FR NL EN

Y a-t-il un "bon" et un "mauvais" eugénisme ?

PDF disponibleImprimerRecommander
[Français] 18/04/2006
Auteur / source : © IEB

Dans un avis récent relatif aux modifications géniques somatiques et germinales, le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique n’oppose pas d’objection à la pratique d’un « eugénisme privé de sélection lié à l’utilisation des techniques de dépistage prénatal (DPN) ou préimplantatoire(DPI) ».

De fait, comme le déplorait déjà Jacques Testart en 1994 dans son livre " Le désir du gène", l’eugénisme contemporain se pratique au stade embryonnaire. Le chapitre II de l’avis du Comité tente de dissiper la peur liée à l’utilisation du vocable "eugénisme" et de clarifier les concepts. Pour ce faire, il opère une distinction fondamentale selon la méthode utilisée.

Ainsi l’eugénisme négatif vise l’élimination des "mauvais" gènes (ou des gènes indésirables) tandis que l’eugénisme positif vise la promotion des "bons" gènes (ou des gènes désirables)