Toutes les actualités

Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

Belgique - Sédation ou euthanasie à l'AZ Sint Jan Brugge ?

- Euthanasie et suicide assisté

Un médecin, le Dr Lieve Vande Putte,  s'indigne de la façon dont son père a été mis sous sédation alors qu'elle-même s'absentait à l'étranger. Elle estime que ce geste a conduit son père à la mort. Voilà ce que révèle l'article paru dans le magazine Humo qui reprend l'information et le témoignage du Dr Vande Putte. Aucune condamnation n'est toutefois évoquée.
Commentant cette information, le Dr Wim Distelmans, professeur en médecine palliative à la Vrije Universiteit Brussel, et d'autre part défenseur de l'euthanasie, affirme que la sédation est une technique couramment utilisée. Il est fréquent de recourir à la sédation jusqu'à ce que la mort survienne alors que ni le patient ni la famille n'en sont informés. "Cela arrive tous les jours", affirme-t-il. On endort le patient car ses souffrances sont insupportables. On commence par la sédation, et lorsqu'on constate que cela dure trop longtemps, on augmente les doses , dans le secret espoir que le patient meure vite. Ce n'est pas de la...

Lire la suite 


Pays-Bas : rapport sur la pratique de l'euthanasie

Pays-Bas - Pays-Bas : rapport sur la pratique de l'euthanasie

- Euthanasie et suicide assisté

Dix ans après la dépénalisation de l'euthanasie aux Pays-Bas, la Koninklijke Nederlandse Maatschappij en Gezondheid (KNMG) a publié des directives concernant la participation des médecins aux euthanasies et aux suicides assistés, dans un rapport intitulé "Le rôle du médecin dans l'interruption volontaire de la vie".
Dans son rapport, la KNMG écrit notamment que les médecins néerlandais qui refusent de pratiquer une euthanasie ont l'obligation professionnelle de référer les patients qui la demandent à un collègue conciliant.
Parmi ses principales conclusions, ce rapport établit :
-  Contrairement à ce qui est généralement supposé, la loi sur l'euthanasie comprend des dispositions permettant l'euthanasie de patients souffrant de troubles psychiatriques et de démence.
-  Lorsqu'un médecin ne veut pas pratiquer cet acte, "il y a un devoir moral et professionnel d'aider le patient à trouver un médecin (...) qui n'a pas d'objection fondamentale à l'égard de l'euthanasie et du suicide ass...

Lire la suite 


Proposition de loi et orientation sexuelle

Belgique - Proposition de loi et orientation sexuelle

- Genre et sexualité

Le 7 juin 2011, Mesdames Almaci et Genot (Ecolo-Groen !) ont déposé une proposition de loi devant la Chambre des Représentants (doc 53 1549/001) visant à faire reconnaître les principes de Yogyarta. Ces principes, codifiés en 2006 par un groupe d'avocats et d'experts visent à protéger contre les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et aussi l'identité de genre. Ils promeuvent la « Théorie du Gender » selon laquelle l'individu doit pouvoir s'affranchir de toute contrainte biologique et choisir librement la façon d'exercer sa sexualité. Les auteurs demandent notamment que soient menées en Belgique des campagnes de sensibilisation et d'information relatives au libre choix de son orientation sexuelle et d'identité de genre. 

Lire la suite 


Ethical points of reference in caring for people nearing the end of life

Ethical points of reference in caring for people nearing the end of life

- Soins palliatifs

Traduction en anglais du Dossier de l'IEB: "Accompagner la personne en fin de vie : repères éthiques"
This document  in english will use a summary-based, question and response approach in order to clarify certain crucial and overriding conceptual distinctions and provide some ethical points of reference for accompanying people nearing the end of life. 

Lire la suite 


Usage autologue du sang de cordon : aspects cliniques et scientifiques.

Usage autologue du sang de cordon : aspects cliniques et scientifiques.

- Grossesse

Le Conseil Supérieur de la santé a publié en juin 2011 un document intitulé « Usage autologue du sang de cordon : Aspects cliniques et scientifiques. »

Afin d'examiner la problématique du banking de Sang de cordon (SC), le groupe de travail s'est penché sur les 3 questions suivantes : 
 - quelles preuves scientifiques justifient le banking de SC à des fins autologues ? 
 - quelles sont les utilisations cliniques actuelles ou éventuelles du SC autologue ? 
 - quels sont les problèmes de qualité, de réglementation et d'éthique soulevés par le banking et la greffe de SC autologue ?

Ce document conclut entre autre que les banques des cellules souches de cordon autologues sont sans intérêt (en dehors des familles atteintes d'une maladie génétique capable d'être traitée par ces cellules). On appréciera la clareté des définitions des termes autologue (uniquement à destination du donneur) et allogénique (destiné au don à des tiers compatibles). Le paragraphe (3.5.3, p. 10) du document repr...

