risques pour les grossesses ultérieures. La même observation est faite en ce qui concerne les avortements chirurgicaux.

Ainsi, il apparaît clairement qu'un avortement, quel que soit l'âge gestationnel, n'est pas sans conséquences sur les grossesses ultérieures. De toute évidence, plus on avance dans la grossesse, plus les conséquences négatives s'aggravent. Ces constats devraient inciter les Etats à développer davantage la prévention pour diminuer la prise de risque et proposer une alternative au geste plus ou moins risqué que constitue l'avortement pour la santé de la femme et de son éventuel futur enfant. Il convient au minimum d'informer les femmes de ces risques, et de les en protéger en leur offrant un soutien et un accompagnement tout au long de la grossesse.


Articles similaires

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

- Avortement

Comme chaque année, l'anniversaire de la loi Lallemand Michielsen, dépénalisant partiellement l'avortement en Belgique est l'occasion pour ses promoteurs de relancer le débat. Ils le font cette année en fustigeant les propositions de lois relatives à la reconnaissance des enfants nés sans vie déposées à la Chambre, et qui, très humainement, visent à prendre en compte la souffrance des parents ainsi endeuillés par la perte d'un enfant.
Le régime juridique actuel distingue plusieurs situations. ...

Lire la suite

AVORTEMENT

- Avortement

Libéralisation de l'avortement votée au Luxembourg

Trop de médecins objecteurs de conscience en Italie selon le Planning familial

Abortus in Belgïe / Verslag 2010-2011 van de nationale evaluatie commissie

Het aantal medische zwangerschapsafbrekingen wordt onderschat.

Rapport 2010-2011 de la Commission d'évaluation avortement

Le nombre des interruptions médicales de grossesse est sous-estimé

Avortements en direct d'enfants handicapés : émission télévisée en Flandre.

Lire la suite

Les avortements forcés continuent en Chine

Les avortements forcés continuent en Chine

- Avortement

La « politique des deux enfants » a de nouveau fait une victime en Chine : une femme enceinte de son troisième enfant a été forcée d'avorter après qu'on la menace d'envoyer son frère en camp d'internement.

Bien qu'étendue à deux enfants depuis le 1er janvier 2016, la « politique de l'enfant unique » chinoise (instaurée en 1979) expose les femmes à un choix « imposé » à partir du troisième enfant : avorter ou bien régler des amendes dissuasives et subir des menaces. (Voir Bulletin de l'IEB)

E...

Lire la suite