Etats-Unis : trafic d’organes de fœtus avortés au Planning familial International

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 12/08/2015

Après deux ans et demi d'enquête, un centre de recherche américain dénonce un immense trafic d'organes d'enfants avortés par le Planning Familial américain. 
Aux Etats-Unis, le Planning Familial reçoit 500 millions de dollars des Etats par le biais de Medicaid, l'assurance publique d'Etat, et 60 millions directement par l'Etat fédéral. Ce sont près de 2,7 millions de patients qui font, chaque année, appel aux services de l'International Planned Parenthood Federation (IPPF) aux Etats-Unis. Le tiers environ du 1.000.000 d'avortements annuels américains le sont dans une des 700 cliniques gérées par l'IPPF.
 Mais c'est aussi au niveau international qu'agit l'IPPF via son réseau mondial de 151 associations qui se mobilisent, en accord avec des ONG locales, pour la promotion des droits en matière de santé reproductive (incluant le droit à l'avortement). L'ampleur de cette organisation, solidement financée, lui a permis de se développer de façon considérable en Europe et dans les pays en voie de développement, prenant aux côtés des gouvernements une place croissante en matière de politique sexuelle et reproductive. Un rapport de mars 2012 de l'Organisation Non-Gouvernementale European Dignity Watch explique le fonctionnement du Planning Familial au niveau européen.
Or aujourd'hui, cette institution pro-avortement se trouve confrontée à un scandale inédit suite au travail et à l'enquête réalisée par le « Center for Medical Progress » (CMP). Sous couvert de l'identité de chercheurs ou d'une firme de biotechnologie, des « employés » du CMP sont entrés en contact avec certains hauts responsables de l'IPPF et ont pu filmer et enregistrer à leur insu ces entretiens : « Beaucoup de gens veulent des coeurs intacts. » «  Toujours le plus de foies intacts possibles »… Le prix des organes de ces foetus avortés ? « Probablement entre 30 et 100 dollars »
 

Depuis le 14 juillet 2015, plus de cinq vidéo ont été diffusées et mettent  au grand jour un vaste trafic rémunéré d'organes de foetus humains avortés dans les structures internes du  Planning familial américain, et ce, malgré la prohibition formelle d'un tel marché par la loi fédérale.
Au fil des vidéos, le CMP détaille tout l'arsenal logistique et financier du Planning familial. Les images très choquantes de ces enregistrements révèlent les agissements de responsables hauts placés, dont le Dr Deborah Nucatola chef de file du Planning familial et le Dr Savita Ginda vice-présidente et directrice médicale du Planning familial.
 
On y voit comment sont analysés, disséqués, triés et négociés, les membres et organes vitaux des foetus humains avortés. Les organes sont évalués, soupesés afin d'en déterminer la qualité, comme une simple marchandise. Les responsables de l'IPPF expliquent que pour obtenir des foetus en bon état, il leur faut parfois changer les méthodes d'avortement afin de ne pas « écraser » ou « broyer » les organes choisis.
Le CMP, dont David Daleiden est le dirigeant, fait aujourd'hui l'objet de déni et de critiques virulentes, car le gouvernement américain soutient largement les diverses activités du  Planning Familial. Un projet de loi a été déposé par des sénateurs afin de suspendre les financements du Planning Familial. Le président Barack Obama vient d'y opposer son véto.
Malgré l'opposition musclée de l'IPPF, soutenue aveuglément par certaines personnalités politiques très influentes et plusieurs procès intentés contre le CMP, David Daleiden a annoncé que la série des vidéos continuera pendant plusieurs mois, voire une année.
Source : Le Figaro
Lien vers les vidéos : Attention, ces vidéos comportent des images choquantes qui peuvent heurter les sensibilités
Deux associations belges sont affiliées à l'IPPF : la Fédération Laïque de Centres de Planning Familial, Bruxelles ainsi que Sensoa, Vlaams expertisecentrumcentrum voor seksuele gezondheid, Antwerpen


Articles similaires

Etats-Unis : la Cour suprême valide une loi du Texas restreignant l'avortement

Etats-Unis : la Cour suprême valide une loi du Texas restreignant l'avortement

- Avortement

Mardi 19 novembre, la Cour suprême des Etats-Unis a confirmé l'application de la loi restreignant l'accès à l'avortement, adoptée en juillet dernier par le Parlement du Texas. Par cinq voix contre quatre, les juges "ont validé la législation qui contraint notamment les médecins pratiquant des avortements à être habilités à faire admettre en priorité leurs patientes dans un hôpital situé à moins de 50 kilomètres en cas de complications". Ce texte "entrainerait la fermeture de plus d'un tiers de...

Lire la suite

Etats-Unis : le soutien à l’avortement en baisse, le nombre d’avortements aussi

Etats-Unis : le soutien à l’avortement en baisse, le nombre d’avortements aussi

- Avortement

Selon un nouveau sondage de Marist Poll, 84% des Américains ne sont pas favorables au fait de permettre l'avortement, et surtout pas au-delà des trois premiers mois de la grossesse.
D'après cette même étude, 60% des Américains jugent l'avortement « moralement inacceptable » tandis que 64% pensent que le taux d'avortement aux Etats-Unis est supérieur à ce qu'il devrait être.
D'après78% des sondés sont favorables à une notification parentale dans le cas de l'avortement d'une mineure, 68% s'oppos...

Lire la suite

Amnesty International réaffirme sa position en faveur de l’avortement

Amnesty International réaffirme sa position en faveur de l’avortement

- Avortement

Au nom des droits humains, Amnesty International a adopté plusieurs propositions visant à faire plier politiquement les pays qui résistent à la dépénalisation de l'avortement. Des délégués du monde entier se sont retrouvés en Pologne, début juillet, pour autoriser campagnes et levées de fonds, et faire ainsi pression sur ces pays qui « n'offrent pas des services d'avortements sûrs et légaux ».

Cette position remplace celle qu'Amnesty International avait adoptée en 2007, où ce n'était que dans...

Lire la suite