Suivez-nous sur Twitter : Twitter

www.euthanasiestop.be

ImprimerRecommander
[Français] 19 avril 2013

Sommaire

  •   Euthanasie STOP : de burger wil een stem in het debat
  •   Euthanasie STOP : une initiative citoyenne
  •   Quelle valeur donner à la déclaration anticipée de patients rattrapés par la démence?
  • Euthanasie STOP : de burger wil een stem in het debat

    18/04/2013 - Fin de vie

    Laat van u horen in het debat rond euthanasie !

    Dat is de oproep van de nieuwe website Euthanasie STOP, een initiatief van universiteitsprofessoren, artsen, verpleegkundigen en juristen uit het hele land en met uiteenlopende levensbeschouwingen.

    Euthanasie is in België legaal sinds mei 2002. De euthanasiewet geeft meerderjarige of geëmancipeerd minderjarige patiënten het recht om een verzoek om euthanasie te formuleren, terwijl artsen toelating krijgen om dat verzoek onder bepaalde voorwaarden in te willigen. Is het nodig om de wet tien jaar later uit te breiden tot minderjarigen en demente personen? Het parlement buigt zich momenteel over meerdere wetsvoorstellen die precies dat beogen, en die de onverholen steun genieten van bepaalde politici. Heel wat burgers zijn het echter niet eens met deze wetsvoorstellen. Dit debat, dat van cruciaal belang is voor de toekomst van de geneeskunde en van de maatschappij, kan dus niet beperkt blijven tot de zaal waarin de bevoegde parlementaire commissie vergadert.

    De website is dan ook bedoeld voor elke burger die wil deelnemen aan het maatschappelijk debat en een andere mening wil laten horen.

    Vindt u het verkeerd om de euthanasiewet uit te breiden tot minderjarigen en demente personen? Laat van u horen! Formuleer uw kritiek en deel uw standpunt met anderen op de website Euthanasie STOP.”


     

    Euthanasie STOP : une initiative citoyenne

    18/04/2013 - Fin de vie

    « Vous n’êtes pas favorables à l’élargissement de la loi sur l’euthanasie aux mineurs et aux déments : faites le savoir ! Partagez votre point de vue critique sur le site euthanasie STOP. »

    Un collectif composé de professeurs universitaires, de professionnels de la santé et de juristes, de tous les coins du pays et de divers horizons philosophiques, annonce la création du site web Euthanasie STOP :

    La loi dépénalisant l'euthanasie en Belgique a été votée en mai 2002. Cette loi crée un cadre permettant à un patient majeur ou mineur émancipé de formuler une demande d'euthanasie et à un médecin d'y accéder, sous certaines conditions, sans commettre d'infraction pénale. Faut-il, dix ans plus tard, étendre le champ de la loi aux mineurs d’âge et aux déments ?

    De nombreuses propositions de loi ont été déposées en ce sens. Actuellement discutées au Parlement, elles semblent soutenues par un certain nombre d’élus déterminés à les voir aboutir. Cet engouement est loin d’être partagé par tous les citoyens. On imagine mal qu’un débat si crucial pour l’avenir de la médecine et de la société soit confiné dans l’enceinte d’une commission parlementaire.
    Le site web se présente comme un espace d'expression publique, ouvert à tous ceux qui souhaitent faire entendre une voix discordante.

     

    Quelle valeur donner à la déclaration anticipée de patients rattrapés par la démence?

    18/04/2013 - Fin de vie

    Le Sénat  belge s'interroge sur l'extension de la loi sur l'euthanasie aux personnes atteintes de démence et ce jeudi 11 avril, les sénateurs ont de nouveau effectué des auditions en commission parlementaire.
    "Qu'en est-il "d'une personne qui, ayant rédigé une déclaration préalable d'euthanasie au cas où elle serait atteinte de démence, refuse ensuite de la mettre en oeuvre une fois qu'elle a été rattrapée par la maladie".
    D'après Patrick Cras, neurologue à l'université d'Anvers, cette question surgit peu après le diagnostic et porte avant tout "sur les aspects sans issue et dégénératifs d'une maladie comme celle d'Alzheimer". Pour Manfredi Ventura, neurologue au Grand Hôpital de Charleroi, "la question de la compétence à pouvoir encore juger ou faire valoir sa volonté se pose, notamment parce que plus la maladie avance, moins le patient est impliqué dans la problématique et moins il semble souffrir".
    Sources: levif.be 17/04/2013


    Fiche didactique de l'IEB : La Déclaration anticipée en fin de vie