FR NL EN

Belgique : GPA : un rapport d’information

ImprimerRecommander
[Français] 15 décembre 2015

Sommaire

  •   Belgique : GPA : un rapport d’information
  •   Pologne : la Fécondation In Vitro (FIV) ne sera plus remboursée
  • Belgique : GPA : un rapport d’information

    09/12/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Vendredi 11 décembre, le Sénat a accepté à l’unanimité le rapport rédigé par la Commission des affaires institutionnelles sur la Gestation Pour Autrui (GPA).  En vue de préparer ce rapport d'information, qui n’a aucune force légale, la commission compétente a organisé depuis un an, l’audition de 24 experts, identifiés et choisis par les groupes politiques.
    Le Rapport a été communiqué au Premier Ministre, au Président de la Chambre et aux Ministres-Présidents et Présidents des Parlements des Communautés et des Régions.
    Il revient maintenant à la Chambre de  décider de se saisir du dossier si elle le souhaite. On constate que les partis politiques, à l’exclusion du cdH, désirent encadrer la GPA parce que cela « se fait déjà » en Belgique. Plusieurs projets visent à interdire la GPA commerciale.

    Source : LeSenat.be - Lien vers le Rapport : ICI

     

    Pologne : la Fécondation In Vitro (FIV) ne sera plus remboursée

    09/12/2015 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

    Le nouveau gouvernement polonais, issu des élections du mois d'octobre, a décidé de revenir sur une réforme du gouvernement précédent qui avait mis en place le remboursement des frais des procédures de trois tentatives de Fécondation In Vitro (FIV) par l’Etat polonais pour tous les couples, mariés ou non. Le budget prévu à cet effet s’élevait à 72 millions d’euros pour un programme de quatre ans.
    Ce mardi 1er décembre, le nouveau Ministre de la Santé, Mikolaj Radziwill, a annoncé que le programme de financement de la FIV prendra fin en juin 2016. Les couples seront encore autorisés à pratiquer cette méthode de procréation médicalement assistée, mais ils devront en assurer les coûts personnellement.
    Le Ministre polonais a rappelé que la FIV n’est pas le seul traitement envisageable lorsque l’infertilité du couple est en cause. Outre le poids financier que la Pologne n’est pas, selon lui, en état de supporter à l’heure actuelle, il y a des problèmes éthiques qui posent question.
    Pour M. Radziwill, la fécondation in vitro remet en cause la dignité humaine en ce qu’elle nécessite la création de plusieurs embryons in vitro, qui feront l’objet d’une sélection, et dont la plupart seront par la suite détruits.