Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Etats-Unis

Publié le : 12/08/2022

Auteur / Source : IEB ; Charlotte Lozier Institute (27/7/2022)

Les 23 états des États-Unis d’Amérique dotés de lois qui protègent l’enfant à naître, permettent un traitement médical nécessaire et dans les temps requis pour sauver la vie de la femme enceinte si celle-ci est en danger, notamment en cas de fausse couche ou de grossesse extra-utérine.


A l’heure où ces états sont accusés de mettre la vie des femmes en danger à cause de leurs lois contre l’avortement, l’Institut Charlotte Lozier a publié une analyse juridique et médicale qui résume chacune des lois des 23 états et s’appuye sur les bulletins du Collège Américain des Obstétriciens et Gynécologues relatifs à différents traitements médicaux en cas de grossesses dangereuses pour la vie de la mère. Cette analyse très précise fournit d’ailleurs un état des lieux très utile sur la législation en vigueur à propos de l’avortement aux États-Unis.

 

Le Dr Ingrid Skop, gynécologue-obstétricienne au Texas, et qui a accompagné la naissance de plus de 5 000 bébés et soutenu d’innombrables femmes à travers des grossesses compliquées, dénonce la prétendue confusion qu’aurait entrainée le récent arrêt de la Cour Suprême des Etats-Unis Dobbs v. Jackson Women’s Health Organisation* : « Je me demande si les médecins qui disent qu’ils ne savent plus comment agir dans l’ère Dobbs ont bien lu la loi et s’ils ont lu les bulletins de l’ACOG (ndlr : le Collège précité) qui sont habituellement utilisés comme directives par les gynécologues ». (…) « La loi et les directives médicales sont en accord, on doit prendre soin des femmes qui souffrent de complications dans leur grossesse. »

 

Concrètement, le traitement d’une fausse couche par exemple, nécessite le retrait du fœtus décédé, même si la technique en soi est semblable à celle d’un avortement sélectif.

 

 

*Dans l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organisation (juin 2022), la Cour suprême déclare que la Constitution américaine ne confère pas de droit à l'avortement, et que le pouvoir de réglementer une telle pratique revient dès lors aux représentants du peuple dans chaque État. (voy. Actualité IEB)


Articles similaires

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

- Avortement

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations p...

Lire la suite

Diminution du nombre des femmes belges qui vont avorter aux Pays-Bas

Diminution du nombre des femmes belges qui vont avorter aux Pays-Bas

- Avortement

C'est une bonne nouvelle : selon le dernier rapport officiel 2018 des Pays-Bas en matière d'avortement (De jaarrapportage 2018 van de Wet afbreking zwangerschap, zoals opgesteld door de Inspectie Gezondheidszorg en Jeugd), publié la semaine dernière, le nombre de femmes quittant la Belgique pour avorter aux Pays-Bas est en baisse continue : de 1473 avortements en 2011, l'on passe à 444 avortements en 2018. Aucune donnée n'est par contre disponible sur les raisons conduisant ces femmes à se ren...

Lire la suite

Le Parlement autrichien à l'écoute des femmes et des enfants

Le Parlement autrichien à l'écoute des femmes et des enfants

- Avortement

Promouvoir l'équité pour les femmes enceintes et leurs enfants, c'est le projet de l'initiative citoyenne parlementaire autrichienne #fairändern (traduire « juste changement »).

Entraînée dans cette initiative par trois femmes (Carina Marie Eder, Petra Plonner et Marie-Louise Schütz), l'Autriche s'est rassemblée autour d'une pétition unique qui a rapidement vu les rangs de ses signataires grossir. L'initiative #fairändern touche en effet un grand nombre de personnes aux profils très variés, ...

Lire la suite