L’avortement devant la Cour Suprême des Etats-Unis : décryptage à quelques jours de l’arrêt

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Etats-Unis

Publié le : 21/06/2022

Auteur / Source : IEB

Temps de lecture : 5 min.

La publication de l'arrêt de la Cour suprême des États-Unis au sujet de l'avortement (Dobbs v. Jackson Women's Health Organization) est attendue dans les jours à venir, probablement d'ici la fin juin (correspondant au début des vacances judiciaires).

Précisons qu'à l'heure actuelle, les Etats-Unis admettent comme légal l'accès à l'avortement jusqu'à 23 semaines de grossesse (5 mois et demi). Un tel délai s'avère bien plus étendu que ceux en vigueur dans la plupart des Etats européens (14 semaines en France, 12 semaines en Belgique).

Dans ce contexte, la Cour Suprême des Etats-Unis serait sur le point de laisser chaque Etat américain légiférer sur le droit à l'avortement, d'après le brouillon d'une opinion majoritaire des juges dévoilé le 2 mai dernier par le média Politico.

Le juge Samuel Alito, auteur du document préparatoire, estime qu'il appartient  aux représentants élus de chaque État fédéré de légiférer sur la question, et non au pouvoir judiciaire fédéral. Le document rappelle qu'il n'existe pas un droit à l'avortement dans la Constitution fédérale, et que la reconnaissance d'un tel droit ne s'appuyait sur aucune base constitutionnelle.

Pour rappel, l'affaire en question concerne une loi votée en automne dernier au Mississippi, qui raccourcit le délai légal d'avortement à 15 semaines, et dont la Cour Suprême doit examiner la constitutionnalité.

 

Vers un revirement de jurisprudence ?

L'enjeu de la décision de la Cour réside dans le fait qu'elle pourrait renverser sa propre jurisprudence à cette occasion. Depuis les arrêts Roe v. Wade (1973) et Planned Parenthood v. Casey (1992), la Cour suprême reconnaît un droit à l'avortement jusqu'à 23 semaines de grossesse, c'est-à-dire jusqu'à ce que le foetus soit viable. En effet, dans l'arrêt Roe v. Wade, le droit à l'avortement avait été reconnu comme découlant du droit à la vie privée inscrit dans le 14e amendement de la Constitution.

Cette jurisprudence entre aujourd'hui en tension avec certaines mesures plus restrictives que certains États américains ont récemment tenté d'adopter, notamment du point de vue du délai légal d'avortement.

La Cour suprême pourrait ainsi considérer que la reconnaissance d'un droit à l'avortement dans sa jurisprudence était une erreur, et, par conséquent, remettre le pouvoir de légiférer sur le droit à l'avortement entre les mains de chaque État.

 

Séparation des pouvoirs, subsidiarité et légitimité

Cette affaire vient mettre en lumière des interrogations liées à la répartition des compétences entre législateur et juge, et entre le pouvoir fédéral et le pouvoir fédéré. Ici, le juge aurait empiété le terrain du législateur en instituant un droit à l'avortement via la jurisprudence, alors que ce droit ne figure pas dans la Constitution des Etats-Unis. En outre, le 10e amendement de la Constitution prévoit que “Les pouvoirs qui ne sont pas délégués aux Etats-Unis par la Constitution, ni refusés par elle aux Etats, sont réservés aux Etats, ou au peuple”. En vertu de ce principe de subsidiarité, les Etats fédérés disposent d'une compétence de droit commun de légiférer, et l'Etat fédéral d'une compétence d'attribution. Le droit à l'avortement ne figurant pas dans les compétences déléguées au niveau fédéral, il relève donc de la compétence des Etats. En annulant l'arrêt Roe v. Wade, la Cour Suprême viendrait redéfinir les limites des différents niveaux du pouvoir législatif.

Un revirement de la décision de la Cour souligne par ailleurs la question du lien entre les principes de légalité et de légitimité. Ce qui est légal n'est pas forcément légitime – ou, autrement dit, moral. Ici, la remise en cause de ce « droit à l'avortement » questionne sur la légitimité d'un tel droit.


Articles similaires

Le ministre de la Justice espagnol met les choses au point sur l’avortement

Le ministre de la Justice espagnol met les choses au point sur l’avortement

- Avortement

Au sujet de la réforme de la loi sur l'avortement, le ministre espagnol de la Justice, Alberto Ruiz Gallardón, a déclaré qu'une malformation empêchant la grossesse d'aller à terme ne pourrait jamais être une raison d'avorter selon la loi espagnole. Il a affirmé que cela contredisait le principe constitutionnel qui affirme la présence de la vie dès la conception, et établissait un système dans lequel une maladie donnait aux uns moins de droits qu'aux autres. Il a ajouté que lorsque la maladie d...

Lire la suite

Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

Parlement européen : résolution pour imposer un « droit à l’avortement »

- Avortement

L'eurodéputé belge Marc Tarabella (socialiste) a remis il y a peu un rapport et une proposition de résolution visant, entre autres, à imposer l'avortement comme un droit fondamental applicable à l'ensemble des pays membres de l'Union européenne. Et ce, malgré que les questions politiques familiales soient hors du champ de la compétence législative de l'Union, les parlements nationaux étant les seuls compétents pour légiférer sur ces sujets (principe de subsidiarité).
Au nom de la « défense des...

Lire la suite

La Pologne interdit les avortements eugéniques

La Pologne interdit les avortements eugéniques

- Avortement

Le 22 octobre dernier, le Tribunal constitutionnel polonais a rendu une décision historique par rapport à la vie naissante, déclarant inconstitutionnel l'article de loi - datant de 1993 - qui autorise l'avortement sur base d'une malformation grave ou d'une maladie mortelle chez l'enfant à naître. Le Tribunal a qualifié ces avortements de pratiques eugéniques. Autorisés jusqu'à la fin de la grossesse, ces avortements induisent en effet un tri sélectif entre les enfants à naître sains et ceux po...

Lire la suite