Lire la suite 


Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

Belgique - Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d’exprimer leur accord ? Avis du CCBB

- Don d'organes, de tissus et de sang

Le 12 février 2010, Madame Onkelinx, Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, demandait l'avis du Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB) à propos de cas spécifiques de prélèvement d'organes.
En effet, la loi du 25 février 2007 a modifié le rôle du consentement dans la dynamique légitimant les prélèvements d'organes sur des personnes vivantes car elle autorise le prélèvements sur des personnes, majeures ou mineures, incapables de manifester leur volonté.
Les questions abordées dans le présent avis sont les suivantes :
- est-il éthiquement justifié d'effectuer des prélèvements portant sur des organes qui ne se régénèrent pas, ou des prélèvements d'organes qui peuvent avoir des conséquences (graves) pour le donneur, sur des personnes vivantes majeures, incapables d'exprimer leur volonté en raison de leur état mental, pour autant qu'une personne légalement compétente donne son consentement?
- si le prélèvement n'a normalement aucune conséquence grave pour le d...

Lire la suite 


Soins palliatifs : résultats de l’enquête de Test-Achats.

Belgique - Soins palliatifs : résultats de l’enquête de Test-Achats.

- Soins palliatifs

Test Santé (le magazine santé de Test-Achats) a interrogé trois groupes de personnes concernées de très près par la fin de vie : proches de patients, médecins et personnel infirmier. Au total, c'est 3 030 témoignages de proches, 634 de médecins et 373 de personnel infirmier qui ont été rassemblés pour déterminer quels facteurs influençaient positivement la qualité de vie durant la dernière « ligne droite », jusqu'au moment du décès.

Les soins palliatifs semblent rencontrer les attentes de chacun, si l'on en croit le taux de satisfaction exprimé par les proches concernant les soins reçus par le membre de leur famille décédé ainsi que l'expérience des médecins et des infirmières. L'évaluation de ces soins interdisciplinaires, qui voient collaborer différents prestataires de soins pour limiter la souffrance et rendre la situation aussi confortable que possible pour la personne agonisante, est positive.

Même si un tiers (33 %) des patients en phase terminale bénéficie essentiellement d...

Lire la suite 


Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

Belgique - Proposition de loi : interdire sans condition tout prélèvement d’organe sur une personne incapable

- Don d'organes, de tissus et de sang

Le 30 juin 2011, Monsieur Deprez et Madame Defraigne ont déposé au Sénat une proposition de loi visant à interdire sans condition tout prélèvement d'organe sur une personne incapable ( 5-1024/2). Cette interdiction vaut même si ce prélèvement ne peut pas avoir de conséquences graves sur le donneur, s'il porte sur des organes qui peuvent se régénérer et s'il est destiné à la transplantation à un frère ou une soeur. Cette interdiction pouvait déjà être déduite d'une combinaison de différents articles mais les auteurs souhaiteraient la voir clairement exprimée.
Voir Dossier de l'IEB: "Le don d'organes: donner pour sauver"

Lire la suite 


Recourir au DPI pour éviter de transmettre une maladie héréditaire à ses petits-enfants?

Recourir au DPI pour éviter de transmettre une maladie héréditaire à ses petits-enfants?

- Diagnostics prénataux

 Le 21 juin 2011, Christine Defraigne et Jacques Brotchi (MR) ont déposé devant le Sénat  une proposition de loi (5-1103/1)  visant à étendre le champ d'application du diagnostic préimplantatoire (DPI). Pour rappel, le DPI est une technique utilisée dans le cadre d'une fécondation in vitro, qui consiste à analyser les caractéristiques génétiques des embryons afin de choisir ceux qui seront réimplantés. Par cette proposition, les auteurs souhaitent étendre cette possibilité aux parents qui souhaiteraient éviter la naissance d'enfants « porteurs sains » d'une maladie, c'est-à-dire qui n'auraient aucun symptôme de la maladie mais seraient susceptibles de la transmettre à leurs éventuels descendants. Les centres de fécondation in vitro auraient néanmoins l'obligation de vérifier si les parents auraient renoncé à leur projet d'enfanter s'ils n'avaient pu recourir au diagnostic préimplantatoire.

Sur le DPI, voir aussi Dossier de l'IEB "Y a-t-il un "bon" et un "mauvais" eugénisme?"

Lire la suite 


Les poumons d’une personne euthanasiée sont de meilleure qualité pour une transplantation

Belgique - Les poumons d’une personne euthanasiée sont de meilleure qualité pour une transplantation

- Don d'organes et euthanasie

 Faisant suite au congrès de l'Académie Royale de Médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België organisé à Bruxelles et à l'article publié dans le Bulletin de l'IEB du 18 janvier 2011, « Transplantation d'organes : donation vivante et après euthanasie ? », plusieurs publications ont vu le jour, plusieurs médecins publient aujourd'hui leurs réflexions sur la façon dont ils ont procédé pour ces dons d'organes consécutifs à une euthanasie entre 2007 et 2009. 

 

Dans un article publié dans  Applied Cardiopulmonary Pathophysiology, les auteurs observent que la qualité des poumons d'une personne ayant été euthanasiée semble bien supérieure à celle de ceux prélevés sur les donneurs dont la mort cérébrale a été constatée ou les personnes décédées par arrêt cardiaque. Par rapport à ces derniers en effet, le corps des personnes qui sont euthanasiées, ne subit pas les effets (négatifs) de l'agonie avant l'arrêt de la circulation.

La transplantation d'organes apr...

Lire la suite