Commission d’évaluation de l’IVG : toujours 1 avortement pour 7 naissances

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités - Belgique

Publié le : 11/02/2020

Auteur / Source : Rapports de la Commission évaluation IVG

Ce mardi 11 février, la Commission nationale d'évaluation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) a présenté au Parlement fédéral les derniers chiffres sur la pratique de l'avortement, et ce, alors que les députés examinent une nouvelle proposition de loi sur l'avortement. Aux trois rapports successifs pour les années 2012-2013, 2014-2015, et 2016-2017, s'ajoutent dix-huit recommandations formulées par la majorité de la Commission, ainsi qu'un mémorandum minoritaire du Dr. Kortmann.

Attendu depuis 8 ans, ce nouveau rapport recense 17.257 avortement pratiqués en 2017. Si ce chiffre témoigne d'une baisse du taux d'avortement (rapport nombre d'avortement/nombre de femmes en âge de procréer), le ratio avortements/naissances n'a quant à lui pas diminué : on compte toujours 1 avortement pour 7 enfants nés.

Les recommandations majoritaires de la Commission se concentrent sur l'accès à la contraception comme outil principal de prévention de l'avortement. On peut se poser la question de la pertinence d'une telle focalisation sur la contraception sachant que, selon le rapport, la majorité des avortements survient chez des femmes qui avaient recours à la contraception le mois précédent leur avortement (56%). De plus, selon le Contraception Atlas de 2019, la Belgique est classée 1er pays européen en termes de politiques publiques d'information, d'approvisionnement et d'assistance sur les différentes méthodes de contraception. Comment donc expliquer ce paradoxe ?

Si d'un côté la Commission préconise de mettre en place des « distributeurs gratuits de préservatifs dans les écoles » et d'y distribuer la pilule du lendemain, elle confie par ailleurs ne posséder aucune donnée « sur les femmes qui sont enceintes malgré l'usage correct d'un contraceptif », soit pas moins de 15% des femmes qui ont avorté.

Relevons ensuite une discordance interpellante, demeurée inexpliquée malgré les questionnements des députés, entre le nombre d'avortements pratiqués au-delà de 12 semaines de grossesse d'une part (211 en 2017), et le nombre d'interruptions médicales de grossesse (121 pour la même année 2017). En effet, la loi ne permet l'avortement au-delà de 12 semaines que s'il existe une raison médicale. Que représentent donc les 90 avortements pratiqués au-delà des 12 semaines mais sans raison médicale ?

Notons par ailleurs que la Commission a élaboré un nouveau formulaire d'enregistrement des avortements, destiné aux médecins. En vigueur depuis le 1er janvier 2020, celui-ci permettra de mieux saisir les difficultés ayant amené la femme à avorter. Le formulaire comprend notamment une liste allongée de situations précises, telles que la crainte pour la santé du foetus, l'isolement de la femme, la discrimination de la femme enceinte au travail, les violences conjugales à l'annonce de la grossesse ou durant celle-ci, … Mieux comprendre, pour mieux prévenir. Une intuition qui rejoint celle du Dr. Kortmann lorsque celle-ci préconise une amélioration de l'accueil des mères dans le besoin, « afin que les femmes qui envisagent un avortement pour des raisons financières ou sociales n'aient plus à faire ce choix ».


Articles similaires

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

Un gynécologue ose qualifier l’avortement comme étant un homicide

- Avortement

A l'affirmation d'une journaliste selon laquelle pratiquer un avortement ne serait pas un homicide, le Dr. Rochambeau, président du Syndicat national des gynécologues français (Syngof), a répliqué : « Si, Madame (...) Les choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus. (...) Nous ne sommes pas là pour retirer des vies. (...) Moi, en tant que médecin, je ne suis pas forcé d'avoir votre opinion, et si je ne l'ai pas, la loi me protège. Et ma conscience aussi. » Le médecin s'est ensuite e...

Lire la suite

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

Belgique : peut-on proposer aux femmes en détresse une autre option que celle de l’avortement ?

- Avortement

Une campagne d'information avec affichage dans les trams anversois vient d'être interdite et retirée de l'espace public. On y voyait une jeune femme en questionnement par rapport à sa grossesse et l'adresse du site internet ongeplandzwanger.be

Les initiateurs de cette campagne d'information sont des personnes qualifiées (médecins, psychologues, infirmières) dont l'expérience en matière d'accompagnement de la détresse des femmes n'est plus à démontrer. Depuis plusieurs années, les animations p...

Lire la suite

Amnesty International soutient une politique pro-avortement

Amnesty International soutient une politique pro-avortement

- Avortement

Les Irlandais auront à se prononcer cet été par referendum sur l'abolition du huitième amendement de sa Constitution. Cet amendement reconnaît comme équivalent le droit à la vie de la mère et celui de l'enfant à naitre, et justifie que l'avortement est encore partiellement interdit dans ce pays. Afin d'influencer l'opinion publique, « Amnesty International Irlande » (A.I.I.), a organisé une campagne pro-avortement pour l'occasion et a accepté la somme de 137.000€ de la Fondation américaine « O...

Lire la suite