Amnesty International soutient une politique pro-avortement

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 27/12/2017

Les Irlandais auront à se prononcer cet été par referendum sur l'abolition du huitième amendement de sa Constitution. Cet amendement reconnaît comme équivalent le droit à la vie de la mère et celui de l'enfant à naitre, et justifie que l'avortement est encore partiellement interdit dans ce pays. Afin d'influencer l'opinion publique, « Amnesty International Irlande » (A.I.I.), a organisé une campagne pro-avortement pour l'occasion et a accepté la somme de 137.000€ de la Fondation américaine « Open Society » de Georges Soros, connu pour ses positions en faveur de l'avortement.

Or il se fait que l'Acte Electoral de 1997 interdit à toute organisation irlandaise de recevoir des fonds étrangers de plus de 100€,  afin d'éviter toute influence étrangère sur la politique intérieure du pays. C'est pourquoi, la Commission des Normes Publiques (SIPO) demande à Amnesty International Irlande de restituer ce montant. Malgré les menaces de poursuites pénales et de peines pouvant aller jusque trois ans de prison, Colm O'Gorman, directeur d'A.I.I., a déclaré qu'« Amnesty International ne se soumettra pas aux instructions de la Commission des normes publiques », considérant cette loi « injuste ».

Cora Sherlock, porte-parole de la PLC, association pour la défense de la vie, dénonce l'intervention financière de l'organisation américaine dans le débat irlandais sur l'avortement, qui représente selon elle un jeu d'influence très clair sur la politique démocratique irlandaise. Peut-on accepter qu'une organisation étrangère vienne s'immiscer dans l'exercice de la démocratie d'un pays, et militer pour imposer ses valeurs?

 Sources : Lifesitenews


Articles similaires

Conséquences psychologiques de l’avortement : nouveau dossier de l'IEB

Conséquences psychologiques de l’avortement : nouveau dossier de l'IEB

- Avortement

Evoquer les conséquences psychologiques de l'avortement est complexe pour nos sociétés, car en parler conduit l'auditoire à penser que la démarche proposée revient à remettre en cause la dépénalisation de l'avortement, débat inconvenant pour les démocraties notamment belge et française.

Malgré le fait que de nombreuses femmes sont concernées par cet acte, très peu témoignent de cette expérience douloureuse et sont capables d'en parler ouvertement : il est difficile d'évoquer cette souffrance,...

Lire la suite

Un tribunal allemand confirme l’amende d’un médecin ayant « promu » l’avortement

Un tribunal allemand confirme l’amende d’un médecin ayant « promu » l’avortement

- Avortement

L'amende infligée au Dr Kristina Hänel, pour avoir fait savoir sur internet qu'elle pratiquait des avortements, a été confirmée par le tribunal allemand. Le tribunal de Giessen avait condamné en première instance le Dr Hänel à une peine de 6.000 euros, appliquant l'article 219a du Code pénal allemand qui punit la promotion et la publicité pour l'avortement.

Ne voulant pas s'exprimer sur le fond de l'affaire, le tribunal a invité à régler la question sur le plan politique. « Vous devez consid...

Lire la suite

Extension du "droit" à l'avortement au Luxembourg

Extension du "droit" à l'avortement au Luxembourg

- Avortement

Ce mardi 2 décembre, la Chambre des députés du Grand-Duché de Luxembourg a adopté par 38 voix contre 22, une loi libéralisant une fois de plus l'avortement, après une loi de novembre 2012 qui avait elle-même libéralisé la loi de 1978. Le texte original de 1978 correspondait plus ou moins à la loi française dite Loi Veil. La nouvelle loi étend encore le « droit » à l'avortement, en supprimant notamment la notion de détresse ou encore la deuxième consultation obligatoire pour les femmes souhaita...

Lire la suite